Santé : tout sur le CBD

par Sophie Demanet
marieclaire_cbd_cannabiol_shutterstock
©Shutterstock

Le cannabidiol, d’où son surnom « CBD », est un terme que l’on entend et lit partout depuis plusieurs mois. En effet, vous avez sûrement remarqué l’apparition croissante de nouveaux magasins et sites web commercialisant cette substance. Légalisé depuis peu, on le retrouve désormais dans toutes sortes de produits aux vertus apparemment bienfaisantes. Alors, stratégie commerciale ou réelle nouveauté pour notre santé ? On décrypte le phénomène pour vous.

Marie Claire a décidé de faire le point sur tout ce que l’on entend à propos du CBD avec un expert.

 

Lire aussi : « ASMR : qu’est-ce que c’est et pourquoi tout le monde s’y met »

1/

C’est quoi le CBD au juste ?

Commençons par un peu de science: le cannabidiol (CBD) est un cannabinoïde, l’une des molécules prédominantes qui composent la fleur du cannabis. Sa configuration moléculaire se rapproche de la molécule de tétrahydrocannabinol (THC), également présente dans la fleur de cannabis à son état le plus naturel. « Le CBD est reconnu médicalement, on le retrouve même dans certains médicaments vendus en pharmacie (Sativex), et n’est en aucun cas considéré comme une drogue en Belgique, à l’inverse du THC », nous apprend Lucas Lescalier, gérant d’un magasin de CBD à Rixensart.

Contrairement au cannabis « illégal » vendu sur le marché noir, les plantes de CBD sont modifiées génétiquement au préalable pour réduire le taux de THC. La modification génétique est un système de bouturage, c’est-à-dire un système de greffes réalisées sur des variétés de fleurs de chanvre ayant déjà un faible taux de THC. L’opération est répétée jusqu’à l’obtention d’un taux de THC inférieur à 0.2%. On le retrouve ensuite sous forme de fleurs, d’huiles ou de cosmétiques.

 

Lire aussi : « Fatigue, sommeil perturbé, jet lag : des méthodes pour les vaincre sans médicaments »

 

En résumé, le CBD est une partie de la fleur de chanvre de laquelle on a extrait toutes les substances nocives, parmi lesquelles le THC, pour éviter de ressentir cet état de « défonce ».

2/

Qu’est-ce qu’on garde alors ?

Le THC et le CBD sont radicalement différents. Le THC apporte des effets plutôt perçus comme négatifs (psychoactifs, psychotropes, psychosomatiques) qui le placent dans la catégorie des drogues douces. D’où l’interdiction de cultiver, de fumer et de vendre du cannabis.

Le CBD quant à lui n’a pas d’effets psychoactifs décelables. Selon les résultats d’études pré-cliniques, il aurait justement des effets relaxants et certaines propriétés médicinales pouvant jouer sur :

  • L’anxiété et la dépression : un anxiolytique efficace permettant de réguler l’humeur et d’éviter les phases dépressives
  • La douleur et l’inflammation : bonnes propriétés antalgiques et anti-inflammatoires
  • L’épilepsie : efficace chez certains patients touchés par des formes graves d’épilepsie réfractaires aux médicaments classique
  • La schizophrénie : utilisé principalement comme antipsychotique
  • Les nausées et vomissements : possède des propriétés antiémétiques aidant à lutter contre les nausées et vomissements dus aux effets secondaires d’une chimiothérapie

 

Lire aussi : « 10 astuces concrètes pour en finir avec la cigarette »

 

  • Les maladies inflammatoires chroniques intestinales
  • La sclérose en plaques : principe actif retrouvé dans le médicament Sativex utilisé pour soigner cette maladie
  • Les troubles neurologiques et neuropsychiatriques : neuroprotecteur luttant contre la dégénérescence neuronale
  • L’addiction aux drogues : peut être utilisé pour lutter contre les comportements addictifs, particulièrement efficace pour aider à arrêter le tabac ainsi qu’une réduction à l’accoutumance des opiacés
  • Le cancer : inhibe la création de nouveaux réseaux sanguins nécessaires à la croissance des tumeurs
  • Le diabète : serait capable de réduire l’incidence du diabète

 

Lire aussi : « Sécurité sur internet : tout ce que vous devez savoir pour protéger vos enfants »

 

« A l’inverse de son cousin, le CBD n’aura aucun effet sur l’état du système nerveux, il aura au contraire une action protectrice au niveau neuronal. Possédant bien évidemment d’autres effets thérapeutiques, Il annihile également les effets d’ivresse apportés par les psychotropes présents dans la molécule de THC. » complète Lucas Lescalier.

3/

Est-ce dangereux ?

Non. Puisque le faible taux de THC présent dans la plante de CBD en fait une plante docile n’ayant aucun effet d’ivresse du aux effets psychotropes. « Les risques d’une consommation trop excessive du CBD sont uniquement ceux d’une probable sédation, c’est-à-dire une grosse fatigue. Aucune autre étude n’a révélé d’effets secondaires suite à une trop grande consommation de CBD. » nous confirme Lucas.

Il précise cependant : « nous ne sommes pas médecins et donc pas en mesure de conseiller les clients qui viennent pour des maladies, qu’elles soient chroniques ou autres. »

4/

Et… C’est légal ?

Chez nous, aucune loi n’interdit le CBD car elle n’est pas considérée comme un psychotrope. La justice belge n’a pas encore légiféré là-dessus, il y a donc un vide juridique. Mais en Belgique, dès lors que le cannabidiol a une contenance inférieure à 0.2% de THC, taux maximum autorisé dans la vente de produits à base de chanvre, il est peut être commercialisé. Ce taux étant déjà plus strict que les normes européennes imposées (moins d’1% de THC). Nous sommes donc bien loin des doses que l’on retrouve dans un joint de cannabis !

A ce sujet, Lucas nous explique: « La vente de CBD en magasin est soumise une réglementation stricte régie par l’AFSCA et l’État: tous les produits vendus sont non consommables et interdits aux mineurs. »

 

Lire aussi : « Recettes : 3 boissons détox pour lutter contre l’hiver »

5/

Pourquoi tant d’agitation autour du sujet ?

Le cannabis est répertorié comme drogue douce à cause de l’ivresse ressentie lorsque le produit est consommé ; conséquence de l’absorption du THC par le corps. L’addiction aux drogues et les conséquences qu’elle déclenche sont deux préoccupations actuelles. Selon l’opinion publique, le CBD a des airs de « cannabis légal », les gens confondent parfois les CBD shops avec des coffee shops. Il est donc logique qu’ils soient effrayés à l’idée que des sortes de « coffee shops légaux » ouvrent un peu partout.

« Pourtant, la molécule est réduite dans les produits à tel point qu’il est impossible pour le consommateur de CBD de ressentir ce genre d’effet. Il n’y a donc que les effets « positifs » du cannabis dans les produits vendus. Malheureusement, la nouveauté effraye par manque d’information, c’est pourquoi nous tenions à faire un point sur ce sujet très controversé! » conclut Lucas Lescalier.

Le CBD reste bien sûr un business lucratif comme un autre, mais qui n’en demeure visiblement pas moins bénéfique pour la santé. Il appartient à chacun de décider ou non de l’essayer, que ce soit dans le but d’alléger certaines souffrances ou encore comme solution pour diriger les gros consommateurs de cannabis vers une consommation plus saine.

Plus d’informations, lisez le rapport complet ciblant 10.700 études publiées depuis 1999 sur les effets sur la santé (positifs et négatifs) du cannabis ou de ses dérivés.

Nos autres articles : « Le câlin comme anti-dépresseur naturel » , « Santé : 5 gestes à connaître pour sauver quelqu’un en arrêt cardiaque » et « Méditation : 5 choses à savoir avant de se lancer »

| | | |
Tags: Cbd, Santé.