8 mars 2019 : la première grève des femmes en Belgique

par Monica Mirkos
marieclaire_premiere_greve_des_femmes_en_belgique
©Unsplash

A l’occasion de la journée internationale pour les droits de la femme le 8 mars prochain, le collectif « Collecti.e.f 8 maars » prépare la première grève des femmes en Belgique. Pour la première fois, les femmes belges sont appelées à descendre dans la rue et à revendiquer leurs injustices et leurs droits.

Le 8 mars est une date qui fait partie de nous, les femmes. Cette date pleine de sens, pleine de combativité, pleine de droits, prend de plus en plus d’ampleur de nos jours.

1/

Les espagnoles ont montré l’exemple

Souvenez-vous, l’année dernière, les femmes espagnoles ont pris la décision de faire grève ce jour-là. Elles nous ont montré l’exemple en disant stop. Celles-ci manifestaient afin de dénoncer les discriminations sexistes dans le monde du travail et les violences envers les femmes. Cette grève féministe a pris de court l’Espagne entière en provoquant une paralysie complète. En effet, la révolte avait commencé le 7 mars à minuit, avec un concert symbolique de casseroles ayant pour but de « réveiller la société et les pouvoirs publics », et des rassemblements de femmes dans les rues du pays.

 

A lire aussi: La WTA va faciliter le retour des joueuses après une grossesse (Merci Serena Williams)

 

S’en sont suivi grèves de métros et de trains ainsi que des piquets de grève devant les grandes enseignes. D’autres action ont marqué le coup: les rues du pays recouvertes de tabliers de cuisine pendus aux fenêtres, des journalistes-vedettes absentes, tout comme les journalistes de El Paris, le premier quotidien espagnol. Nous avions vu une Espagne inondée de plus de 5 millions de manifestants dans les rues, de quoi se (re)donner un coup de courage et de force pour se battre et aller toujours plus loin dans ce combat qui est le notre.

 

A lire aussi: Lueur d’espoir: le nombre de jeunes filles victimes de mutilations génitales est en baisse

2/

Les femmes belges s’unissent elles aussi

Cette année, nous aussi en Belgique, nous allons marquer cette date. Et pour cause: inspiré par la grève espagnole de l’an dernier, le collectif « Collecti.e.f 8 maars » a annoncé la première journée de grève des femmes dans le pays. Ce collectif existe depuis juin 2018 et est composé d’une centaine de femmes pour la plupart Bruxelloises mais aspire à devenir un mouvement national.

 

A lire aussi: #ThisIsNotConsent: un hashtag pour dénoncer la culpabilisation des victimes d’agressions sexuelles

 

Des revendications qui nous concernent toutes

Les revendications sont malheureusement nombreuses et diverses: la non-égalité salariale entre les femmes et les hommes, les violences faites aux femmes, le contrôle du corps de la femme, l’écologie, le racisme et les identités de genres. Ce n’est pas tout.

 

A lire aussi: Alerte rouge: l’écart salarial coûte en moyenne 500 euros par mois aux femmes

 

Roxane Chinikar avait déclaré aux journalistes de la RTBF que: « Cela concerne aussi le travail non ou faiblement rémunéré, entendez les soins, l’éducation, le nettoyage, des services que l’on sait plutôt féminisés et où les femmes sont dans des situations de grande précarité […] on veut vraiment un changement de focalisation par une revalorisation de tout ce travail qui est à la base de l’humanité ». Toutes ces revendications auront une voix, une parole lors de cette journée consacrée aux femmes.

Des actions partout en Belgique

Une manifestation sera organisée dans la capitale. Le collectif encourage les étudiantes à ne pas aller en cours. Les mères de famille sont appelées à ne faire aucune tâche ménagère, ni à s’occuper de leurs enfants. Quelles que soient leurs initiatives, « Collecti.e.f 8 maars » encourage toutes femmes dans leurs démarches. En soutien aux femmes, le syndicat chrétien CNE a accepté de déposer un préavis de grève.

 

A lire aussi: Reportage: à Panzi, chez Denis Mukwege

 

Les hommes sont appelés à remplacer les femmes

Que feront les hommes ce 8 mars prochain ? Ils pourront bien entendu encourager les femmes mais d’une manière différente: en les remplaçant dans leurs responsabilités quotidiennes, en assumant toutes les tâches ménagères, en s’occupant des enfants ou même en allant travailler à leur place.

Si vous avez aimé cet article, lisez aussi: Un documentaire touchant brise le tabou sur l’ablation des seins, Pour la première fois en Belgique, un cyberharceleur condamné pour « viol à distance » et Fifty Shades Of Racism, un mouvement pour exposer le racisme sous toutes ses formes.

| | | |
Tags: 8 mars, Combat des femmes, Féminisme, Société.