Etats-Unis: le train plus glamour que la route 66

par Camille Vernin
Amtrak
©Amtrak

Pour vos prochaines vacances aux Etats-Unis, vous envisagiez plutôt un road trip sur la route 66 ou un long travelling sur la côte californienne par la route du Pacific Coast. Le train c’est moins glamour? On vous prouve le contraire!

Amtrak, c’est l’équivalent de la SNCB en Amérique, avec quelques kilomètres de rails en plus. Son réseau relie les 4 coins des Etats-Unis avec des lignes aux noms nostalgiques tels que California Zephyr, Texas Eagle ou Coast Starlight.

Délaissée par les touristes, Amtrak est carrément raillée par les Américains. L’entreprise ferroviaire se vante d’une « ponctualité légendaire » qu’il faut prendre avec ironie. En réalité, les retards incessants des trains, leur confort sommaire et la durée des trajets a de quoi en rebuter plus d’un.

Car, bien que le transport de passagers soit nationalisé et desservi par la seule compagnie publique Amtrak, les voies, elles, ne dépendent pas de l’Etat. Elles sont morcelées en milliers de parcelles privées qui appartiennent la plupart du temps à des entreprises de fret. Ainsi, il n’est pas rare de voir des trains de fret imprévus prendre la priorité sur les trains de voyageurs qui se retrouvent à l’arrêt.

On l’a compris, chez Amtrak c’est « ambiance cool ». Une façon de goûter en quelque sorte une particularité propre aux Etats-Unis: la désorganisation des infrastructures ferroviaires. Heureusement, la mode est au « slow travel », on vous en parlait ici. Alors on prend le temps et on observe les paysages sublimes à travers le wagon panoramique. Calez-vous dans l’un des sièges King Size rotatifs et prenez-en plein la vue.

Découvrir l’Amérique

Car oui, prendre le train est une alternative formidable pour accéder aux endroits qu’aucune route ne pénètre et donc à des paysages inédits. On songe à l’immensité du pays et à sa diversité. On admire l’alternance entre gratte-ciels, déserts, plaines et montagnes. Ces ambiances si particulières qu’ont su exploiter les cinéastes et qui dorment dans nos imaginaires collectifs.

De plus, quoi de mieux que le train pour s’immerger pleinement dans la culture américaine et ne pas jouer aux simples touristes. C’est l’occasion de rencontrer des gens de tous horizons, de s’installer et de parler. Le wagon-restaurant ne vous laisse pas vraiment le choix. Il n’y a pas suffisamment de places pour tout le monde alors on complète les sièges au fur et à mesure. C’est l’occasion de discuter avec son compagnon de table.

Table for two with a stunning #AmtrakView. 📸: @janainadevieira

Une publication partagée par Amtrak (@amtrak) le


Le train constitue également la solution low-cost et écologique parfaite. un billet de train pour traverser la moitié du pays coûte 100 dollars en moyenne. Vous dormez dans les larges sièges inclinables. En revanche, comptez plus ou moins 400 dollars de plus pour une chambrette de deux lits, avec repas compris, ce qui constitue une option finalement rentable si l’on voyage à deux.

De l’Atlantique au Pacifique

Notre rêve? Traverser les Etats-Unis d’Est en Ouest. On prend le train Cardinal de New-York à Chicago pour admirer les Blue Ridge Mountain. On saute ensuite dans le célèbre California Zephyr pour emprunter la route des Pionniers et se lancer à la conquête du Grand Ouest américain. Là, c’est l’Amérique qui se déroule devant vos yeux: le fleuve Mississippi, les plaines du Nebraska, les canyons du Colorado, les Montagnes Rocheuses, les étendues désertiques du Nevada jusqu’à la Baie de San Francisco…

Alors on hésite plus et on se rend sur le site d’Amtrak pour plus d’informations. 

Si vous avez aimé cet article, vous devriez aimer « Le « slow travel » va changer votre façon de voyager« , « Ile Maurice: 5 raisons d’y passer vos prochaines vacances » ou encore « Airbnb: 5 logements improbables à tester absolument« !

Suivez Marie Claire sur Facebook et Instagram pour ne rien rater des dernières tendances, astuces beauté, infos culture, lifestyle, food et bien plus encore.

| | | |
Tags: Amtrak, Etats-unis, Train, Voyage.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures