8 mars : les 10 pays où être une femme est le plus dangereux

par Monica Mirkos
marieclaire_conditions_femmes_monde_reuters
©Heather Mount sur Unsplash

Si nous pouvons constater qu’en Europe occidentale la condition des femmes évolue depuis des décennies, ce n’est pas le cas dans la majorité des pays du monde. Il nous semblait important de faire un état des lieux sur les pays où les femmes n’ont pas la même liberté de vivre que nous. Nous avons donc repris le classement des dix pays où être une femme est le plus dangereux, de la Fondation Thomson Reuters. Et le 10e pays n’est certainement pas celui auquel vous auriez pensé.

Le classement de la Fondation Thomson Reuters fait l’état des lieux de la condition de la femme dans le monde en 2018. Afin de l’établir, cinq critères ont été pris en compte: l’accès aux soins médicaux, les différentes discriminations, les traditions culturelles, les violences morales et physiques, le harcèlement sexuel ainsi que le trafic d’êtres humains. Pas mois de 550 experts ont pris part à ce classement en répondant à plusieurs questions sur chaque domaine. Ces réponses ont été comparées afin d’établir ce classement.

 

A lire aussi: 8 mars: les héroïnes qui ont marqué l’histoire du féminisme

1/

L’Inde

En première position, nous retrouvons l’Inde, le pays où les femmes sont le plus en danger dans le monde. Entre 2007 et 2016, les violences infligées aux femmes rapportées aux autorités ont augmenté de 83% selon le gouvernement indien. Quatre viols sont reportés toutes les heures. Comme si cela n’était déjà pas assez, l’Inde est l’un des pays où les femmes sont les plus susceptibles de devoir vivre avec les contraintes qu’inflige leur culture. Le mariage forcé, les infanticides, les attaques à l’acide et d’autres traditions constituent le quotidien de quelques milliers de filles.

 

A lire aussi:L’origine du 8 mars, Journée International e pour les Droits des Femmes

2/

L’Afghanistan

L’Afghanistan est un des pays où les droits des femmes sont remis en cause dans le cadre des guerres qui sont en cours. Les femmes afghanes n’ont que très peu accès aux emplois et aux soins médicaux. Les problèmes nationaux et les violences domestiques traduisent l’état alarmant des Afghanes.

 

A lire aussi: 8 mars: la première grève des femmes en Belgique

 

3/

La Syrie

Les femmes syriennes sont dans le même cas que les Afghanes. Celles-ci sont victimes de violences sexuelles de la part des forces gouvernementales et des soldats, en plus de violences domestiques. De plus, les mariages des enfants est en augmentation et nombre de femmes meurent en donnant la vie, par manque de soins médicaux.

 

A lire aussi: Lueur d’espoir: le nombre de jeunes filles victimes de mutilations génitales est en baisse

4/

La Somalie

La Somalie occupe la quatrième place du classement à cause du conflit qui occupe le pays depuis les années 1990. Selon les experts, le pays serait le 3ème pays le plus dangereux pour les femmes en matière d’accès aux soins de santé et de pratiques culturelles archaïques menaçantes.

 

A lire aussi: #ThisIsNotConsent: un hashtag pour dénoncer la culpabilisation des victimes d’agressions sexuelles

5/

L’Arabie saoudite

Vous l’avez surement entendu dans les médias, les femmes sont enfin autorisées à conduire en Arabie saoudite, et ce depuis le 24 juin dernier. Même si cet « effort » de la part du gouvernement marque un petit pas vers une certaine modernité, n’oublions pas que ces femmes doivent toujours avoir un tuteur. En effet, elles ne peuvent ni voyager, ni travailler sans l’autorisation de ce dernier.

 

A lire aussi: Alerte rouge: l’écart salarial coûte en moyenne 500 euros par mois aux femmes

6/

Le Pakistan

Le Pakistan occupe la 6ème place du classement en raison du manque d’accès aux soins médicaux des femmes. Nombre d’entre elles souffrent de maladies sexuelles comme le VIH. De manière générale, les femmes y sont victimes de discrimination sur leur lieu de travail. Elles ne peuvent pas hériter de biens ni d’argent. Leur accès à l’éducation scolaire est très limité. Les Pakistanaises souffrent elles aussi de traditions culturelles dangereuses comme la mutilation génitale, le mariage forcé, les abus physiques, ainsi que les infanticides. Le viol des femmes y est utilisé comme arme de guerre.

 

A lire aussi: Argentine: le Sénat rejette la législation de l’avortement

7/

La République démocratique du Congo

La RDC elle, occupe la 7ème position du classement en raison de la situation chaotique du pays. Les femmes sont exposées, dans plusieurs régions du pays comme le Kasaï ou le Kivu, à des viols aussi utilisés comme arme de guerre. La République démocratique du Congo est donc le 2ème pays le plus dangereux pour les femmes concernant les violences sexuelles.

 

A lire aussi: Reportage: à Panzi, chez Denis Mukwege

8/

Le Yémen

En 8ème position, le Yémen est considéré dangereux pour les femmes. L’accès aux soins de santé et leurs faibles ressources économiques sont en cause. Les traditions culturelles archaïques sont également qualifiées de dangereuses dans ce pays. La guerre entre l’Arabie saoudite et l’Iran ont causé la mort de 10 000 personnes au Yémen. Le pays fait partie des pays à aider urgemment en raison d’une crise humanitaire.

 

A lire aussi: Violences conjugales: la Nouvelle-Zélande adopte une nouvelle loi révolutionnaire

9/

Le Nigeria

Le Nigeria figure dans le classement à cause d’accusations de torture envers les femmes, de viol et de massacres de civiles, organisés par des organisations des droits de l’Homme. Ces accusations sont portées envers les membres du groupe terroriste Boko-Haram et les forces de sécurité du pays. Le Nigeria se classe donc en 4ème position dans la catégorie de « Traite des humains », et en 6ème position en ce qui concerne les pratiques culturelles néfastes infligées aux femmes.

 

A lire aussi: L’association ONE dénonce les lois les plus sexistes et absurdes du monde

10/

Les Etats-Unis

Depuis que Donald Trump est au pouvoir, les Etats-Unis font malheureusement partie du classement. La raison ? Le mouvement #Metoo et l’affaire Weinstein qui ont mis l’accent sur les violences sexuelles qui étaient jusque-là, non révélées. Si l’on ne prend en compte que les violences sexuelles, le pays qui fait rêver des millions de personnes prend la 3ème place du classement.

Si cet article vous a plu, lisez aussi: Pour la première fois en Belgique, un cyberharceleur condamné pour « viol à ditance », Le numérique est-il sexiste? La réponde avec Laurence Schuurman, Young ICT Lady of the Year et Pour une féminisation des noms des rues de Bruxelles? Oui sûrement!

| | | |
Tags: 8 mars, Combats de femmes, Société.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures