Le câlin comme anti-dépresseur naturel

marie_claire_calin_priscilla-du-preez
©Unsplash/Priscilla Du Preez

Vous vous sentez stressée? Avec le moral dans les talons? Et le rhume poindre? Vous êtes probablement en manque de câlin! Explications.

Vous l’ignoriez peut-être mais le 21 janvier est la journée internationale des câlins. Initiée en 1986 par un révérend américain. Proclamé depuis ‘Hug Ambassador‘, Kevin Zaborney avait constaté que la période entre Nouvel An et la Saint Valentin était particulièrement sujette à la déprime à cause essentiellement d’un manque de contact émotionnel. Même constat en 2004 de Juan Mann qui réalise qu’il déprime suite à son déménagement dans une ville où il ne connait pas. Il se rend dans un centre commercial avec une pancarte ‘Free Hug’ (étreinte gratuite) et lance un mouvement planétaire…

 

À lire: « 3 pistes pour alléger la charge mentale: les 10 mille choses qui pèsent sur vos épaules »

 

Vous avez peur d’être rejetée? Normal: c’est la raison principale pour laquelle nous ne nous faisons pas (suffisamment) de câlins… Nous vous invitons à profiter pleinement de cette journée pour remplir votre réservoir d’amour et réclamez un câlin à vos proches. Voici de quoi argumenter si besoin:

5 à 7 câlins de 20 secondes… par jour!

En faisant un câlin (de minimum 20 secondes!), le cerveau libère de l’ocytocine, la fameuse hormone de l’attachement (libérée en dose massive par les femmes au moment de l’accouchement), aussi appelée hormone du bonheur. Cet hormone est l’antidote parfait pour contrer le cortisol, l’hormone du stress. D’autant que le câlin réduit la pression artérielle et a également un impact sur la sérotonine et la dopamine. Autant dire que c’est un concentré chimique puissant qui booste le système immunitaire: les câlins préviennent des rhumes et des virus de l’hiver.

Pour se sentir pleinement comblé/protégé, il faut un minimum de 5 à 7 câlins par jour!

Madeleine de Proust

Le câlin joue également sur notre bien-être psychique en nous renvoyant à notre enfance: cette douce et rassurante sensation de sécurité lorsque nous étions bébé, tenu dans les bras d’un adulte. Ce sentiment améliore en prime la confiance en soi.

 

À lire: « Un mois sans râler: 5 astuces concrètes pour y arriver »

 

Vous en doutez? Les Japonais, particulièrement réservé dans leurs effusions, ont développé l’Otonamaki, une technique d’enveloppement, pour pallier au manque de câlins. Ils se font emballer en position foetale dans des bouts de tissus pendant une vingtaine de minutes. Objectif? Réduire le stress et les douleurs dorsales.

Le câlin, une attention nécessaire au développement

Depuis les années 50, on sait grâce aux travaux en orphelinat du psychiatre et psychanalyste américain René Spitz que quelles que soient les qualités d’hygiène et d’alimentation, si un enfant n’a pas de contact affectif et langagier, il sombrera dans la dépression et finira par se laisser mourir. Pour qu’un enfant se développe harmonieusement, le bercer et le câliner est une nécessité. Dans les services de prématurés, les infirmières savent très bien que les enfants prennent plus de poids lorsqu’ils sont touchés. Big up pour David Deutchman, ce retraité qui passe son temps libre à cajoler les bébés dans les services de soins intensifs.

Arbres, chats et autocâlins

Si les enfants ont besoin de câlins pour se développer, pourquoi cela ne concernerait-il pas les adultes? Pourquoi faudrait-il une limite d’âge pour les câlins? Personne n’est trop vieux pour un câlin! À l’inverse, les personnes âgées sont probablement celles qui souffrent le plus de ce manque… D’où probablement le succès des animaux de compagnie chez les retraités, ou la popularité des bars à chats dans les capitales.

 

À lire: « 4 accords à passer avec soi-même pour une année plus bienveillante »

 

Car la bonne nouvelle, c’est que le bénéfice du câlin est bon tant pour celui qui le donne que celui qui le reçoit! Qu’enlacer un arbre ou un chat est bénéfique également.

Si vous n’avez ni ami, ni animal de compagnie, ni arbre sous la main mais que vous êtes en pleine crise de stress, tentez l’autocâlin: avec votre bras, un châle ou une écharpe douce, emballez-vous. Il faut vous sentir soutenue, que votre corps soit en contact, pour que vous preniez conscience de lui, et soyez dans l’instant présent.

 

Réhabilitez la tendresse. Votre monde n’en sera que meilleur…

Pour aller plus loin

Le livre de Céline Rivière, la calinothérapie, une prescription pour le bonheur. 

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à « Réveillez vos 4 héros intérieurs: on vous livre la méthode ici! », « 6 exercices pour muscler sa créativité » et « Enfin du temps pour… moi!« 

| | | |
Tags: Câlin, Hug, Journée mondiale, Ocytocine.