5 choses à retenir sur Ruth Bader Ginsburg, héroïne badass et icône féministe
© Getty images

5 choses à retenir sur Ruth Bader Ginsburg, héroïne badass et icône féministe

Par Enya Torrez  & Charlotte Deprez
Temps de lecture: 5 min

Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour suprême des Etats-Unis, est décédée ce 18 septembre à Washington des suites d'un cancer du pancréas. C'est avec le coeur particulièrement lourd que nous écrivons ces mots. Dès lors, il nous a semblé indispensable de revenir sur la vie de cette femme au destin hors du commun.

Ruth Bader Ginsburg, ou « the notorious RBG », était connue pour son combat emblématique contre les inégalités aux États-Unis. Après sa mort, le vendredi 18 septembre, beaucoup de gens se demandent comment gérer. En tant que juge démocrate à la Cour suprême américaine, elle était l’ange gardien des groupes minoritaires.

 

Lire aussi : « Buying myself back : dans un texte très personnel, Emily Ratajkowski accuse un photographe de viol »

 

La video société du jour :
Pervers narcissique comment sortir d’une relation toxique

Un juge de la Cour suprême américaine est nommé à vie. Lorsque Ruth Bader Ginsburg a été diagnostiquée avec un cancer, elle n’a jamais pensé à arrêter. Jusqu’à son 87e anniversaire et le jour de sa mort, elle a continué à travailler. En tant que féministe progressiste, elle était l’ennemie jurée de nombreux partisans de Trump. Voici cinq choses importantes à savoir sur Ruth Bader Ginsburg et ses combats, pour continuer à les porter après sa mort.

/

Juive, épouse et mère

Six ans après l’admission des femmes à la faculté de droit de Harvard, Ruth Ginsburg est l’une de 9 femmes (sur 500 étudiants…) à avoir obtenu une place dans ce cours. Et l’accueil y a été pour le moins froid, avec notamment ce dîner désormais célèbre où le doyen de l’époque demandait aux femmes pourquoi elles « méritaient d’avoir pris la place d’un homme à Harvard ».

 

Lire aussi : « Netflix : « Athlete A », la sororité puissante face à l’impunité des abus sexuels chez USA Gymnastics »

 

C’est avec les meilleures notes de sa promotion qu’elle termine ses études, mais comble de l’ironie, elle ne trouve pas de boulot car personne ne veut l’engager. Forcément, elle est une femme juive et maman.

En 1972, seize ans après avoir commencé ses études, elle est devenue la première femme nommée professeur à la prestigieuse Colombia Law School de New York.

/

Juge à la Cour suprême des Etats-Unis

Ruth Ginsburg est non seulement la deuxième femme à avoir été nommée juge à la Cour suprême des Etats-Unis, mais aussi l’une des plus anciennes juges de cette Cour. Avec 27 ans de carrière, elle ne savait littéralement pas comment s’arrêter. Bien que sa carrière touche à sa fin, son plus grand souhait était de ne pas être remplacée avant la nomination d’un nouveau président…

 

Lire aussi : « L’affaire Polanski : explications et chronologie »

 

/

La loi Lilly Ledbetter pour un salaire juste

Lorsque Lilly Ledbetter, manager chez le fabricant de pneus Goodyear en Alabama, prend sa retraite en 1998, il apparaît qu’au cours de sa carrière, elle avait été payée chaque année des milliers de dollars de moins que ses collègues masculins. Elle décide alors de poursuivre Goodyear en justice pour discrimination salariale. Après l’appel de Goodyear, le cas se retrouve devant la Cour suprême, qui tranche en faveur de Goodyear en 2007… A cause du non respect des 180 jours de délai maximum imposés par la loi. Mais comment aurait-elle pu respecter ce délai sans avoir connaissance des faits?

