No Culture-No Future : le cri du cœur de l’audiovisuel et du cinéma
© Jacob Owens from Unsplash

No Culture-No Future : le cri du cœur de l’audiovisuel et du cinéma

Par Zina Mehrez
Temps de lecture: 1 min

Si cette crise sanitaire nous a poussés à compatir avec l'Horeca, on a eu tendance à oublier les métiers de l'audiovisuel. Après plus de 60 jours sans activité, et aucune communication de la part des autorités. La plateforme No Culture-No Future prend les devants et lance un cri d'alarme.

Pendant le confinement, on a tou.te.s consommé des dizaines films et séries en tous genres. On a cependant oublié, tous les métiers qui se cachent derrières ces productions audiovisuelles, à tort. Et si tous ces gens de l’ombre — ou pas d’ailleurs, car même les acteurs les plus populaires sont concernés — étaient finalement les vrais laissés pour compte de la crise sanitaire ?

L’initiative No Culture-No Future

Le secteur de l’audiovisuel n’a cessé d’exprimer son désarroi, en vain. Pendant des semaines, des discussions avec tous les niveaux de l’Etat ont eu lieu. Néanmoins, les mesures prises sont toujours jugées insuffisantes. Alors aujourd’hui, la plate-forme No Culture-No Future lance un cri du coeur pour sensibiliser le public à leur condition.

 

Lire aussi: Keeping Brussels Alive : l’initiative pour soutenir les restaurants bruxellois

 

Les acteurs du milieu sont très inquiets car, en l’absence de mesures concrètes et efficaces, le secteur risque de ne pas s’en remettre. Or, le domaine de l’audiovisuel, et par extension celui de la culture, emploie pas moins de 200 000 travailleurs en Belgique, se classant comme 3 ème employeur en Europe. Et parce qu’ils n’ont pas été entendus, ils dressent une liste de propositions, mais aussi un état des lieux pour que l’on puisse tous se faire une idée de la situation, qui nous semble lointaine, abstraite même.

 

Lire aussi: Solidarité: le Plus Grand Bistro du Quartier pour soutenir l’Horeca

 

Ils appellent le fédéral à prendre ses responsabilités mais aussi tous ceux ayant un pouvoir au niveau de la culture, d’agir. Parmi leurs revendications, on retrouve entre autres : la création d’un fonds d’urgence fédéral dédié à tous, l’octroi d’un chômage temporaire ou encore des perspectives de déconfinement réalistes qui prennent en compte les nouvelles mesures d’hygiène.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ARRF (@arrfinsta) le

Leur cri du cœur

Outre les propositions présentées sur leur site, l’initiative a été boostée par une vidéo qui explique la raison d’être de No Culture-No Future. Et vous aurez l’occasion d’y retrouver quelques visages familiers!

Si cet article vous a plu, vous devriez aimer: « 12 films feel good à (re)voir de toute urgence », « Solidarité : Choco Market livre des paniers de produits frais et nourrit les sans abris » ou encore « Smile Initative : colorier avec Manolo Blahnik au service de la santé mentale » 

Tags: Audiovisuel, Confinement, No culture no future.