Liège : pourquoi il faut aller voir l’exposition Hyperrealism Sculpture à La Boverie

par Aline Dricot
marieclaire_hyperrealism (2)
©John de Andrea

L’exposition tant attendue, Hyperrealism Sculpture. Ceci n’est pas un corps, débarque à La Boverie de Liège le 22 novembre. Le titre dit tout, le réalisme extrême est sur le devant de la scène. Au menu, des sculptures plus vraies les unes que les autres. On s’attendrait à les voir bouger…

1/

Une exposition itinérante qui arrive à Liège

Après avoir voyagé dans différents pays, Hyperrealism Sculpture s’arrête en Belgique, juste le temps d’épater le public. Cette exposition est décrite par ses créateurs comme étant un aperçu condensé du mouvement hyperréaliste et elle révèle à quel point la représentation de l’humain a toujours été sujette à l’évolution. Au travers de 44 sculptures, ce sont différents mondes, différents temps qui sont proposés aux visiteurs.

 

Lire aussi: Lecture : 7 ouvrages féministes à lire de toute urgence

 

Le fait que ce soit Liège qui abrite l’exposition est symbolique en soi. Hors de la capitale, Liège a souvent mis en avant des expositions complexes, un poil philosophiques. Nous aurons l’immense joie de voir l’exposition à La Boverie, le musée devenu incontournable à Liège. Hyperrealism Sculpture sera présentée sur les lieux du 22 novembre 2019 au 3 mai 2020.

marieclaire-exposition-liège-hyperrealism sculpture

©Carole Feuerman, Catalina, 1981

2/

Ceci n’est pas un corps

Cette phrase, empruntée à La trahison des images, de Magritte, exprime l’idée générale de l’exposition. Plus on tente de représenter le réel, plus on s’en éloigne. L’hyperréalisme nous tend un miroir qui reflète les tourments de notre époque. L’inattendu se mêle au surprenant, le dérangeant à l’adorable. Cette représentation de l’humain permet de revoir la beauté là où elle passait inaperçue. Il s’agit également de retrouver les sensations de se sentir un tout, un ensemble sur Terre.

La position philosophique de l’exposition est importante. La base de l’hyperréalisme est de nous mettre face à nous-mêmes. Depuis toujours, l’artiste a tenté de sculpter le réel. Depuis le David de Michel Ange, en passant par L’enlèvement de Perséphone par Le Bernin ou Les Mains d’amants d’Auguste Rodin, l’impression de réel, malgré le marbre, est bien présente.

 

Lire aussi: Anvers : une première boutique Chanel dédiée entièrement à la beauté

 

La sculpture hyperréaliste cherche à recréer les textures, couleurs et contours exacts du corps humain. L’illusion doit être la plus parfaite possible. Cette recherche de l’absolu réel peut également servir à dénoncer un réel qui n’est plus humain, qui tente en vain d’être une perfection. Les artistes hyperréalistes aiment les imperfections de l’humain. Les tâches de rousseur, les cheveux grisonnants, les rides et défauts sont leur Graal. Réussir une représentation parfaite d’un être imparfait, voilà la quête ultime.

3/

Des artistes internationaux et une nouveauté

L’exposition n’en est pas à ses débuts. Elle a déjà parcouru le monde, avant d’arriver en Belgique. Elle abrite également des œuvres d’artistes internationaux, tels que Zharko Basheski, Anna Uddenberg, Paul McCarthy ou encore Carole Feuerman. Chacun à leur manière, ils ont contribué à faire découvrir l’hyperréalisme dans leur société, et l’ont rendu célèbre.

De plus, La Boverie innove, par rapport aux anciennes présentations de l’exposition. En effet, il y a une nouvelle section, spécialement tournée vers le futur. Qu’en sera-t-il de la représentation de l’humain, demain ou dans quelques années? L’influence et l’utilisation d’outils numériques deviennent le sujet même des œuvres. Notre quotidien, régi par une bulle numérique de communication, sert ou dessert la représentation de la personne. Ce sujet a intéressé de nombreux artistes, qui donnent leur idée du futur grâce à des représentations hyperréalistes. L’adaptation aux nouveaux médias est en marche, même dans le milieu de l’art.

marieclaire hyperrealism

Ron Mueck

4/

Informations pratiques

Hyperrealism Sculpture. Ceci n’est pas un corps sera à La Boverie à Liège du 22 novembre 2019 au 3 mai 2020. Une exposition à ne pas manquer, autant pour le côté artistique des installations, que pour se retrouver face à soi-même…

Adresse: Parc de la Boverie 3 – 4020 Liège

Horaire: Ouvert du mardi au vendredi de 9h30 à 18h, le samedi et dimanche de 10h à 18h. Fermé le lundi.

Toute autre information est disponible sur le site de l’exposition.

Si vous avez apprécié cet article, vous aimerez peut-être : Portrait : Alice Dewert, la photojournaliste belge qui voyage en solo pour immortaliser le Moyen-Orient, Jeux Olympiques 2020 : à Tokyo, les médailles seront… recyclées! ou encore Sophie Wilmès, première femme à occuper le poste de Premier ministre.

| | | |
Tags: Exposition, Liège.