Mooning, ghosting, benching… le nouveau vocabulaire amoureux

vocweb

Depuis l’avènement de la communication 2.0, nos réflexes ont changé. Au point de transformer nos relations amoureuses. Si votre nouveau chéri – ou friend with benefits – se trouve à un glissement vers la droite, il y a désormais une pléthore de nouveaux réflexes amoureux. Petit guide non-exhaustif…

« On se parle »

« Se fréquenter » n’est plus la première étape d’une relation amoureuse.  Dorénavant, se parler, se textoter (sur l’app de rencontre, sur WhatsApp/Telegram ou sur Messenger en fonction du degré d’intimité) avant même s’être rencontrer est une marque d’intérêt, de potentiel. C’est le niveau 1 de l’implication. Celui qui peut s’arrêter du jour au lendemain, et où l’on ne pourra rien y changer, même si on appréciait particulièrement la conversation.

« Il me benche »

Le terme est issu de la culture sportive aux USA. Le principe consiste à ne pas faire jouer quelqu’un sur le terrain, mais à le garder au chaud sur le banc de touche, en cas de besoin. Dans le cadre amoureux, cela concerne une connexion qui prend de vos nouvelles de temps en temps, rallume régulièrement la flamme… Mais n’insiste pas pour vous rencontrer. Plusieurs raisons possibles à ce comportement agaçant: il n’est pas prêt à s’engager, il en séduit d’autres en même temps, ou pire, il est casé… et prépare le terrain pour sa sortie de couple!

« Je me suis faite ghoster »

Le ghosting, c’est la rupture 2.0 dans toute sa lâcheté. Alors que vous papotiez sur quinze médiums différents, du jour au lendemain, vous n’avez plus aucune réponse. Traduction: sans aucune explication. Quand cela se passe après deux semaines, on s’en remet facilement. Quand quelqu’un disparait sans explications après un an, cela laisse plus de traces. Car tous les scénari possibles à ce silence passent en boucle dans nos pensées… sans jamais en avoir le coeur net! Dévastateur, le ghosting est cependant devenu monnaie courante, et ce peu importe la génération.

« Lui, je le moone »

Le mooning est l’alternative moins agressive au ghosting. Si une personne vous dérange trop souvent par ses SMS intempestifs, vous pouvez désormais la mooner. Cette option est destinée à la base à couper le son de téléphone durant la nuit, au cinéma ou lors d’une réunion de travail. Mais elle est désormais applicable à certaines conversations: vous continuez à recevoir les messages… mais sans aucun son et/ou icône. Une sorte de barrière numérique. Pourquoi le mooning? Pour le petit symbole en forme de lune que l’on retrouve sur les iPhones.

| | | |

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures