Testé pour vous : le jeûne intermittent
© Gigantfotos

Testé pour vous : le jeûne intermittent

Par Charlotte Deprez  & Manon de Meersman
Temps de lecture: 4 min

Les régimes se multiplient et ne se ressemblent pas, ou presque. Parmi eux, on retrouve le jeûne intermittent, un régime qui consiste en une restriction calorique durant un laps de temps précis. Dangereux ou réellement purificateur? On fait le point sur cette pratique de plus en plus courante.

Vous avez déjà certainement entendu autour de vous parler de personnes pratiquant le jeûne. Cette pratique a le vent en poupe et ce n’est pas pour rien: elle a le pouvoir de détoxifier notre organisme comme aucun autre régime et en prime, elle agit en réduisant le risque de maladies cardiovasculaires et de diabète. Mais cesser de manger durant plusieurs jours en ayant comme seule alimentation de l’eau, ce n’est pas ce qu’il y a de plus évident.

 

A lire aussi: « Perte de poids: 5 astuces pour dépasser la phase de stagnation » 

/

Le jeune intermittent : pourquoi l’adopter ?

Contrairement au jeûne complet, le jeûne intermittent consiste à alterner les périodes où l’on mange et des périodes où l’on ne mange pas. Simple, non?

La video lifestyle du jour :
10 idées pour un premier rendez-vous insolite et réussi

Plusieurs études ont été menées sur le sujet et la plupart souligne les effets positifs de ce genre de régime, tant qu’il reste contrôlé. De cette manière, le jeûne intermittent permet de brûler les graisses corporelles et de maigrir rapidement, simplement car la consommation énergétique est diminuée. En effet, il permet de faire baisser l’insuline ainsi que le sucre sanguin et stimule la longévité et l’immunité en agissant de manière positive sur le stress oxydant et l’inflammation.

 

A lire aussi: « 4 fitness girls inspirantes à suivre sur Instagram » 

 

Cependant, des études ont tout de même tenu à mettre en lumière que dans tous ces effets, le développement d’une résistance l’insuline peut dégrader la glycémie; on fait donc attention au type de jeune intermittent adopté.

/

Les différents types de jeûne intermittent

Contrairement au jeûne traditionnel, il existe plusieurs façons de pratiquer le jeûne intermittent.

  • Le jeûne 1 jour sur 2: cela signifie que vous jeûnez durant 24h (ne rien manger et ne boire que de l’eau donc) et que vous mangez les 24h suivantes et ainsi de suite.
  • Le jeûne partiel: vous ne consommez que 25% des apports caloriques habituels durant 24h et vous vous alimentez normalement les 24h suivantes et ainsi de suite.
  • Le fasting: c’est la pratique la plus connue où vous jeûnez 16h sur 24h, durant un laps de temps défini.
  • Le régime 5:2 : vous choisissez de jeûner deux jours par semaine.

 

A lire aussi: « Manger en pleine conscience, nouvel allié silhouette? »

 

Adopter ce genre de régime ne doit pas se faire sans réfléchir. En effet, il inflige à notre corps d’être privé de ce dont il a l’habitude pour carburer la journée. De la sorte, les premiers jours du jeûne intermittent, se priver de manger le matin peut provoquer des crampes au ventre… Mais cela est plutôt bon signe puisque par ce grognement, le ventre vous signale qu’il travaille!

Au final, le jeûne intermittent est un excellent moyen de relancer le fonctionnement de son organisme, tout en prévenant d’un grand nombre de pathologies. En adoptant le jeûne intermittent, le corps se nettoie et se purifie littéralement, ce qui est, bien entendu, excellent pour la santé.

/

Notre test

Pendant 2 mois, Charlotte, journaliste lifestyle, s’est essayée à l’exercice du jeûne intermittent.

Explications

Entre les afterworks, les repas entre amis, les tests de restos et les voyages de presse, garder la ligne et se sentir en forme devenait de plus en plus compliqué. Pire, aller manger au resto me procurait de moins en moins de plaisir (ceux qui me connaissent savent à quel point c’est inquiétant). Après l’une ou l’autre tentative de « régime » totalement infructueuses, j’ai discuté équilibre alimentaire avec plusieurs personnes de mon entourage et le jeûne intermittent est très vite sorti dans les conversations.

Ce qui a éveillé mon intérêt, c’est clairement le côté « temporaire » de la privation : là où un régime classique nous force à nous restreindre un peu chaque jour pendant une période relativement longue, le jeûne intermittent propose de se restreindre très fort pendant une période courte. C’était donc beaucoup plus facile à concilier avec un emploi du temps de grosse bouffe foodie comme moi.

Le côté détox m’a aussi interpellée car c’est vraiment de cela que j’avais envie, au-delà de perdre des kilos. Bref, j’ai opté pour la formule 5:2 qui implique deux fois 24h de jeûne par semaine. Niveau horaire, 14h – 14h me semblait le plus tenable car cette tranche permet de luncher avant 14h puis de luncher à nouveau le lendemain mais après 14h.

Pour me faciliter le jeûne, surtout quand vient l’heure du souper, j’ai usé et abusé de la tisane et du rooibos, non sucrés, qui aident vraiment. Le soir, en mangeant tout de même un petit yaourt grec tout en évitant de regarder Top Chef et en allant dormir assez tôt, ça passe.

Le matin, avec un café, la course habituelle pour être à l’heure et les 3 urgences à traiter en arrivant au boulot, ça passe aussi étonnamment bien. Là où ça devient vraiment compliqué, c’est à partir de midi quand les collègues commencent à réchauffer leurs gratins et autres salades de quinoa… Et puis arrive enfin 14h et la délivrance!

Résultats après 2 mois

Les avantages :

  • Le timing conciliable avec une vie sociale active.
  • Je ne me pèse plus depuis 5 ans mais on me dit que j’ai maigri et je le sens dans mes pantalons.
  • J’ai repris goût aux restos et aux soirées entre amis.
  • Je conscientise beaucoup plus ce que je mange, sans que cela ne devienne une obsession pour autant.

Les inconvénients :

  • Le problème ne s’est pas posé pour moi, mais pour les personnes qui sont sujets aux troubles de l’alimentation, il peut être difficile de ne pas tomber dans une forme de surcompensation pendant les 5 jours de non-jeûne. A terme, ce type de comportement peut même se transformer en boulimie.
  • Si vous faites du sport, attention à bien gérer votre emploi du temps pour ne pas vous entraîner un jour de jeûne, c’est carrément dangereux pour la santé.

Vous avez aimé lire cet article? Alors vous appréciez peut-être ceux-ci: « Consommation: l’avocat sur le banc des accusés », « Le supermarché coopératif et participatif: une alternative pour nos achats? », « Verdict: la semaine végétarienne d’une carnivore endurcie » 

Charlotte Deprez Voir ses articles >

Foodie assumée, obsédée par les voyages, la photographie et la tech, toujours à l'affût de la dernière tendance Instagram qui va révolutionner le monde.

Tags: Alimentation, Jeûne, Régime, Santé.