Les publicités sexistes et discriminatoires interdites à Paris
© Instagram @YSL/photographes: Inez Van Lamsweerde et Vinoodh Matadin

Les publicités sexistes et discriminatoires interdites à Paris

Temps de lecture: 2 min

À l'avenir, le n°1 mondial de la communication extérieure, JCDecaux, devra s'assurer qu'aucune publicité à caractère sexiste ou discriminatoire ne puisse être diffusée sur le réseau municipal d'affichage dans la capitale française. Une décision du Conseil de Paris, le 28 mars dernier. 

Cette décision intervient peu après le scandale des affiches de la nouvelle campagne publicitaire du couturier Yves Saint Laurent. Jugées sexistes et dégradantes pour l’image de la femme, elles ont été rapidement retirées de l’espace public. On y voit une mannequin qui pose, les jambes écartées, chaussée de patins à roulettes en forme de talons aiguilles. Sur la seconde, toujours chaussée de patins, une jeune femme très maigre, la tête posée sur un tabouret, les fesses en l’air.

Cette nouvelle mesure a été décidée ce mardi 28 mars par le Conseil de Paris à l’occasion du vote attribuant au groupe JCDecaux, seul candidat, le marché du mobilier urbain d’information. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a déclaré à ce sujet:

Aux côtés de villes comme Londres et Genève, qui ont déjà mis en place des dispositifs de contrôle comparables, Paris montre la voie en décidant d’actionner tous les leviers en sa possession pour empêcher la diffusion, la promotion et la valorisation d’images dégradantes pour certaines catégories de citoyens.

De façon générale, les publicités présentant “des stéréotypes sexistes, lesbophobes et/ou homophobes, ainsi que des représentations dégradantes, dévalorisantes, déshumanisantes et vexatoires des femmes et des hommes” seront interdites dans l’espace public parisien. De même que toute publicité “cautionnant toute forme de discrimination fondée sur l’origine ethnique, l’origine nationale, la religion, le sexe, l’âge ou portant atteinte à la dignité humaine”. 

En attendant une loi qui s’appliquerait sur l’ensemble du territoire national, Paris fait le choix de bannir définitivement ce genre de campagne. Mesure encouragée par Hélène Bidard, adjointe PCF (Parti communiste français) chargée de la lutte contre les discriminations.

Et à Bruxelles, la capitale européenne, c’est pour quand le changement?

Si vous avez aimé cet article, foncez lire “Les fillettes au travail dès 9 ans? La campagne choc contre l’inégalité salariale” et “Le compte Instagram qui lutte contre le body shaming“.

Suivez Marie Claire sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances, astuces beauté, infos culture, lifestyle, food et bien plus encore.

Joy Flammang Voir ses articles >

Passionnée de mode et d'esthétisme, je décrypte pour vous les toutes dernières tendances à suivre.

Tags: Campagne pub, Combats de femme, Féminisme, Paris, Yves Saint Laurent.