Dans les coulisses d’une photographe de blogueuses mode

par Camille Vernin
marieclaire_photographe_blogueuses
©Instagram @p.elle_photographie

On les voit partout. Les blogueuses sont devenues une source d’inspiration incontournable et demeurent désormais omniprésentes dans la stratégie commerciale des grandes marques. Des photographies léchées, les dernières fringues à la mode et des mises en scène dignes des grands magazines, c’est leur credo. Mais qui se cache derrière ces shootings? Pauline Leclère est photographe de blogueuses mode. Elle nous plonge dans son univers.

 

Lire aussi: Interview: notre rencontre avec Leslie en Cuisine, chef et blogueuse food de talent

 

Milkywaysblueyes, Gaëlle VP (143.000 abonnés), Lima’s Wardrobe (297.000), Aurélie Van Daelen (651.000),… elles sont toutes passées devant son objectif. Sur son instagram, P.Elle Photographie, des centaines de photos de filles ultra bien sapées défilent. En arrière plan, on retrouve un décor familier: l’Avenue Louise, la Place Poelaert, la Rue de Livourne ou l’Avenue Lepoutre… Des usines de Charleroi aussi, c’est là-bas qu’est née Pauline.

 

Se faire un nom

« Je vivais à Charleroi. J’ai commencé à étudier la communication à l’IHECS il y a 3 ans. J’y ai rencontré une petite blogueuse à l’époque, Margaux Thibaut. Elle m’emmenait aux events auxquels elle était invitée en échange de shootings. J’y rencontrais petit à petit les blogueuses connues de Bruxelles. C’était le tout début, je me souviens que j’avais envoyé un message à plein d’influenceuses, un truc du style « si t’as besoin d’un photographe, n’hésite pas ». C’était vraiment un message sans appel (rire).

 

Je n’ai d’abord pas reçu de réponses. Puis, à force d’assister à tous ces events, j’ai commencé à me faire connaître. Elles m’ont contacté petit à petit, des petites blogueuses jusqu’aux plus grosses, des filles comme Aurélie Van Daelen par exemple, qui a plus de 600.000 abonnés. »

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par P.Elle Photographie (@p.elle_photographie) le

 

Lire aussi: Instagram: 4 influenceuses à suivre pour se sentir bien dans sa peau

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par P.Elle Photographie (@p.elle_photographie) le

 

Un shooting-type ?

Ca se fait très rapidement. On se prévoit généralement une heure max, deux s’il y a beaucoup de looks. On se donne un point de rendez-vous qu’elle ou moi avons choisi. Ses looks sont déjà prêts, en général on prévoit trois tenues pour un shoot. Il n’y a pas de make-up artist ou de hair artist. On n’en a pas besoin en général. Ce n’est pas du tout comme dans un shooting mode.  C’est la blogueuse et moi et personne d’autre.

 

Les difficultés du métier ? 

Pour être honnête, il n’y en a pas beaucoup. Je parlerais de particularités plutôt que de difficultés. Travailler avec des blogueuses, ça demande des photos particulières. En général, elles doivent être très brutes. Le travail de retouche est quasiment absent puisqu’elles préfèrent s’en occuper elles-mêmes avec Lightroom ou Photoshop. De toute façon, tu n’as même pas le temps de les retoucher. La mode, ça doit aller super vite. Il faut que ta photo donne bien même au naturel.

Après, la vraie difficulté c’est qu’il faut être présente tout le temps. Tu dois te montrer pour rester active dans le milieu.

 

De base, j’ai vraiment démarré de rien. Au début, c’est clair qu’il ne faut pas espérer gagner beaucoup d’argent.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par P.Elle Photographie (@p.elle_photographie) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par P.Elle Photographie (@p.elle_photographie) le

 

Lire aussi: Pourquoi les influenceuses ne parlent pas de leur vraie vie

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par P.Elle Photographie (@p.elle_photographie) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par P.Elle Photographie (@p.elle_photographie) le

 

Tes sources d’inspiration ? 

Je m’inspire beaucoup des magazines de mode. Je vais souvent chercher de l’inspiration dans le magazine Jalouse. Sinon je m’inspire plutôt des revues anglaises et américaines. Vogue, c’est la base.

J’ai pas mal de photographes de blogueuses qui m’inspirent aussi comme Alix de Beer ou Samuel Lagarto.

 

Ton endroit fétiche pour shooter? 

Je n’en ai pas vraiment mais je dirais que Paris est ma ville préférée pour shooter. Tu peux faire des photos à chaque coin de rue, tu sais que ce sera beau. À côté, j’ai shooté devant des usines à Charleroi et c’était tout aussi joli ! Mais si je devais en choisir un à Bruxelles, c’est le Sablon.

 

Les petits + du métier? 

Grâce aux shootings, j’ai la chance de pouvoir beaucoup voyager. Je pars avec les blogueuses à l’étranger, on partage forcément beaucoup de choses ensemble, on crée des souvenirs. C’est comme une grande colonie de vacances!

 

Mais attention c’est aussi beaucoup de boulot. Etre photographe de blogueuses au quotidien c’est avoir beaucoup de temps à consacrer. Je veux dire, le soir, je trie des photos (rire). Il faut consacrer des heures à ce genre de trucs et ça aux dépens de ses amis par exemple. Je cumule les études à côté. Mon quotidien c’est rencontrer les blogueuses entre deux cours, rentrer et faire les retouches nécessaires, aller aux events de temps en temps. C’est parfois fatiguant mais j’adore ça !

 

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à « L’envers du décor: la blogueuse Aimee Song parle en toute franchise », « Body positivism: les hip dips prennent Instagram d’assaut » et « Le compte Instagram @mayavorderstrasse, ou le véritable visage d’une femme enceinte »

 

| | | |
Tags: Bruxelles, Mode, Streetstyle.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures