Carnet de voyage : 8 choses à faire et à voir au Costa Rica, le paradis vert

par Marine Lemaire
MarieClaire_Costa_Rica_voyage
©Berti Benbanasteon & Isabella Juskova Unsplash

Avec sa palette de couleurs s’étendant du bleu océan au vert profond, le Costa Rica vous plonge dans une beauté luxuriante. Se réveiller au doux son des vagues, sentir le sable chaud glisser entre ses doigts, escalader un volcan ou dialoguer avec un singe araignée… tant de possibles dans ce paradis vert ! Le Costa Rica est indéniablement le terrain de jeu privilégié des voyageurs en quête de nature préservée. En deux mots, c’est la Pura Vida.

1/

Le Costa Rica, entre mer et monts

Terre d’aventure tropicale, le Costa Rica fait preuve d’une biodiversité incroyable. C’est pourquoi plus d’un quart du territoire est protégé sur le plan écologique. Les parcs nationaux et réserves naturelles sont donc omniprésents, et l’on se fait une joie de les découvrir à pied, à cheval, en 4×4 ou en bateau.

Avec la jungle pour toile de fond, cet écrin de verdure a tout pour séduire. Les baroudeurs ne sauront où donner de la tête : sports en tous genres – aquatiques, terrestres et même aériens – combleront sans aucun doute le voyage. Mais pas de tracas, les kilomètres de côté, bordés d’un côté par le Pacifique et de l’autre par la mer des Caraïbes, contenteront également les amateurs de farniente.

 

Lire aussi : Tendance glamping : 10 des plus beaux camps de luxe à travers le globe

 

Les locaux, ou Ticos pour les intimes, sont d’une gentillesse et d’une bienveillance sans limite. Ils réservent un accueil chaleureux à tous les visiteurs. Leur rythme de vie nonchalant peut surprendre, mais s’avère très agréable à adopter. C’est ça, la Pura Vida (la vie pure) : du bon vivre, de l’optimisme et du bien-être.

2/

Cours de surf à Santa Teresa

La baie de Nicoya est réputée pour ses hôtels de charme, ses bonnes tables et le surf, sport national costaricien. À Santa Teresa, la plage semble s’étendre à l’infini, offrant des spots de choix aux surfeurs aguerris et aux débutants. La houle constante permet de surfer à n’importe quel moment de la journée. Une fois dans l’eau, retournez-vous et profitez du splendide paysage : du sable blanc à perte de vue et, juste derrière, une verdure foisonnante. Un véritable havre de paix.

 

Lire aussi : Best in Travel : quelles sont les villes à visiter en 2020 selon Lonely Planet ?

 

Après une initiation de 2h et autant d’eau salée avalée, vous ne rêverez que d’une chose : manger ! Pour un lunch copieux mais sain, rendez-vous au Zwart Café ou au Earth Café, bordant tous deux la « route » principale de cette bourgade hippie-chic.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Unseen Paradise Costa Rica (@unseenparadisecr) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Costa Rica Shuttles Experts (@crshuttles) le

3/

Canopy et ponts suspendus à Monteverde

La réserve biologique de la forêt de nuages de Monteverde semble tout droit sortie d’un conte de fées (et de sorcières). Dans cette jungle dense, les chemins pédestres se font vite détrôner par des activités… vertigineuses ! Prête à quitter la terre ferme ? Enfilez votre baudrier, votre casque et volez. La plus longue tyrolienne d’Amérique latine (1,6 km de long) se trouve ici. Mais pour les moins courageux, il existe toutes sortes de parcours fun et décalés.

 

Lire aussi : Mordus d’aventures: les voyageurs à suivre sur Instagram

 

Et après une bonne dose d’adrénaline, flânez donc sur les ponts suspendus, emblématiques du Costa Rica. Certes, en parcourir 8 d’affilée est rébarbatif, mais le jeu en vaut tout de même la chandelle. Parce qu’on ne va pas se mentir, c’est the place to be pour la photo de touriste parfaite.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par katie frommelt (@katiefrommelt) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Visit Costa Rica (@visit_costarica) le

4/

Observation des baleines à Uvita

Fondé en 1989, le parc national Marino Ballena doit son nom aux baleines à bosse qui s’y reproduisent. Au départ d’Uvita, cette expédition en bateau à la rencontre des cétacés est absolument magique et inoubliable. Loin des grandes croisières hyper touristiques, vous montez à bord d’un petit bateau, avec une quinzaine de personnes maximum. Ambiance assurée. Si la traversée s’avère parfois mouvementée, la beauté du spectacle qui s’en suit dépasse l’entendement : à quelques mètres à peine, les baleines s’en donnent à coeur joie…

 

Lire aussi : Sports d’hiver : 5 raisons de partir à la découverte de la Vallée d’Aoste

 

Fascinantes, ces créatures effectuent une double migration au Costa Rica. En effet, les baleines à bosse de l’hémisphère sud et de l’hémisphère nord migrent toutes deux vers l’équateur durant leurs hivers respectifs. Résultat, elles sont présentes entre décembre et avril (venant du Nord), puis entre juillet et novembre (en provenance du Sud). Ce phénomène fait d’Uvita l’un des secteurs les plus réputés pour le whale watching.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Visit Costa Rica (@visit_costarica) le

5/

Baignade en eaux thermales à La Fortuna

La Fortuna est le lieu de prédilection pour crapahuter autour du volcan Arenal. Mais après une bonne journée de randonnée, rien de tel qu’en prendre plein la vue… depuis une piscine naturelle. Pour ce faire, loin du flot de touristes en quête de bien-être, optez pour l’espace thermal de l’hôtel The Springs Resort & Spa. Vous ne voudrez plus jamais quitter cet établissement d’exception.

 

Lire aussi : Escapade espagnole : 10 bonnes raisons de s’envoler à Madrid cet hiver

 

Au programme : 5 restaurants, 5 bars, 1 toboggan et des dizaines de bassins aux températures variées. Le tout avec une vue imprenable sur le sommet fumant du volcan voisin. On ne vous parle même pas du coucher de soleil, admiré depuis la piscine principale, un cocktail à la main… Le paradis sur terre, rien que ça !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par The Springs Resort & Spa (@thespringscostarica) le

6/

Ponte des tortues à Tortuguero

Il se dégage de Tortuguero une ambiance toute particulière… Accessible uniquement par avion ou par bateau, ce village du bout du monde séduit par ses ondes afro-caribéennes conviviales et ses colonies de tortues. Le parc national Tortuguero est une zone protégée de 311 km2. On s’y déplace principalement à pied et en kayak. Si les tortues représentent l’attraction phare de la réserve, naviguer sur les célèbres canaux du coin permet d’observer des espèces variées : caïmans, crocodiles, oiseaux (échassiers, martins-pêcheurs, toucans, aras…), singes, paresseux, iguanes et tant d’autres.

 

Lire aussi : Guide de voyage : que faire et voir à Bali? (avec carte des hotspots)

 

Évidemment, le clou du spectacle reste d’assister à la ponte des tortues, à la tombée de la nuit. La majorité des tortues reviennent par instinct pondre sur leur plage d’origine. Chacune creuse avec ses nageoires un trou cylindrique dans le sable avant d’y déposer ses oeufs (une centaine, en général). Ensuite, elles les recouvrent délicatement pour les protéger des prédateurs. Et finalement, elles retournent à la mer, laissant la nature suivre son cours…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Nature is our medicine (@nature.is.our.medicine) le

7/

Exploration de la jungle au Corcovado

Peu de gens s’aventurent dans cette région reculée du pays. Le parc national Corcovado rassemble pourtant ce que le Costa Rica fait de meilleur. Le voyage a lui seul vaut le détour. Les routes (des pistes !) qui mènent à Bahía Drake – village le plus proche de l’entrée du parc – sinuent au coeur de la forêt tropicale. Vous serez même amenée à traverser quelques gués, avec prudence… Puis, pour atteindre le Corcovado, il vous faudra prendre le bateau. Il n’est pas rare de croiser la route de raies, tortues, dauphins et baleines durant la traversée.

 

Lire aussi : Wishlist : 30 cadeaux de Noël à offrir aux mordus de voyage

 

Une fois le checkpoint passé, suivez donc le guide à la rencontre des animaux sauvages : toucans, papillons, aras, paresseux, caïmans, coatis, agoutis, lézards Jésus-Christ, tapirs, singes hurleurs et capucins se donnent en spectacle pour le plus grand plaisir des voyageurs !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Fred Olk (@olkfrederic) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cyril Corsin (@cyrilcorsin) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Brigitte Benkemoun (@brigitte_benkemoun) le

8/

Infos pratiques

  • Quand partir : la saison sèche s’étend de décembre à avril
  • Vols : Iberia assure des vols Bruxelles-Madrid-San José (durée : 16h en moyenne)
  • Sur place : le réseau Tout Costa Rica propose un immense choix d’activités et de services, pour se faciliter la vie. Infos sur toutcostarica.com
  • Décalage horaire : 7h à 8h selon l’heure d’été ou d’hiver
  • Prix des billets : Bruxelles-San José en classe économique à partir de 650€. Plus d’infos sur iberia.com

Si le sujet vous intéresse, vous devriez aimer : « Carnet de voyage : le Québec, hors des sentiers battus », « Carnet de voyage : L’Afrique du Sud dans les pas des Big Five » ou encore « Cap Ferret : les adresses incontournables pour des vacances au paradis ».

| | | |
Tags: Costa rica, Nature, Voyage.