Infarctus féminin : des symptômes très différents à connaître absolument

marieclaire_infarctus_feminin
©Giulia Bertelli

Si pour vous, infarctus rime avec bras gauche qui s’engourdit et main que l’on porte à la poitrine, cet article risque de vous être extrêmement utile. Première cause de mortalité chez les femmes (!), les maladies cardiovasculaires tardent pourtant souvent à être diagnostiquées chez la gent féminine. Avec les informations fournies par la Ligue Cardiologique Belge, on vous explique comment prévenir et repérer un infarctus féminin.

1/

Des chiffres qui ne trompent pas

Comme dans beaucoup de domaines de la médecine, malheureusement, les symptômes les plus connus concernant les infarctus sont ceux… Des hommes. Or les maladies cardiovasculaires tuent plus de femmes que le cancer du sein en Europe. En Belgique, 17.000 femmes meurent chaque année d’un accident d’origine cardiovasculaire pour 14.000 hommes.

 

Lire aussi : « Santé : 5 gestes à connaître pour sauver quelqu’un en arrêt cardiaque »

 

Du coup, prises en charge plus tardivement à cause de leurs symptômes méconnus, les femmes ont des chances de survie inférieures à celles des hommes et se remettent plus difficilement d’un accident cardiovasculaire.

2/

Les symptômes de l’infarctus chez la femme

Très différents de ceux de l’infarctus masculin, les symptômes de l’infarctus féminin sont beaucoup plus subtils et difficiles à détecter, c’est pourquoi il est indispensable de sensibiliser les femmes, leurs proches ainsi que les professionnels de la santé sur la particularité de ces symptômes, à savoir :

  • Essoufflement
  • Nausées, vomissements
  • Sueurs
  • Fatigue ou faiblesse
  • Douleur dans le haut du dos, la mâchoire ou le cou
  • Angoisse

 

Lire aussi : « Témoignage : mon perfectionnisme m’a conduite au burn out »

3/

8 conseils pour mieux protéger le cœur des femmes

  1. Arrêter de fumer : le tabac est un facteur de risque pour les artères aussi bien au niveau du cœur que du cerveau.
  2. Manger sainement : moins de graisses et graisses saturées, plus de fibres et de fruits et légumes.
  3. Surveiller son poids et son tour de taille : si votre tour de taille est égal ou supérieur à 80 cm, parlez-en avec votre médecin.
  4. Surveiller sa pression artérielle : en cas d’antécédents personnels et aussi pendant la grossesse, à chaque visite chez le médecin et encore plus régulièrement à partir de 55 ans.
  5. Etre physiquement active : 30 minutes de marche par jour protègent déjà le cœur et les artères.
  6. Ménager son stress : trouver un équilibre entre périodes actives et moments de détente et de relaxation. Privilégier un sommeil de qualité.
  7. Tenir compte des antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires : avoir un proche ayant souffert d’un infarctus ou d’un AVC est un facteur de risque à mentionner à votre médecin.
  8. Ne pas sous-estimer les symptômes d’une crise cardiaque ou d’une attaque cérébrale.

Semaine du Cœur du 22 au 29 septembre 2019. Informations sur liguecardioliga.be.

Si cet article vous intéresse, allez jeter un oeil à  « Voilà pourquoi le poids indiqué sur votre balance ne veut rien dire (ou presque) »« Journée mondiale de la contraception : qu’est-ce que la balle intra-utérine (IUB) ? » ou encore « Verdict: la kinésiologie, pour dialoguer avec son corps »

| | | |
Tags: Infarctus.