Carnet de voyage : L’Afrique du Sud dans les pas des Big Five

marieclaire_afrique_du_sud_bis
©Charlotte Deprez

Observer le roi de la jungle dans son habitat naturel, s’émerveiller devant la majesté des éléphants, se laisser surprendre par les girafes en prenant son café… La réserve naturelle de Phinda, en Afrique du Sud, ne manque pas d’arguments pour les amoureux de la nature et de la conservation animale. Retour sur un safari qui fait rimer émerveillement, technique et éthique.

Il y a quelques mois, la marque chinoise Huawei annonçait que l’appareil photo de son nouveau smartphone, le P20 Pro, était le meilleur au monde. Ils nous ont donc envoyés en safari pour nous le prouver! Et c’est sur les sentiers sinueux de la réserve naturelle de Phinda, au nord-est de l’Afrique du Sud, que nous avons eu la chance de mettre à l’épreuve l’appareil photo du téléphone. Et toutes les photos de cet article ont donc été prises au smartphone.

 

Lire aussi : « Escapade espagnole: 10 bonnes raisons de s’envoler à Madrid cet hiver »

1/

Une diversité inégalée

Il existe peu de spectacles comme celui offert par la savane sud-africaine, et plus spécifiquement par la région où se trouve la réserve naturelle de Phinda; l’une des plus diversifiées sur le plan écologique du continent. Ici, on vous garantirait presque de voir les « Big Five » : le lion, l’éléphant et le buffle d’Afrique, le timide léopard et le très rare rhinocéros noir.

C’est donc accompagnés de nos rangers incollables Matt Roberts et Andrew Taylor que nous avons découvert les merveilles de la vie sauvage africaine, conseils et astuces photographiques en prime. Car s’ils avaient l’oeil pour repérer un léopard tapi dans le bush, nos guides l’avaient aussi pour la photographie.

 

Lire aussi : « Mordus d’aventures: les voyageurs à suivre sur Instagram »

 

Qu’il s’agisse d’un groupe de lions jouant comme de gros chats dans les arbres, d’un éléphant un peu énervé faisant mine de nous charger ou de rhinocéros nous barrant pacifiquement la route, les occasions de prendre des clichés impressionnants et d’en apprendre plus sur la vie dans la savane africaine ont été nombreuses.

2/

La vie de lodge

Nous avons séjourné au Bayala Private Safari Lodge, un vrai home away from home récemment rénové, qui donne tout de suite le sentiment de faire partie d’une famille. Les lodges tout équipés sont disposés autour d’une piscine, en plein milieu de la réserve de Phinda. Vous en connaissez beaucoup vous, des endroits où les girafes se baladent dans votre jardin?

3/

La lutte contre le braconnage, au coeur de la conservation

L’expérience la plus prenante pour le groupe a sans doute été la participation à l’écornage de deux rhinocéros de la réserve. Il s’agit d’une opération délicate mais indolore, au cours de laquelle les cornes des rhinocéros sont retirées afin de dissuader les braconniers. Lors de cet événement, l’émotion était palpable: oui, l’Homme détruit. Et oui, il y a des héros qui luttent contre cette destruction.

L’écornage se passe entre ciel et terre, dans un ballet de rangers et de vétérinaires entraînés et ultra-compétents. En hélicoptère, le traqueur localise le rhinocéros et le guide vers une zone sûre. Le vétérinaire, présent dans l’hélicoptère aussi, lui tire alors une fléchette anesthésiante. Au sol, une fois le rhinocéros amorphe, les rangers lui bandent rapidement les yeux et lui couvrent les oreilles pour éviter de le traumatiser.

 

Lire aussi: « Guide de voyage: que faire et voir à Bali? (avec carte des hotspots) »

 

Les cornes sont coupées à l’horizontale à l’aide d’une tronçonneuse. Comme la les cornes sont composées de kératine, comme nos ongles, l’animal ne souffre pas et est de nouveau opérationnel 10 minutes après. Le braconnage est une préoccupation majeure de la réserve, et la mort du dernier mâle rhinocéros blanc du nord, plus tôt cette année, en est un rappel douloureux.

4/

Carnet de voyage : L'Afrique du Sud dans les pas des Big Five

Le coucher de soleil, pris avec le mode nuit du Huawei P20 Pro.

Tout un safari dans un smartphone

Nos rangers avaient une expérience considérable en tant que photographes de la vie sauvage, et étaient très impressionnés par les capacités de l’appareil photo du P20 Pro. Ils nous ont donné plusieurs astuces pour la photographie au smartphone, comme l’utilisation de jumelles devant votre appareil photo de smartphone pour un zoom 100% fait maison, ou encore l’utilisation du puissant mode rafale pour capturer l’envol des oiseaux ou la course des impalas.

 

Lire aussi: « 4 smartphones à envisager si vous en avez marre de l’iPhone »

 

L’aspect technique le plus impressionnant selon nous? Le mode nuit, qui capture un maximum de lumière en superposant plusieurs clichés pour en obtenir un parfait.

Ci-contre: le coucher de soleil, pris avec le mode nuit du Huawei P20 Pro.

5/

En pratique

  • Quand partir: évitez la saison des pluies, d’octobre à mars.
  • Où loger: Bayala Private Safari Lodge, Farm Versfeldt Bayala, 3960 Hluhluwe, Afrique du Sud, autour de 300€ la nuit.

Le Huawei P20 Pro est doté d’une triple caméra Leica enrichie d’intelligence artificielle et est disponible au prix de 899€. Plus d’infos sur huaweimobile.be.

Lisez nos autres articles : « Sport : 4 astuces pour être en forme lors de vos vacances au ski » , « New York : 5 spots photogéniques à ne pas louper » et « City-trip : 5 activités incontournables à faire à Londres en novembre »

| | | |
Tags: Afrique du sud, évasion.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures