Quand la mode se révolte face à la politique
© Getty Images

Quand la mode se révolte face à la politique

Par Malvine Sevrin
Temps de lecture: 4 min

Décret anti-immigration, discours haineux, menace d'un mur à la frontière mexicaine... Face à la politique discriminante du 45e président des États-Unis, l'industrie de la mode se révolte. De nombreuses voix s'élèvent pour défendre la vision d'un monde ouvert et solidaire. Une mode engagée à découvrir ici.

Entre les bandanas blancs du défilé Tommy Hilfiger, la bande son  » This is not America » du défilé Calvin Klein et la dernière campagne de pub de Diesel « Make love not Walls« , la mode américaine semble déterminée à faire entendre sa voix. Lors de la Fashion Week de New York, l’heure était clairement à la résistance. Face au protectionnisme et au discours agressif du nouveau président des États-Unis, le milieu de la mode a tenu a mettre en avant, plus que jamais, des valeurs universelles telles que la fraternité et la tolérance.

Bandanas blancs et badges roses

Durant la Fashion Week de New York, de Calvin Klein, à Tommy Hilfiger ou encore Prabal Gurung, on a pu apercevoir noués aux poignets des mannequins des bandanas blancs. Un symbole de résistance et d’union face à la discrimination de Donald Trump. Le slogan #tiedtogether (tous liés) était le mot d’ordre.

The stunning @SaraSampaio storms yet another #TOMMYNOW runway 🔥🇵🇹🔥

Une publication partagée par Tommy Hilfiger (@tommyhilfiger) le

La video Marieclaire du jour :
5 sports à pratiquer facilement avec votre bébé


Les badges roses étaient également très présents lors de cette semaine de la mode. Repéré sur l’écharpe d’Anna Wintour, au pull de la créatrice Diane Von Furstenberg, sur les tenues des mannequins et des stylistes. Le message est clair: « Fashion stands with Planned Parenthood » (la mode soutient le Planning familial).

Un autre domaine fortement menacé depuis l’arrivée de Trump au pouvoir. Le CFDA, le conseil des créateurs de mode américains, s’est engagé à faire un don de 5 dollars à l’organisation pour chaque photo du badge postée sur les réseaux sociaux et accompagnée du hashtag #IStandWithPP.

Pin power backstage at @lelarose #CFDANYFW #IStandWithPP 💛 📸: @taylorjewell

Une publication partagée par cfda (@cfda) le

Un appel à l’amour

À travers sa nouvelle campagne de pub printemps-été 2017, Diesel fait passer un message important qui nous rappelle un certain « Make love, not war » des années 60. Photographiée par l’iconique artiste américain David LaChapelle, la campagne brise les frontières à la fois physiques, mais aussi psychologiques qui séparent les humains des autres. Diesel veut détruire ces murs en montrant qu’un avenir plus lumineux et heureux est possible. Un bel exemple de mode engagée!

Diesel SS17

Diesel SS17

« Chez Diesel, nous avons une position forte contre la haine et plus que jamais nous voulons que le monde le sache. L’amour et l’unité sont cruciaux pour créer une société dans laquelle nous voulons tous vivre et l’avenir que nous méritons tous. » Nicola Formechetti, directeur artistique de la marque.

Un très beau message d’amour et de tolérance dans cette campagne imaginée par Diesel.

I am an immigrant

Adriana Lima, Doutzen Kroes, Grace Coddington, DVF, Caroline de Maigret et bien d’autres personnalités du milieu unissent leur voix contre le décret anti-immigration. 

Des défilés engagés

On vous en avait parlé, lors de son premier défilé pour Calvin Klein, le créateur Raf Simons avait lancé un appel à la tolérance et à l’unité en rendant hommage à la diversité de l’Amérique. Un show engagé rythmé par les paroles de David Bowie chantant « This is not America ».

D’autres ont été encore plus explicites, comme le créateur mexicain Raul Solis pour sa marque Lrs Studios. Son défilé clamait haut et fort les messages suivants imprimés sur des petites culottes blanches : « Fuck your Wall » et « No ban no wall« .

#fuckyourwall 🖤 @_l_r_s_ #lrs #nyfw2017

Une publication partagée par Nadia Tulin (@smokingzippers) le

Autres menaces de l’ère Trump: celles qui planent sur le droit à l’avortement et plus généralement aux droits des femmes. A la fin du défilé du créateur Prabal Gurung, les mannequins ont enfilé des t-shirts aux messages féministes explicites, notamment ceux entendus lors de la marche des femmes. « Les filles veulent juste des droits fondamentaux » , « la révolution n’a pas de frontière« , « le future est féminin« . A la fin du show, le designer d’origine népalaise est venu saluer le public avec un t-shirt “This is what a feminist looks like” (voici ce à quoi ressemble un féministe).

Dao-Yi Chow et Maxwell Osborne, les deux créateurs new-yorkais de la griffe Public School ont détourné la célèbre casquette rouge du président pour lui donner un tout autre sens. Pour répondre au fameux « Make America Great Again » (rendre à l’Amérique sa grandeur), slogan de campagne de Donald Trump, les créateurs ont opté pour la mention « Make America New York » en référence aux valeurs cosmopolites de la capitale. Vive la mode engagée!

Behind the Scenes | Public School Fall ’17 Collection « You’re Welcome » #makeamericanewyork

Une publication partagée par PUBLIC SCHOOL (@publicschoolnyc) le

Suivez Marie Claire sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances, astuces beauté, infos culture, lifestyle, food et bien plus encore.

Tags: Donald trump, Etats-unis, Fashion week, Mode, New York, NYFW.