Netflix : « Dirty John », la série basée sur des faits réels qui fait froid dans le dos

par Monica Mirkos
marieclaire_dirty_john_serie_basee_sur_des_faits_reels_qui_fait_froid_dans_le_dos
©Bravo Media

Dirty John, c’est la nouvelle série Netflix qui fait froid dans le dos dont le scénario est issu d’une histoire vraie. Pendant 8 épisodes, l’histoire d’amour entre John Meehan et Debra Newell nous fait tant halluciner que frissonner. Découvrez ici les détails de la série qui raconte l’enfer qu’a vécu Debra Newell ainsi que sa famille.

Attention, si vous n’avez pas encore vu la série, sachez que cet article contient des spoilers.

1/

Sites de — mauvaises — rencontres

Le 14 février dernier sortait la série Dirty John sur Netflix, comme un cadeau de Saint-Valentin. Composée de 8 épisodes, elle raconte la mésaventure de Debra Newell, décoratrice d’intérieur aisée interprétée par Connie Britton, et sa rencontre avec un certain John Meehan, personnage interprété par Eric Bana, sur un site de rencontres.

 

A lire aussi: « Les Chatouilles », le film autobiographique d’Andréa Bescond qui dénonce la pédophilie dans le cercle familial 

 

Les deux protagonistes entament alors une histoire d’amour qui se révèle dangereuse pour Debra et sa famille, John Meehan se révélant petit à petit sous son vrai jour de sociopathe. La série met en avant les dangers des rencontres sur internet mais aussi des rencontres de manière générale.

La vraie Debra Newell explique qu’elle a accepté de raconter son histoire afin que son expérience chaotique puisse aider ou éviter à d’autres femmes de tomber dans l’engrenage d’un criminel manipulateur…

2/

Une série issue d’un podcast du journaliste Christopher Goffard

C’est lors d’une enquête sur un meurtre que le journaliste du Los Angeles Times, Christopher Goffard, s’intéresse à John Meehan. Ce dernier faisait parler de lui suite à ses nombreuses arrestations pour des crimes divers et variés comme le deal de drogues ou des escroqueries. « Dirty John » devient alors le nom du podcast qui traite de l’investigation sur l’histoire d’amour désastreuse entre la talentueuse américaine et ce sociopathe. Publié en 2017, le podcast compte 40 millions d’écoutes.

 

A lire aussi: Game of Thrones: tout ce que vous devez savoir sur la huitième et dernière saison

 

3/

John Meehan, un manipulateur de talent

Une vie sous le signe de la dangerosité et ce, dès l’enfance

John Meehan est un criminel connu aux Etats-Unis depuis des années qui grandit avec ses soeurs et son père dans les années 1970. Selon ses soeurs, John aurait hérité des talents de manipulateur de leur père. Comme illustré dans la série, la paternel est lui-même un professionnel des arnaques à l’assurance et n’hésite pas à utiliser son fils pour arriver à ses fins. Pour gagner des procès, John doit se mettre en danger à plusieurs reprises: par exemple, son père lui demande de se jeter sous une voiture ou encore d’intégrer des morceaux de verre dans son tacos au restaurant Taco Bell dans le but de se blesser en le mangeant.

 

A lire aussi: Pour la première fois en Belgique, un cyberharceleur condamné pour « viol à distance »

 

Mises en danger et mensonges rythment alors son quotidien. En 1989, John Meehan débute des études de droit à l’Université de Dayton. C’est au cours de sa vie estudiantine qu’il se crée la réputation qui lui vaudra le surnom de « Dirty John« , trouvé par ses amis à cause de ses envies sexuelles intenses et de ses complots contre ses camarades.

 

A lire aussi: Netflix: 6 séries à binge-watcher d’urgence en mars !

 

Un mariage par intérêt

En 1990, John Meehan épouse Tonia Sells, une infirmière. Pour ne pas présenter sa famille à sa femme, John prétend que ses parents sont toxicomanes. Une affirmation qui, comme vous vous en doutez, est fausse. Après 10 ans de vie commune, Tonia découvre toute la vérité sur son mari, dont son passé judiciaire. En fouillant dans sa maison, elle découvre une énorme quantité de médicaments anesthésiants. Son front tombe et John lui montre alors son vrai visage. Lors de la découverte d’une cachette contenant 45 boîtes d’anti-douleurs ainsi qu’une arme à feu, sa licence d’infirmier lui est retirée. Suite à cela, John s’enfuit et se cache dans un hôtel dans le Michigan.

