Selon la science, cette technique calme les pleurs d’un bébé en moins de 10 minutes
© Getty Images

Selon la science, cette technique calme les pleurs d’un bébé en moins de 10 minutes

Par Stella Roca
Temps de lecture: 3 min

Selon des chercheurs japonais, cette technique permettrait aux bébés de s'apaiser grâce aux battements du coeur de leur parent. Voici comment stopper les pleurs d'un nourrisson pour l'aider à s'endormir.

/

Des chercheurs du Centre de sciences du cerveau de l’Institut Riken à Wako (Japon), ont révélé dans des travaux publiés dans la revue Current Biology le 13 septembre 2022 avoir trouvé une technique capable de faire cesser les pleurs d’un nourrisson en quelques minutes.

En comparant quatre procédés différents, et en tentant de comprendre le fonctionnement des pleurs des bébés, les scientifiques ont dévoilé celle censée réussir à l’apaiser : se déplacer avec son bébé dans les bras, avant de s’asseoir avec lui contre soi, puis de le recoucher.

À noter que l’étude n’a été menée que sur un échantillon de 21 nourrissons, âgés de 3 mois en moyenne.

« 5 minutes en mouvement, 5 à 8 minutes assis » pour calmer bébé

Pour que la technique fonctionne parfaitement, les chercheurs japonais recommandent de se déplacer pendant cinq minutes avec l’enfant dans ses bras.

En effet “porter les bébés cinq minutes favorisait le sommeil des nourrissons qui pleuraient, même pendant la journée” peut-on lire dans l’étude. Après ces cinq minutes de marche, 45,5 % des enfants dormaient et plus aucun ne pleurait.

Mais ce n’est pas tout. Les scientifiques ont également conseillé aux parents de s’asseoir entre 5 et 8 minutes avec le bébé contre soi, afin qu’il s’endorme profondément, pour ensuite le mettre dans son lit, totalement endormi.

 

Lire aussi : #monpostpartum, le hashtag qui dézingue les tabous de l’après-accouchement

 

Les trois autres techniques étudiées par les chercheurs consistaient à tenir le bébé dans ses bras en étant assis, à l’allonger dans son lit ou à le mettre dans un berceau en mouvement. Lorsque le nourrisson était en mouvement, dans les bras ou dans son berceau, son rythme cardiaque baissait significativement.

Néanmoins, lorsque le bébé était directement déposé dans son lit après le mouvement, il se remettait à pleurer directement. Ainsi, le garder contre soi, entre 5 et 8 minutes, après s’être baladé.e, permettait de le laisser s’endormir totalement, en tombant dans une phase plus profonde du sommeil.

« Lorsqu’un bébé s’endort dans ses bras ou dans une poussette, les parents voudraient alors mettre le bébé au lit. Cependant, cette procédure d’allongement rend souvent le nourrisson alerte à nouveau », illustrent les scientifiques.

Les pleurs agissent directement sur le cerveau des parents

Mais alors que “20 % à 30 % des nourrissons pleurent excessivement et présentent des difficultés de sommeil sans raison apparente” nous informe l’étude, les pleurs d’un bébé sont l’expression d’un besoin qu’il ne peut pas encore formuler grâce à la parole. Une étude de l’Université de Warwick, publiée en 2017, avait dévoilé qu’autour de l’âge de 3 mois, les enfants pleurent environ 1h10 par jour.

 

Lire aussi : Sexualité et post-partum : comment retrouver une vie sexuelle après l’accouchement ?

 

Une autre étude menée par l’Université de Toronto et publiée dans la revue Plos One en 2016, avait quant à elle prouvé que les pleurs d’un bébé avaient pour but de monopoliser l’attention du cerveau des parents. Pour cela, ils altéraient leur attention mais aussi leurs fonctions exécutives, elles qui aident notamment à prendre des décisions.

Et c’est pour cette raison que les parents réagissent automatiquement lorsqu’ils entendent leur bébé pleurer : c’est un réflexe du cerveau.

Pour autant, la méthode exposée ci-dessus n’est pas infaillible. « Ce protocole ne propose pas une amélioration à long terme de la régulation du sommeil. Ce protocole fournit plutôt un apaisement immédiat des pleurs du nourrisson et peut être utile en particulier lors d’occasions spéciales lorsque les routines de sommeil régulières, l’allaitement ou les tétines ne sont pas efficaces ou disponibles », terminent les auteurs des recherches.

De plus, le panel restreint ne permet pas de savoir si la technique fonctionne en cas de spécificités médicales (RGO, etc) et à tout moment de la journée ou de la nuit.

 

Cet article est paru pour la première fois sur Marie Claire France.

Si vous avez aimé cet article sexo, on vous propose également : « 5 marques de mode pensées pour faciliter l’allaitement », « 5 astuces pour préparer de manière durable et éthique la venue de votre bébé » ou encore « 7 façons originales d’annoncer votre grossesse à votre partenaire ».

Malvine Sevrin Voir ses articles >

Tags: Enfant, Maman.