Carnet de voyage : Oman, trésor caché d’Orient

par Laura Lurquin
marieclaire_oman
©Laura Lurquin

Entre le Moyen-Orient et l’Asie, le Sultanat d’Oman garde ses mystères mais partage sa culture et sa nature métissée. Road-trip entre montagnes et déserts, palmeraies et piscines naturelles.

1/

Carnet de voyage : Oman, trésor caché d’Orient

Laura Lurquin

Une première nuit à Mascate

Le voyage démarre à l’aéroport de Mascate, au printemps, à deux heures du matin. La rencontre avec un guide local confirme la réputation accueillante et chaleureuse des Omanais. Une plongée matinale dans la mer d’Arabie nous remet d’aplomb. La voiture louée, le road-trip commence. On aperçoit déjà les premiers mirages sur les routes asphaltées.

 

Lire aussi : « Athènes : nos bonnes adresses dans la ville la plus branchée de Méditerrannée »

 

Arrive Mascate, une oasis fertile au milieu du désert : les maisons traditionnelles, les forteresses et les dômes des mosquées témoignent d’une grande richesse culturelle. Entre tradition et modernité, se dresse le Sultan Qaboos Bin Said al Said, la plus grande mosquée du pays. Construite en pierre de grès et en marbre, elle a été bâtie dans un style architectural contemporain qui respecte le style islamique traditionnel et abrite quelques pièces inestimables.

On regarde vers le ciel et on s’émerveille devant un lustre Swarovski de 14 m de hauteur, tout serti d’or 24 carats. Quelques instants après, on marche sur le plus grand tapis du monde, un chef d’œuvre iranien noué main de 4200 m². La fatigue nous rattrape. On se laisse tenter par un dernier verre au Kargeen, un lieu prisé des Omanais.

 

Lire aussi : Carnet de voyage : L’Afrique du Sud dans les pas des Big Five

 

Les hommes fument des chichas, les jeunes mangent des pizzas. La ville ne dort jamais. Nous oui. On loge à l’hôtel The Chedi. Un des plus beaux de la ville, avec son architecture authentique, son immense jardin et ses chambres chics et épurées. La suite du voyage nous appelle… et nous ramène à la route.

2/

Carnet de voyage : Oman, trésor caché d’Orient

Laura Lurquin

Nizwa, la perle de l’Islam

Surnommée la « perle de l’Islam », Nizwa est une étape incontournable à Oman. L’ancienne capitale bourdonne d’activités. On se promène dans les allées du souk, l’un des plus beaux et des plus riches de la région. Les vendeurs conversent, les enfants jouent, les touristes affluent. C’est ici que l’on trouve le plus grand marché aux dattes.

Un peu plus loin, les vendeurs négocient le prix d’un dromadaire, d’un mouton ou d’une vache, à coup de cailloux. En toile de fond, le superbe massif du Djebel Akhdar, notre prochaine destination, se dessine déjà. Quelques kilomètres seulement séparent Nizwa de la « montagne verte » en arabe (3020 m d’altitude). Ces reliefs constituent sans aucun doute les paysages les plus stupéfiants du pays. Posé en équilibre précaire au bord des falaises abruptes du Wadi Al Ayn, l’Anantara Jabal Akhdar se dévoile.

 

Lire aussi : « Maroc : le Palais Oumensour, petit coin de paradis au coeur de Taroudant »

 

Une plongée dans la piscine à débordement au bord du canyon nous remet sur pied. Ici, le resort et la population locale se côtoient. L’eau usée est récupérée, traitée et redistribuée dans le système d’irrigation de la communauté. Ces deux jours en altitude sont jalonnés de moments uniques : découverte de la culture de la célèbre rose de Damas, randonnée sur la via ferrata, séance de yoga au lever du soleil… Une pause bien-être au milieu du chemin.

3/

Carnet de voyage : Oman, trésor caché d’Orient

Laura Lurquin

Des piscines naturelles, prisonnières des rochers

Les wadis sont des véritables emblèmes du pays. Oasis dans les paysages arides, bassins naturels au milieu des rochers, ceux-ci ponctuent le voyage : au Wadi Bani Khalid, les habitants font vivre les plantations de dattiers et d’arbres fruitiers, au Wadi Shab, un petit couloir d’une dizaine de mètres, accessible uniquement à la nage, nous guide vers une grotte à l’eau turquoise abritant un magnifique palmier,  au Wadi Tiwi, on s’émerveille devant chacun des bassins aux eaux cristallines entourées d’immenses rochers.

 

Lire aussi : « Grèce : Kefalonia, l’île paradisiaque où vous allez passer vos prochaines vacances »

 

Tout près, nous attend l’Al Bustan Palace. Entouré par les montagnes rugueuses de roches noires et bordé par la mer, ce cinq étoiles offre 80 hectares de palmiers et de verdure, face à la plage.

4/

Dans le désert de Sharqiya Sands

Deux heures de route. L’arrivée dans le désert change l’atmosphère. On conduit sur piste. Au bout de quelques heures, les collines de sable rouge atteignent 300 m. À la lisière des sables de Wahiba, on découvre les Bédouins.  Si l’hospitalité survit, la société et le mode de vie traditionnel s’éteignent peu à peu pour laisser place aux 4×4 et aux campements touristiques de luxe.

 

Lire aussi : « Crète : Abaton Island, un hôtel qui se rapproche fort du paradis »

 

Ici, le désert est victime de son succès. En route vers la Mer d’Arabie, dernière étape du périple. Ici, les habitants des villes passent leurs week-ends à camper. Une nuit authentique et rustique. On goûte une fois encore à l’hospitalité omanaise. On a chanté, on a bu le karak, un thé sucré au lait, on a partagé un repas. Il ne reste plus qu’à s’envoler, en emportant des milliers d’images et de souvenirs.

5/

En pratique

Pegasus relie quotidiennement Bruxelles à Mascate. Plus d’infos : flyings.com. Sur place, le réseau de transports est peu développé. Louer une voiture permet de parcourir les longues distances Plus d’infos : europcar.be

Si le sujet vous intéresse, vous devriez aimer : « 7 destinations classiques et leurs alternatives plus originales »« Les endroits les plus photogéniques d’Europe » ou encore « Expérience de rêve : 5 personnes vont vivre 3 mois dans un petit village italien pour Airbnb »

| | | |
Tags: Oman.