L’art comme pont entre les cultures
© Bertrand Vandeloise

L’art comme pont entre les cultures

Temps de lecture: 3 min

Crise des réfugiés, attentats, djihad… Comment garder ‘foi’ en l’humanité lorsque l’actualité traitée par les médias inspire insécurité et méfiance? En gardant son cœur ouvert, sa curiosité et en se nourrissant d’œuvres artistiques de qualité. Sélection.

Si notre gouvernement cautionne actuellement des actions manquant cruellement d’humanité, il n’en reste pas moins à chacun, par devoir citoyen, d’interroger sa propre conscience. Pour pouvoir alimenter ce questionnement, l’information est cruciale. Mais la qualité de celle-ci aussi. Un conseil : éteignez votre télé… et sortez. L’offre culturelle a de nombreuses pistes de réflexion et de compréhension à vous offrir.

L’art comme pont entre les cultures - 1

Bertrand Vandeloise

Un espace de dialogue 

«La fraternité a pour résultat de diminuer les inégalités tout en préservant ce qui est précieux dans la différence». C’est sur cette belle citation d’Albert Jacquard que s’ouvre la programmation de l’Espace Magh, le centre interculturel à Bruxelles, dédié aux cultures du Maghreb, de la Méditerranée et aux créations contemporaines des minorités. Les maîtres mots du lieu? Laïcité, mixité et métissage. Objectif? Créer un espace de dialogue, de formation et d’information, de libre pensée et d’expression citoyenne. La programmation est riche et diversifiée: théâtre, danse, musique, ciné, expo… Et cours de langue arabe pour les débutants!

Vous cherchez une occasion de vous y rendre? L’expo ‘Rencontres sur les Routes d’Europe’ du photoreporter Bertrand Vandeloise sera inaugurée le mardi 17 octobre (jusqu’au 2 décembre). L’objectif de ses clichés, rapportés du Maroc à Calais en passant par la Jordanie, est d’offrir un regard différent sur une réalité stéréotypée. “En 2008, j’ai réalisé mes premiers travaux de reportages à Calais, c’est là que j’ai senti pour la première fois l’utilité que pouvait avoir un travail photo journalistique. J’ai continué et suis passé par de nombreux endroits (…)”. Des portraits qui permettront d’ouvrir le débat…

Espace Magh. Rue du Poinçon 17, 1000 Bruxelles, Tél. 02 274 05 10.

L’art comme pont entre les cultures - 2

Lettres à Nour

Une pièce de théâtre

Inspiré de son roman ‘Pourquoi n’ai-je rien vu venir ?’, Rachid Benzine Nour raconte sous forme de théâtre épistolaire les échanges entre un père, intellectuel musulman pratiquant, et sa fille, partie en Irak rejoindre l’homme qu’elle a épousé en secret… Un lieutenant de Daesh. Cette pièce interroge le pourquoi des jeunes hommes et jeunes femmes, loin d’être incultes, décident de partir pour la guerre et tuer au nom d’un dieu. Et donne une piste pour l’éviter… «Montrer la pluralité du monde. Sortir de cette division du ‘nous’ et du ‘eux’, expliquait Rachid Benzine Nour pour i24News, À partir du moment où vous pensez qu’il y a un ‘eux’, que vous le méprisez et que ‘eux’ devient un danger pour votre espace physique et symbolique – Comme ¾ des Belges qui pensent que l’Islam est incompatible, parce qu’on est dans la représentation des fantasmes et qu’on ne regarde pas suffisamment ce qui se passe au niveau de la réalité du quotidien – À partir du moment où vous entrez dans cette distinction, vous créez les violences de demain. Je crois qu’il faut revenir à ce principe de réalité et à ce principe de la complexité de la condition humaine».

Lettres à Nour, samedi 21 octobre à 20h30 à l’Espace Senghor du Centre Culturel d’Etterbeek, Tél. 02 230 31 40,

Une soirée mystique

Bozar organise la Sufi Night, une soirée autour de la tradition mystique de l’islam, afin de montrer la diversité spirituelle du monde islamique. Parmi les invités: le chanteur pakistanais Faiz Ali Faiz qui reçu en 2006 le BBC AWArd for Music pour son interprétation personnelle mais fidèle du qawwali, une tradition défendue par sa famille depuis huit générations; une compagnie de saman, une danse inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, qui consiste en une chorégraphie complexe du haut du corps; le marocain Noureddine Tahiri qui pratiquera des Samaa, des chants polyphoniques rituels adressés à Mohamed, à la technique respiratoire particulière ; et enfin l’ambassadrice du Pakistan auprès de l’Union Européenne, Naghmana A. Hashmi, donnera une conférence sur l’origine, le contexte spirituel et l’histoire de la musique qawwali dans son pays.

Samedi 21 octobre à 20h dans la Salle Henry Le Bœuf, 20 € 

Une conférence

«Entrons-nous dans un monde néo-national?» telle est la question à laquelle tenteront de répondre Bertrand Badie, professeur de Relations internationales à Sciences Po, et Michel Foucher, géographe, diplomate et ancien ambassadeur, à la Villa Empain. Assistons-nous à une réaffirmation des frontières de la part des Etats comme part de protection? Observe-t-on le ‘retour des frontières’ ou au contraire ‘la fin des territoires’? Subissons-nous la ‘fièvre du néo-nationaliste’? Autant de questions et de réponses qui devraient y être évoquées.

Jeudi 19 octobre à 19h à la Fondation Boghossian, Tél. 02 627 52 30, 12/17 €

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à «Expo: Ado Chale, l’alchimiste, l’artisan, le designer », « Ciné: ‘Un beau soleil intérieur’, c’est pour moi? » et « Expo: Mario Ramos, l’envers de son monde« 

Valentine Van Gestel Voir ses articles >

Amoureuse de la diversité, éternelle gourmande, tendre passionnée et maman curieuse et imparfaite, je partage avec enthousiasme mes découvertes.

Tags: Culture, Humanité, Islam, Maghreb, Rencontre.