Liège : l’exposition Toutankhamon, un trésor d’histoire
© Getty Images

Liège : l’exposition Toutankhamon, un trésor d’histoire

Par Aline Dricot
Temps de lecture: 6 min

Le 14 décembre, l'exposition Toutankhamon a ouvert ses portes à Liège, dans l'impressionnante Gare des Guillemins. Une exposition qui relate la vie et la mort de cet incroyable pharaon, ainsi que la découverte de sa tombe.

En effet, c’est en 1922 qu’Howard Carter et Lord Carnarvon découvrent, au terme de longues recherches, la tombe de Toutankhamon, peu connu jusque là. Une découverte riche en surprises, mais également riche au sens premier du terme. Les archéologues tombent sur un trésor gigantesque, contenant pas moins de 250 kilos d’or. Près de 3000 ans après sa mort, Toutankhamon revient sur le devant de la scène!

/

La découverte de la tombe de Toutankhamon

Le 26 novembre 1922, Howard Carter et Lord Carnarvon font une découverte fondatrice. A l’aide d’un trou dans la mur et d’une bougie, ils aperçoivent d’abord le scintillement de l’or, avant de comprendre l’étendue de leur trouvaille. Il s’agit de la première chambre funéraire de Toutankhamon.

-Voyez-vous quelque chose? -Oui… Des merveilles!

Cette découverte est fondatrice, autant pour l’Histoire, pour l’archéologie et pour le sentiment de la réussite. Il s’agirait même de la découverte la plus mythique de l’histoire de l’archéologie. Ce ne sont pas moins de 250 kilos d’or, qui sont entreposés dans les différentes chambres funéraires.

La video lifestyle du jour :
Neuf des plus beaux voyages en train à travers l’Europe

Comme souvent en archéologie, la découverte cruciale se déroule quelques jours avant la date de fermeture des fouilles. Carter n’y croit plus, jusqu’à ce qu’il découvre un nouvel indice de la présence d’un tombeau important. Les recherches accélèrent, pour justifier une nouvelle période de fouilles. Enfin, Toutankhamon sort de l’oubli.

 

Lire aussi: Miss Univers 2019 : la gagnante Zozibini Tunzi entre dans l’Histoire

 

Remontons quelques années plus tôt. Le jeune Carter n’est pas destiné à l’archéologie, et pourtant, c’est sa passion. Il fait ses propres recherches à propos de Toutankhamon, un pharaon qui semble avoir été rayé de l’Histoire. Après quelques voyages en Egypte, il rencontre Lord Carnarvon, un riche héritier. Carter le convainc alors, avec moult indices, d’acheter une concession de fouilles bien précise, dans la vallée des rois. Carter est certain qu’ils trouveront la tombe de Toutankhamon à cet endroit. Carnarvon le soutient, et ils font ensemble la plus grande découverte archéologique du siècle.

Il faudra encore quelques années aux chercheurs pour sortir les nombreuses pièces des différentes chambres funéraires. Enfin, le sarcophage de Toutankhamon est ouvert, le pharaon peut être étudié. Les méthodes de l’époque diffèrent quelques peu des méthodes archéologiques et scientifiques contemporaines. Pourtant, les découvertes sont riches, principalement historiquement parlant.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par History in Five (@history_in_five) le

/

Toutankhamon, un pharaon peu commun

Toutankhamon est le fils de Néfertiti et d’Akhenaton, roi de la 18ème dynastie. Longtemps oublié des livres d’Histoire, il doit sa mauvaise réputation à son père. En effet, Akhenaton (celui qui est utile à Aton) impose une religion monothéiste. C’est Aton, le disque solaire, qui occupe la première place de ce culte. Pourtant, à la mort d’Akhénaton, Toutankhamon ne poursuit pas les idées de son père. Toutankhamon devient pharaon à 8-9 ans, selon différents spécialistes. Son règne dure une dizaine d’années, pendant lesquelles il réintroduit le dieu Amon (le soleil) et son clergé.

Malgré la volonté de Toutankhamon de réhabiliter les anciens dieux, il est loti à la même enseigne que son père, et traité d’hérétique. Les égyptiens raieront leurs deux noms des temples et monuments, pour oublier leurs règnes. Ce recours de profanation est courant en Egypte Antique. Le peuple oublie Amarna, l’ancienne capitale d’Akhénaton, ainsi que les pharaons qui y ont régné.

Comme souvent en égyptologie, les données connues sont entrecoupées de nombreuses zones d’ombre. D’après Dimitri Laboury, archéologue chevronné, il est désormais certain que Toutankhamon est décédé en janvier 1317 av. J.-C.

 

Lire aussi: Sophie Wilmès, première femme à occuper le poste de Premier ministre

 

Toutankhamon est un pharaon peu connu, avant la découverte de sa tombe par Howard Carter en 1922. En effet, la tombe recèle de nombreux trésors. La tombe de Toutankhamon est l’une des seules à avoir été trouvée « intacte ». Malgré deux visites de pilleurs de tombes, elle reste la plus complète découverte à ce jour. Le trousseau royal est, par ailleurs, presque complet.

De nombreux objets personnels du roi sont également présents. Toutankhamon est devenu roi à huit ans, et est décédé à plus ou moins 18 ans. Sa mort constitue un drame national pour les égyptiens. Il semble néanmoins que le pharaon était d’une constitution fragile, en référence au nombre de cannes retrouvées dans ses chambres funéraires.

Face à sa mort prématurée, il est fondé que son tombeau n’était pas prêt à recevoir le roi pour son voyage dans l’au-delà. Le tombeau est alors réalisé dans de très brefs délais, dans un tombeau de noble transposé.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par My Talky Moment (@mytalkymoment) le

/

L’exposition Toutankhamon à Liège

Toutankhamon, à la découverte du pharaon oublié. Tout est dans le titre. Il s’agit en effet d’exposer la vie (et la mort) du pharaon Toutankhamon. Son trésor faramineux passe en second plan. L’exposition est d’une rare grandeur, puisqu’elle occupe les 1800 mètres carrés consacrés aux expositions de la gare de Liège-Guillemins. Cet événement de grande envergure est organisé par Europa Expo, qui a proposé notamment, « Génération 80 expérience » ou encore « J’avais 20 ans en 45 ». Les expositions d’Europa Expo préfigurent un nouveau style.

Différents spécialistes ont participé à la mise en place, notamment Dimitri Laboury (Directeur de recherches au F.R.S, Professeur adjoint d’Histoire de l’art et archéologie de l’Egypte pharaonique à l’Université de Liège et responsable du comité scientifique de l’exposition) et Simon Connor (Chargé de Recherches au F.R.S au Service d’Égyptologie et d’Archéologie égyptienne, Université de Liège)

Nous mettons un point d’honneur pour que l’exposition soit la plus narrative et la plus pédagogique possible. Nous voulons raconter l’histoire croisée de Carter et de Toutankhamon.

Les musées principaux d’Europe, ainsi que de prestigieuses collections privées prêtent de nombreux objets archéologiques. Ces dernières, généralement fermées au public, ont permis de rassembler une collection d’objets anciens rarement atteinte. De plus, l’exposition propose des textes informatifs détaillant les nombreuses facettes de la vie quotidienne sous la 18ème dynastie égyptienne (1550-1292 av. J.-C.). Enfin, les pièces proviennent principalement de musées et collections européennes, pour privilégier le circuit court. Il s’agit de 242 objets issus des ateliers du Musée du Caire et authentifiés par le Ministère des Antiquités Égyptiennes.

 

Lire aussi: Opinion : quand l’Arabie saoudite recrute des influenceurs pour redorer son image et booster son tourisme

 

Une série de reproductions précises, réalisées à l’atelier du Caire, recréent la tombe de Toutankhamon. Ainsi, les visiteurs peuvent voir la tombe exactement telle qu’elle a été vue par Howard Carter et Lord Carnarvon, lors de leur première découverte en 1922. Objet par objet, la reconstitution des trois chambres funéraires présentent un niveau de précision et de fiabilité historique jamais atteint.

L’ancrage belge est important, dans l’histoire de la découverte de la tombe de Toutankhamon. En effet, quelques temps après la découverte pharaonique, la Reine Elisabeth part pour l’Egypte, attendue par Lord Carnarvon et Mr. Carter. Elle veut assister à l’ouverture officielle de la tombe, en février 1923. Jean Capart, le premier professeur égyptologue de Belgique, d’ailleurs professeur à l’Université de Liège, l’accompagne, en grandes pompes. Cette rencontre entre Belgique et Egypte marque les esprits. Désormais, la Belgique et Toutankhamon sont liés à jamais.

En somme, l’exposition Toutankhamon, présentée à Liège, se veut principalement narrative et pédagogique. Elle propose une immersion exclusive dans la vie du pharaon oublié.

Enfin, un escape game à travers l’exposition permet d’immerger un peu plus les visiteurs.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Expo Toutankhamon Liège (@europa.expo) le

/

Infos pratiques pour l’exposition Toutankhamon à Liège

Quoi? Une exposition qui relate l’histoire de la vie et de la mort de Toutankhamon, ainsi que la découverte de sa tombe.

Où? A la gare de Liège-Guillemins.

Quand? Du 14 décembre 2019 au 31 mai 2020, de 10h à 18h30 tous les jours.

Infos ? Rendez-vous sur europaexpo.be.

Si vous avez apprécié cet article, vous pourriez également lire: L’exposition Dalí/Magritte : une pépite surréaliste, Bruxelles : l’expo du légendaire Keith Haring débarque à BOZAR ou encore Liège : pourquoi il faut aller voir l’exposition Hyperrealism Sculpture à La Boverie.

Tags: égypte, Exposition, Liège.