Girlboss : la nouvelle série qui donne envie d’entreprendre
© Netflix - Britt Robertson

Girlboss : la nouvelle série qui donne envie d’entreprendre

Par Camille Vernin
Temps de lecture: 3 min

"Girlboss" c'est LA nouvelle série du moment. Sortie le 21 avril sur Netflix, elle retrace la success-story de Sophia Amoruso, passée de voleuse de livres fauchée à businesswoman au succès planétaire.
Pourquoi la série Girlboss nous inspire? 

La société veut mettre tout le monde dans des boîtes mais devine quoi société? Il n’y a pas de boîtes. – Girlboss

Dans la réalité, Sophia Amoruso quitte l’école à 17 ans alors qu’on lui diagnostique une dépression et un déficit de l’attention. Elle commence l’instruction à domicile puis enchaîne les petits boulots : librairie, magasin de disque, Subway,…

Il est important de préciser que la série est une adaptation libre de faits réels. Elle ne retrace pas le parcours chahuté de son adolescence. Quand le rideau s’ouvre, Sophia a déjà 23 ans. Elle est complètement fauchée, voleuse à ses heures perdues et surtout amoureuse des fringues vintage.

Un jour, elle repère une veste East West de 1970 originale et en parfait état qu’elle achète à un vendeur néophyte pour une bouchée de pain. Elle la revendra sur Ebay pour plusieurs centaines d’euros. Pourquoi ne pas vivre de ça? Un soir, elle tombe sur le célèbre morceau « Nasty Gal » de Betty Davis. « Vilaine fille », c’est tout elle, ce titre deviendra le nom de sa boutique en ligne sur Ebay.

Elle ouvre son propre site de vente de vêtements en ligne quelques années plus tard. Elle rencontrera le succès international qu’on lui connait avec un chiffre d’affaire annuel de plus de 300 millions de dollars en 2015. Le New York Times la surnommera même : « La Cendrillon de la tech ». La marque a déclaré faillite en 2016 et a été rachetée par l’enseigne britannique Boohoo. Heureusement, Sophia Amoruso peut se tourner vers sa grande communauté de fans (490 000 abonnés sur son compte Instagram) pour la suivre dans ses nouveaux projets fous.

Le parcours, parsemé d’embûches, a de quoi séduire. Pourtant, « Girlboss » est avant tout une série qui interroge le désir d’émancipation de la femme et son ambition à briser le fameux plafond de verre.

« – Tu sais pourquoi j’ai du talent? Choisir n’importe quelle fringue et changer la vision qu’une femme en avait au point qu’elle la désire. Pourquoi j’y arrive pas avec mon père ou avec ce crétin de proprio?

– Parce que ce sont des hommes. Tu dois bosser deux fois plus dur. Ils le savent. Tu le sais. Et ils savent que tu le sais ». Girlboss

Cette volonté d’affranchissement est personnifiée par le titre de la série, issu du livre @GIRLBOSS de Sophia Amoruso. Dans ce dernier, elle partage son histoire et distille des conseils pour les jeunes-femmes qui souhaiteraient suivre le « mouvement Girlboss » qu’elle décrit ainsi :

« Une girlboss est forte, intelligente, courageuse, entêtée, sûre d’elle, fougueuse. Elle ne s’excuse pas d’être ce qu’elle est. Elle accepte d’être une outsider et de vouloir des choses qui semblent impopulaires. Cela signifie être la boss de sa propre vie. C’est sentir que vous êtes bien dans votre peau et que vous vivez la vie que vous voulez vivre ». Sophie Amoruzo.

Netflix – Britt Robertson

Netflix – Britt Robertson

La série nous présente l’incarnation de la femme énergique, sûre d’elle, qui ose et qui en impose par son talent mais aussi par son style. Les vêtements vintage que « retape » Sophia Amoruso dans la série, ne sont pas que des accessoires de mode superficiels. Ils propulsent la femme et l’aident à se dépasser, tel le fameux veston magique East West de l’épisode 1. Si Sophia et sa mère l’adorent c’est parce que c’est « le genre de veste qui dit : dégagez de mon chemin! ».

Girlboss retrace également l’histoire d’Internet et de son évolution. Sophia Amoruso a  été l’une des pionnières qui ont su exploiter le potentiel du web à une époque où il n’en était encore qu’à ses balbutiements. Elle fut l’une des premières à concrétiser ses rêves grâce à ce nouvel outil qui, au début des années 2000, promettait l’accès instantané et gratuit à un vaste marché. Un marché qui possède aussi ses lacunes. La série l’illustre bien. L’instantanéité et l’universalité des critiques peuvent facilement mener à la gloire comme à la ruine, d’où l’importance d’un service client irréprochable. Ce qui ne sera pas toujours évident pour la jeune modeuse.

« Quand on perd la confiance d’Ebay, ils t’en veulent ». Girlboss

Alors on se rue sur « Girlboss »! Pas seulement pour l’énergie électrisante de l’actrice principale (Britt Robertson) et ses fringues délicieusement 80s mais également pour nous aider à croire en nous et nous lancer une bonne fois pour toute!

Si cet article vous a plu, vous devriez aimer « Les nouvelles séries à ne pas manquer: partie 1/2 » (et la partie 2/2 aussi!) et « À la recherche d’une nouvelle série télé? Matez Genius!« 

Suivez Marie Claire sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances, astuces beauté, infos culture, lifestyle, food et bien plus encore.

Tags: Girlboss, Mode, Netflix, Série.