Retour sur les Gay Games, l’événement sportif et culturel qui prône la diversité

par Marine Lemaire
marieclaire_gaygames18_gettyimages
©Alain Pitton/NurPhoto/Getty Images

Du 4 au 12 août dernier a eu lieu la dixième édition des Gay Games à Paris, un véritable hymne à l’amour haut en couleur. Sportive et culturelle, cette compétition se bat contre les tabous en réunissant des gens de tous les horizons, sans discrimination de genre, d’âge, de religion, de nationalité ou d’orientation sexuelle.

Tous les quatre ans, les Gay Games rassemblent des milliers de participants pour une aventure humaine riche en émotions. Chacun vient comme il est, et joue un rôle décisif dans les luttes contre la discrimination sous toutes ses formes. Sportifs, artistes, supporters, spectateurs, donateurs, bénévoles et supporters font don d’eux-même de la plus noble des manières. Ce modèle de cohésion sociale, d’entraide et de partage attaque les préjugés qui font aujourd’hui encore passer certaines communautés comme plus faibles ou inaptes…

 

Lire aussi : 3 façons concrètes de lutter contre l’homophobie

 

Levier d’inclusion

Ces athlètes, vous ne les reconnaissez sûrement pas. Ils n’apparaissent pas à la Une des magazines sportifs. Pourtant, ils ont quelques médailles à leur actif. Ensemble, ils prônent une société ouverte à toutes les diversités. Ils voient le sport et la culture comme un moyen de se rassembler autour de valeurs de respect, de tolérance, d’égalité et de solidarité.

Ici, aucun standard de performance sportive n’est exigé. Les épreuves brisent les barrières entre les valides et les personnes en situation de handicap, les jeunes et les plus âgés, les minces et les plus ronds, les belges et les étrangers… Cette mixité sociale s’inscrit dans le cadre d’une politique d’ouverture et d’intégration chère aux organisateurs des Gay Games depuis 1982.

 

Lire aussi : Pour une féminisation des noms des rues de Bruxelles? Oui sûrement!

 

Dixième édition parisienne

Cette année, Paris a chaleureusement accueilli les quelque 15 000 participants. En reconnaissant l’identité et les libertés des personnes LGBT+ et en rendant l’événement accessible au plus grand nombre, la ville s’offre une image dynamique et accueillante. De plus, le projet s’inscrit dans le cadre de développement durable et éco-responsable de la capitale, notamment via l’utilisation de structures existantes et d’installations provisoires en matériaux recyclables, la promotion des transports publics avec compensation carbone et la gestion de l’eau tout au long des rencontres.

 

Lire aussi : Crush of the day: la collection Levi’s Pride 2018

 

Notre coup de coeur : la natation synchronisée

Contrairement aux championnats et compétitions « classiques » plutôt élitistes, la natation synchronisée n’est pas ici réservée aux femmes. Et on doit bien vous avouer que notre coeur fait des bonds de joie lorsque des hommes, et des femmes, plongent dans le grand bassin pour nous offrir des chorégraphies sous-marines harmonieuses et millimétrées.

La vie est une fête, et il ne fait aucun doute qu’au Gay Games, tout le monde l’a bien compris.

Si vous avez apprécié cet article, jetez un œil à « L’action ‘Noms peut-être’ par un collectif féministe à l’ULB », « #objectifbikinifermetagueule, le hashtag qui fait du bien », « Le numérique est-il sexiste? La réponse avec Laurence Schuurman, Young ICT Lady of the Year » et « L’association ONE dénonce les lois les plus sexistes et absurdes du monde ».

| | | |
Tags: Agenda, Féminisme, Lifestyle, Love, Paris, Sexisme, Société.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures