Bruxelles : l’Osteria Romana met l’Italie (et la carbonara) dans nos assiettes

marieclaire_osteria_romana

L’Osteria Romana se cache à deux pas de l’avenue Louise, derrière une grande porte noire à laquelle on sonne pour entrer. La spécialité de ce resto qui sent bon l’Italie? Les pâtes à la carbonara! Et lorsque l’on pénètre cette véritable caverne d’Ali Baba, le charme opère instantanément… Découverte.

Ici, on mange dans un cadre hyper raffiné à même la casserole et le chef qui prépare des petits plats est tatoué sur 75% du corps. Enfin, on a évalué à l’oeil hein. Bref, nous on est tombées sous le charme. Et on vous explique pourquoi.

1/

Le concept

Dans un cadre chaleureux et élégant, l’Osteria Romana nous accueille sous ses magnifiques hauts plafonds. La décoration attire tout de suite l’oeil : tout a été chiné et soigneusement sélectionné par des connaisseurs. Les tables et banquettes noires associées au parquet, aux étagères en bois et au carrelage vintage donnent une ambiance intime au lieu, qui se prête parfaitement à une soirée confidences.

 

À lire aussi : On a trouvé la meilleure raclette de Bruxelles

 

Le chef Filippo La Vecchia nous vient tout droit de Rome — enfin, avec un passage de quelques années par New York — et a pris le parti de servir une cuisine italienne et méditerranéenne vraie et raffinée.

Photos : Charlotte Deprez

2/

La carte : la carbonara, reine de l’Osteria Romana

Scamorza fumée, parmigianina d’aubergines, artichauts frits à la juive, salti in bocca, croquettes de ris de veau, pâtes à l’Amatriciana ou encore à la Sorrentina… La carte est un savant mélange de grands classiques et de plats plus underground parfaitement exécutés par le chef et son équipe.

 

Lire aussi: « Bruxelles: SemSom nous fait redécouvrir la street food libanaise »

 

Mais la vraie star de l’Osteria Romana, c’est incontestablemement la carbonara. Pas celle à la belge avec de la crème fraiche et du gruyère râpé, non non, celle servie à même la poêle avec un max de poivre noir. Filippo nous livre d’ailleurs sa recette sans aucun souci — elle est même notée dans le menu — et nous invite en cuisine pour le voir à l’oeuvre : spectacle garanti.

Les pâtes alla carbonara sont proposées au poids (de 50 à 250 grammes) et sont réalisées avec le top du top des ingrédients : les oeufs de poules noires sont bio, le Pecorino Romano est importé directement de la région de Rome, le guanciale (joue de porc) vient d’Amatricia et ils le font âger 13 à 15 mois… Vous salivez un peu ?

Photos : Charlotte Deprez

3/

La recette de la carbonara

Oui, on sait, vous ne tenez plus en place, alors la voilà :

Les ingrédients

  • Pâtes
  • Œufs bio de poules de Marans (un jaune par personne + un jaune pour la casserole)
  • Pecorino Romano
  • Joue de porc d’Amatrice
  • Mélange de poivres noirs

 

Lire aussi : « Mosto: les soirées accords mets-vins parfaites pour les amoureux d’Italie« 

La préparation

  1. On commence par la base : la pasta. Portez un grand volume d’eau légèrement salée à ébullition, plongez-y les pâtes et laissez-les cuire le temps de vous occuper du reste de la préparation. Attention, ne jetez pas l’eau de cuisson des pâtes, sacrilège! C’est l’ingrédient indispensable à de bonnes pasta alla carbonara.
  2. Lancez la cuisson du guanciale dans une poêle assez profonde (pas besoin de matière grasse, faites-nous confiance).
  3. Battes les jaunes d’œufs dans un récipient, ajoutez-y le Pecorino râpé, poivrez un max et mélangez le tout… au bain-marie! Allongez avec un peu d’eau de cuisson des pâtes.
  4. Ajoutez-y — attention l’astuce qui tue — une partie de la graisse fondue obtenue par la cuisson du guanciale. Non, ce n’est pas light, mais qu’est-ce que c’est bon.
  5. Sortez le guanciale de sa poêle et ajoutez-le au mélange. Gardez bien la graisse de cuisson dans la poêle!
  6. Faites revenir les pâtes dans la graisse (oui, bon, vous pouvez passer cette étape si vraiment vous êtes au régime).
  7. Versez ensuite les pâtes dans le mélange oeufs-Pecorino-guanciale en allongeant le tout avec un peu d’eau de cuisson.
  8. Râpez du Pecorino (encore) sur le plat et saupoudrez-le d’un peu de poivre noir (encore) moulu.

 

Lire aussi: « Guide food: Bruxelles et la Wallonie en mode carnivore »

 

Vos pâtes crème-lardons vous paraissent bien fades maintenant, non?

Photos : Charlotte Deprez

4/

Le Cave

Mais Filippo La Vecchia n’est pas seul dans l’aventure Osteria Romana. Début 2018, lui et son acolyte Cédric Gilot ouvrent Le Cave, un petit bistro et bar à vins se trouvant juste à côté de l’Osteria Romana. L’endroit est parfait pour un apéro ou pour une petit digestif, mais il est également possible d’y déguster quelques plats signature de l’Osteria Romana, comme les fameux artichauts frits et… la carbonara!

 

Lire aussi : « Bruxelles : l’étoilé Da Mimmo nous donne une leçon de gastronomie italienne »

Photos : Charlotte Deprez

5/

Plus d’infos

Où? Osteria Romana, 11 avenue Legrand, 1000 Bruxelles

Quand? Ouvert du lundi au vendredi, de 12h à 14h30 & de 19h à 23h Samedi de 19h à 23h

Infos et réservations? osteriaromana.be et +32 2 648 13 95

Si le sujet vous intéresse, jetez un oeil à : « Les meilleures pizzerias de Bruxelles »« Bruxelles: nos restaurants italiens préférés » ou encore « Bruxelles : Odette en Ville, le resto chic mais pas guindé où on va (souvent) retourner »

| | | |
Tags: Bruxelles, Carbonara, Recette.