Théâtre de Namur: 5 spectacles que l’on court voir à la rentrée
© Photo by Peter Lewicki on Unsplash

Théâtre de Namur: 5 spectacles que l’on court voir à la rentrée

Par Marine Lemaire
Temps de lecture: 5 min

Dans quelques semaines à peine, une nouvelle saison culturelle riche et exaltante débutera. Voilà une belle raison de se réjouir à l'approche du mois de septembre! Et comme chaque année, le Théâtre Royal de Namur proposera une soixantaine de spectacles, concerts de musiques classiques et contemporaines, expositions et rencontres. S'il est difficile de s'y retrouver dans cette programmation foisonnante, on vous dit tout sur les cinq performances à ne surtout pas manquer!

Le Théâtre Royal de Namur, un cadre majestueux

Construit en 1822 en plein coeur de Namur, ce bâtiment dédié exclusivement aux arts de la scène et de la musique est aujourd’hui classé au patrimoine civil public de Wallonie. Son caractère monumental participe au dynamisme urbain de la ville.

 

Lire aussi: “6 vieux films à revoir en ces jours gris”

 

Véritable bijou d’architecture, sa façade combine avec brio divers éléments de l’histoire de l’architecture : antique, classique et baroque se mélangent pour un résultat éclectique et grandiose. La grande salle, pour accueillir les philharmonies aussi bien que les comédiens, prend la forme d’un petit opéra de style Napoléon III. La coupole représente un ciel en trompe-l’oeil, tandis que des guirlandes de laurier, des éléments floraux et des représentations féminines ornent les murs.

Notre sélection pour la saison culturelle 2018/19

Le Théâtre de Namur regorge de manifestations culturelles en tous genres. Si bien qu’il est urgent de noter dans vos agendas les temps forts de cette rentrée!

/

Faux British

L’histoire : « Au XIXème siècle, au coeur de la vieille Angleterre, un superbe manoir, une soirée de fiançailles. Un meurtre est commis. Tous sont suspects, une enquête est ouverte… mais rien ne va se passer normalement. Très vite tout dérape, plus rien ne tient ensemble, ni les suspects, ni les soupçons, ni le décor, ni les costumes, ni le texte… plus rien du tout. Tout part en sucette. Et c’est à mourir de rire. »

 

Lire aussi : Le Central: l’atout peau neuve de la Louvière

Cette comédie hilarante tourne tout simplement à la catastrophe. C’est complètement décalé et on adore! Les comédiens amateurs jouent leur rôle de mauvais acteurs avec un talent incroyable. Ils enchainent les bourdes, les gags, les imprudences et les maladresses à un rythme qui ne faiblit jamais. On ne s’ennuie pas une minute, tout simplement parce que l’on rit d’un bout à l’autre du spectacle.

Faux British, de Henry Lewis, Jonathan Sayer et Henry Shields, du 11 au 14 décembre 2018, à 20h30. Durée : 1h30.

/

Dance Me

Le spectacle : « Sa voix grave, sa poésie mélancolique, faite d’ombres et de lumières, ses ballades amoureuses envoûtantes. Alors… danser avec lui (Leonard Cohen)… “to the end of love”, au bout de la nuit ou au bout de la vie… Danser… avec l’élan, la virtuosité, la puissance et l’harmonie des artistes interprètes des Ballets Jazz de Montréal, parmi les meilleurs danseurs au monde. »

 

A lire aussi: « 5 adresses où savourer de délicieuses tapas à Namur »

Les 14 magnifiques danseurs font vibrer la scène dans une chorégraphie poétique et rock n’ roll. Ils évoquent à travers la danse les grands cycles de l’existence tels que les a dépeints Leonard Cohen, illustre auteur-compositeur d’origine canadienne, dans son oeuvre. Cet hommage, vibrant et touchant, fait voyager et réfléchir.

Dance Me par les Ballets Jazz de Montréal sur la musique de Leonard Cohen, du 6 au 8 décembre 2018, en soirée. Durée : 1H20.

 

Lire aussi : L’art comme pont entre les cultures

 

/

Ce qui arrive

L’histoire : « Une fratrie est réunie dans sa maison d’enfance à la mort du père. Le futur se mêle au passé, les différentes étapes de la vie resurgissent, un parallèle vertigineux apparait entre les différents espaces temps qui les rassemblent : celui de leur existence et celui infini du cosmos. “Ici” (de Richard Mc Guire), c’est l’histoire d’un lieu vu d’un même angle. Et celle des êtres qui l’ont habité à travers les siècles. Dans cet espace délimité, les existences se croisent, s’entrechoquent et se font étrangement écho, avant d’être précipitées dans l’oubli. »

théâtre namur

Photo by Julia Fullerton Batten (Théâtre de Namur)

Deux actrices et trois acteurs évoluent au gré d’événements familiaux dans un lieu unique : la maison de leur père tout juste décédé. Le ballet des personnages en son sein rappelle des souvenirs importants et anodins : petites joies et grands bonheurs, événements spectaculaires et moments du quotidien… La maison elle-même finit par raconter son histoire, traversant le temps et les époques. Spectateurs de leur vie, ainsi que de celle des habitants qui les ont précédé, ces frères et soeurs ouvrent une boite de Pandore qui contient bien plus que leur mémoire personnelle. Tous ces instants de vie écoulés se mélangent dans un puzzle temporel émouvant.

Ce qui arrive de Coline Struyf, d’après la BD “ICI” de Richard Mc Guire, du 6 au 9 novembre 2018, à 20h30. Durée : 1h50.

 

Lire aussi : Le Smile and Song Festival débarque à Bruxelles

/

La Chambre d’Isabella

L’histoire : « Nous sommes chez Isabella, vieille et aveugle, confortablement installée dans sa chambre parisienne et entourée de milliers d’objets hérités des voyages de son père disparu. Masque jaka, couteau de diligence 1800 à glisser dans la jarretière des femmes aventurières, vase de libation d’esclaves égyptiens destiné à recueillir les larmes des pharaons… L’extravagante dame de 94 ans rêve d’Afrique où elle pourrait découvrir le secret de son père disparu, se baptise “princesse du désert”, déroule l’histoire de ses errances et de ses passions, de ses amants (76!) et de ses enfants… et ses récits font défiler sous nos yeux tout le XXe siècle. »

théâtre namur

Photo by Maarten Vanden Abeele (Théâtre de Namur)

Ce spectacle quasi mythique revient animer la scène namuroise après 20 ans d’absence. Dans cette chambre musée aux allures de cabinet de curiosité, Isabella évoque les fantômes de son passé sur un rythme endiablé. Dans cette pièce musicale, les protagonistes chantent, dansent des chorégraphies énergiques et jouent brillamment la comédie. C’est une réussite totale.

La Chambre d’Isabella de Jan Lauwers & Needcompany, du 19 au 21 septembre 2018, à 20h30. Durée : 2h.

 

Lire aussi: “6 adresses où s’accorder une pause gourmande à Namur et alentours”

/

La promesse de l’aube

L’histoire : « Ça commence avec une enfance en Russie, en Pologne puis à Nice, le luxe et la pauvreté connus tour à tour, puis un dur apprentissage d’aviateur, des aventures en France, en Angleterre, en Afrique. Et à chaque instant, il y a l’amour merveilleux et fou de Nina, actrice russe extravagante, à la fois généreuse et ambitieuse, passionnée et idéaliste, courageuse et étourdie, indomptable et légère. Cet amour que Nina porte à son fils, le futur héros de guerre, Consul de France, écrivain énigmatique aux identités multiples, double récipiendaire du Prix Goncourt … le fameux Romain Gary. »

Il n’existe pas d’adjectifs suffisamment forts pour encenser le livre autobiographique, sublime et touchant, à l’origine de cette pièce de théâtre. La promesse de l’aube, c’est avant tout l’histoire d’un amour fou, démesuré, excessif et extravagant. L’amour maternel, qu’il est impossible d’égaler. Mais c’est aussi le récit d’une quête de la perfection, de l’idéal, du grandiose. Condamné à devenir un génie, Romain Gary se hisse dans la vie avec humour et tendresse.

La promesse de l’aube de Romain Gary, du 13 au 17 novembre 2018, en soirée. Durée : 1h10.

 

Lire aussi : (Série Culture Rétro) J’aime le théâtre et je l’assume – surtout Amadeus à Villers-la-Ville

 

Comment réserver vos places ?

L’abonnement est sans nul doute la formule la plus intéressante et la plus abordable. Elle permet de bénéficier des meilleures places aux meilleurs prix (jusqu’à 30% de réduction sur les tarifs normaux). Pour l’obtenir, c’est très simple : choisissez (au moins) six spectacles auxquels vous désirez assister. Il n’y a pas d’autres obligations.

Si votre passage au Théâtre de Namur est exceptionnel, la billetterie est la solution idéale. Vous pouvez y réserver vos places hors abonnement.

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à « Détends-toi », la nouvelle BD d’Emma sur perception de la colère des femmes » et « 5 films avec Ryan Gosling à (re)voir absolument » et « L’expo qui regroupe Warhol, Picasso et Gauguin au Château de Waroux »

Tags: Agenda, Culture, Lifestyle, Namur.