 

A lire aussi: 5 illustratrices féministes à suivre sur Instagram

 

Les forces de l’ordre réussissent à le retrouver mais dans un état proche de la mort, ce dernier s’étant drogué. N’ayant pas succombé à son overdose, il est envoyé en prison pour une durée de 17 mois. Après sa sortie de prison, John Meehan ne se repentit pas et continue à menacer d’autres victimes. Avec le temps, il prend soin d’améliorer ses méthodes de fonctionnement et ce, de 2004 et 2014. Son mode opérationnel devient très simple: rencontrer des femmes sur des sites de rencontres, les séduire puis les menacer.

4/

Debra Newell, l’américaine typique qui va voir son destin basculer

Une relation qui évolue (trop) rapidement

C’est en 2014 que Debra Newell, 59 ans, divorcée 4 fois et maman de deux filles, croise la route de John Meehan sur un site de rencontres. Pour leur premier rendez-vous, John propose à Debra de venir la chercher directement chez elle, chose qu’il proposait (ou imposait) à toutes ses victimes par soucis de voyeurisme. Lors de cette première rencontre, John fait croire à Debra qu’il faisait autrefois partie de Médecin sans frontières, en Irak.

 

A lire aussi: Violences conjugales: la Nouvelle-Zélande adopte une nouvelle loi révolutionnaire

 

Au fur et à mesure de leurs rendez-vous, John arrive à engendrer une certaine fascination chez Debra, à travers ses mensonges et le portrait quasiment parfait qu’il dresse de lui-même. Très rapidement, les deux amoureux s’installent ensemble. Peu à peu, John oblige Debra à s’éloigner de ses enfants. Après seulement deux mois de relation, Debra et John se marient sur un coup de tête, à Las Vegas. Malgré les mises en garde exprimées à de multiples reprises par ses filles, Debra avance les yeux fermés, accordant une confiance totale au criminel.

 

A lire aussi: Pervers narcissique : comment sortir d’une relation toxique ?

 

Le pot aux roses enfin découvert par Debra Newell

Après quelques doutes semés par John, Debra commence à avoir des réticences sur l’homme qu’elle a épousé. Celle-ci commence alors à fouiller sa maison et trouve tous les dossier administratifs incriminant son mari. Ce n’est pas tout: en se rendant sur un site internet destiné à créer des alertes contre les prédateurs dans le but de protéger les femmes victimes de ces hommes, elle y aperçoit le profil de John. Et pour cause, plusieurs alertes étaient déjà rattachées à lui. Debra prend alors la décision de se séparer de son mari. Un an plus tard, John arrive tant bien que mal à la convaincre de se remettre avec lui, s’enfonçant encore plus dans ses mensonges. En mars 2016, Debra se décide enfin à annuler leur mariage après une multitude de menaces. Une décision qui engendre davantage de menaces de la part de John à son encontre mais aussi à celle de ses enfants.

5/

Une fin de cauchemar inattendue mais ironique

Porté par un excès de folie, John attend Terra, une des deux filles de Debra, sur le parking de son immeuble. Une chose entrainant une autre, ils en viennent aux mains et John sort un couteau dans le but de tuer Terra. La jeune fille, sous l’effet de l’adrénaline, attrape l’arme blanche et lui enfonce 13 coups de couteau dont un dans l’oeil. John meurt quatre jours plus tard à l’hôpital.

 

A lire aussi: Deux mots magiques à se dire tous les jours pour être un couple épanoui 

 

Nous sommes d’accords pour dire que cette fin, certes inattendue, est une sacrée revanche sur « Dirty John« . Le documentaire sur l’histoire de Debra Newell est également disponible sur Netflix. Elle, ses filles, les victimes de John Meehan et tous les autres protagonistes de cette histoire témoignent à coeur ouvert sur l’enfer que ce dernier a fait subir à de nombreuses personnes.

Si vous avez aimé cet article, lisez aussi: Etes-vous en plein burn-out amoureux ?, Quelle stratégie mentale adopter pour oublier son ex (pour de bon) ? et Amour: avez-vous déjà été victime d’orbiting ?

| | | |
Tags: Culture, Lifestyle, Netflix.