 

A lire aussi: « #monpostpartum, le hashtag qui dézingue les tabous de l’après-accouchement »

 

Ruth Bader Ginsburg demande donc à la Cour suprême de revoir le jugement, ce qu’elle fait en tranchant finalement en faveur de Ledbetter. La loi Lilly Ledbetter pour un salaire juste remet les compteurs des 180 jours à 0 à chaque on respect de l’égalité salariale. Cette loi vise à protéger les femmes et les minorités contre la discrimination salariale et a été l’une des premières lois signées par Barack Obama.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Today is #EqualPayDay. The day up to which the typical woman must work in a particular year to catch up with what the average man earned the previous year. Today in the New York Times, Equal Pay Advocate Lilly Ledbetter, and namesake of President Barack Obama’s first official piece of legislation, the Lilly Ledbetter Fair Pay Act, shares about her #MeToo story — connecting the dots between sexual harassment and pay discrimination. We must also remember that #equalpay is an #intersectional issue. The wage gap widens for women of color, and for women who have children (despite men’s earnings not typically seeing a decrease when they become fathers). We still have a long way to go despite many gains. Awareness is just the beginning. Each company, each industry leader has the power to make #change and create #equality in the workforce. 💼💵#lilyledbetter #womenofcolor #mothers #wagegap #economy #career #leadership #women

Une publication partagée par GirlTalkHQ.com (@girltalkhq) le

/

Droit à la profession d’avocat

En tant que féministe progressiste et responsable du Women’s Rights Project, une organisation américaine de défense des droits civils, Ruth Ginsburg a plaidé plusieurs affaires devant la Cour suprême sur l’égalité des sexes. L’un de ces procès concernait une décision de 1873, toujours en vigueur, qui accordait aux États le droit d’interdire aux femmes l’accès à la profession juridique. Les femmes avaient « la mission d’exercer la noble fonction d’épouse et de mère ».

 

Lire aussi : « Dior met à l’honneur les femmes hors du commun avec la campagne « Chin Up » »

 

Alors comment convaincre une Cour suprême composée d’hommes que les femmes et les hommes ne sont pas traités de manière égale et que cela devrait leur importer ? Eh bien, Ruth Bader Ginsburg ne serait pas RBG si elle ne savait pas qu’une petite leçon de psychologie inversée aiderait. Ginsburg est donc partie à la recherche de choses qui portaient atteinte aux droits… Des hommes. En fin de compte, la Cour a convenu avec Ginsburg que les hommes et les femmes méritent un traitement égal.

/

Loi sur l’avortement

Bader Ginsburg était absolument pour le droit à l’avortement, mais en ce qui concerne la loi sur l’avortement, elle pensait que ce n’était pas une question sur laquelle la Cour suprême devait intervenir. En effet, en 1973 lorsque la Cour suprême a déclaré l’interdiction de l’avortement inconstitutionnelle, l »avortement a été légalisé, ce qui constitue une évolution positive, pourrait-on dire. Le seul problème de cette légalisation a été le processus qui l’a précédée.

Seuls les juges, et non le peuple ou ses représentants au Parlement, ont fait passer ce changement dans la loi. Selon Ruth Bader Ginsburg, il était dès lors très difficile de susciter l’enthousiasme du peuple américain pour le droit à l’avortement et d’en comprendre son importance. Force est de constater que son combat pour le droit à l’avortement est loin d’être derrière nous; en effet, Trump est déjà occupé à chercher un.e remplaçant.e très à droite, qui pourrait permettre à la Cour suprême une forte majorité républicaine… Et in fine un retour sur la légalisation de l’avortement.

Bref, Ruth, tu nous manques déjà.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Notorious RBG (@notoriousrbg) le

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à L’avortement est désormais considéré comme un crime en Georgie et dans l’Alabama. Et oui, c’est grave. , Miss Univers 2019 : la gagnante Zozibini Tunzi entre dans l’Histoire ou encore Lecture : 7 ouvrages féministes à lire de toute urgence

Charlotte Deprez Voir ses articles >

Foodie assumée, obsédée par les voyages, la photographie et la tech, toujours à l'affût de la dernière tendance Instagram qui va révolutionner le monde.

Tags: Avortement, Etats-unis, Féminisme, Ruth bader ginsburg.