Faites de votre stress… un allié !

marie_claire_stress
©© Carson Arias sur Unsplash

À l’heure où le burn out apparait comme la nouvelle maladie du siècle, et le stress comme principal facteur à notre notre mal-être, il est temps de refaire un point sur la place et le rôle de ce dernier: celui de nous alerter. Un allié précieux… Pour autant qu’on y prête attention! Explications.

Si vous faites de l’hypertension et des crises d’anxiété, faire de votre stress un allié peut vous paraître une idée saugrenue, alors que justement vous tentez tout pour l’éradiquer. D’ailleurs, vous avez raison: chronique, il devient néfaste pour la santé. Mais c’est justement pour éviter ces excès qu’il est temps de (ré)apprendre à l’écouter dès qu’il apparait. Avant qu’il ne doive multiplier les signaux pour être entendu.

 

Lire aussi: « Êtes-vous en pleine crise de milieu de vie? » 

 

À mon signal: 1, 2, 3… Fuyez!

Car au départ, le stress est avant tout un signal du corps. Un signal positif qui nous permet de réagir plus rapidement qu’à la normale, car le cœur pompe plus rapidement et met le corps en alerte. Particulièrement pratique aux temps primitifs. Notamment en cas d’attaque de mammouths: le stress a permis à nos ancêtres d’éviter de mourir écrabouillé sous leurs pattes. On doit donc probablement au stress la survie de l’espèce! Voilà qui permet de ne plus le voir comme un ennemi.

Le problème, aujourd’hui, c’est que si le danger de mort a diminué, ce n’est pas le cas du stress. À l’inverse, tout le monde est concerné. Et celui-ci semble dorénavant nous impacter plus négativement que positivement. Mais ne serait-ce pas encore un signal, intéressant, à percevoir: consacrons-nous suffisamment d’attention à ce que nous aimons?

 

Lire aussi: « Psycho: « Je rougis tout le temps » »

 

« Et si le principal facteur de stress de notre société était une déconnexion profonde avec notre nature humaine » avance Patrick Collignon, auteur de ‘Merci mon stress’.

Inégaux face au stress

Vous jalousez votre collègue toujours zen qu’aucun contre-temps ne semble impacter? Sachez que nous sommes inégaux face au stress: nous ne stressons pas pour les mêmes raisons, ni de la même manière ou de la même d’intensité. Nous n’avons d’ailleurs pas les mêmes réactions de stress, ni les mêmes stratégies pour nous calmer.

Le secret des gens qui font preuve de calme à toutes épreuves? « Une meilleure capacité à contrarier le processus ancestral du stress » explique Patrick Collignon.

Souvent, le stress est une réaction liée à l’émotion de la peur. Peur du rejet, de l’inconnu, de l’échec. Celles-ci englobent toutes les autres. L’antidote de la peur? Le désir. « Pour cela, il est important de définir ce par quoi nous souhaitons remplacer notre peur, puis de l’exprimer (en le disant, en l’écrivant…)« . Rappelons-nous que toute émotion à un message à transmettre… et restera active jusqu’à ce que celui-ci soit entendu! Ne fuyez plus votre peur. Ecoutez-là. Soyez curieuse. Respirez. Observez ce qu’elle provoque en vous. Expérimentez. Bonne nouvelle: cela ne durera qu’une trentaine de secondes avant de s’évanouir.

 

Lire aussi: « Le câlin comme anti-dépresseur naturel »

 

La force de la pensée

Dorénavant, admettez que vous stress est un ami. « Si nous pensons que le stress est positif, qu’il nous aide à réussir, qu’il est inoffensif, nous serons peu touchés au niveau de notre santé, explique Patrick Collignon, Kelly MCGonigal indique que les personnes ayant intégré que la réponse du stress est utile à leurs performances sont moins stressées, moins anxieuses et plus confiantes. Une modification psychologique qui a des répercussions physiologiques. »

Au point que l’accélération du rythme cardiaque ne provoque plus une contraction des vaisseaux sanguins, mais à l’inverse, une dilatation de ces derniers… ce qui ressemble à la même réaction physique lors de moments de joie et de courage!

 

Lire aussi: « Le bonheur est dans la pensée »

 

Les conditions à la réussite du changement

Celles-ci se résument en trois points:

1. Comprendre les raisons de son stress, la manière dont il fonctionne, la façon dont il s’exprime au quotidien.

2. Faciliter un changement de point de vue, soit cognitif, où le problème n’est plus considéré comme tel. Mais est en partie la solution.

3. Agir. Le changement, c’est le mouvement. En gardant à l’esprit la méthode Kayzen, favorables aux petits pas. Concrètement: que pouvez-vous mettre en place rapidement pour éviter cet état de tension?

Pour aller plus loin

… et trouver de nombreux exercices pratiques pour faire de son stress un allié, on vous conseille la lecture de Merci mon stress! de Patrick Collignon, paru aux éditions Eyrolles, 2018.

Vous avez aimé cet article, jetez un œil à « 3 façons concrètes pour lutter contre l’homophobie »;  La bibliothérapie à l’appui; « Ces femmes qui assument leur cheveux gris

| | | |
Tags: Allié, Bien-être, Burn-out, Patrick Collignon, Psycho, Sérénité, Stress, Tensions.