Zuzana Caputova devient la première femme présidente de Slovaquie

par Monica Mirkos
marieclaire_zuzana_caputova_premiere_femme_presidente_slovaquie
©Show Jana Krause

Zuzana Caputova, avocate anti-corruption, a remporté la présidentielle slovaque avec 58,3 % des voix, samedi dernier. Son élection fait d’elle la première femme présidente du pays.

1/

Une victoire claire et nette

Il n’y a pas de doutes, Zuzana Caputova est arrivée en tête de la présidentielle de Slovaquie en battant son adversaire, Maros Sefcovic, à plate couture. Cette victoire méritée s’annonçait déjà positive lors du premier tour, le 16 mars dernier, lorsque l’avocate l’emportait avec 40,6 % des voix, contre 18,7 % pour son rival. L’activiste a déclaré que: « Pour moi, cette élection a prouvé que l’on peut gagner sans attaquer ses adversaires et je crois que cette tendance se confirmera lors des élections au Parlement européen et des législatives slovaques l’année prochaine ». Maros Sefcovic a d’ailleurs soutenu Zuzana Caputova dans sa victoire et a déclaré que: « Je viens d’appeler Mme Caputova pour la féliciter de sa victoire. Je lui envoie un bouquet de fleurs parce que la première femme présidente de la Slovaquie mérite un bouquet ».

 

A lire aussi: La Nasa annule la sortie de deux femmes astronautes dans l’espace

2/

Une campagne axée sur l’anti-corruption

Selon les analystes, la victoire de Zuzana Caputova peut être en lien avec le pouvoir mis en place suite à l’assassinat du journaliste slovaque, Jan Kuciak et de sa fiancée, l’année dernière. La cause ? Ce dernier projetait de publier un article sur le lien entre les politiques slovaques et la mafia italienne. Zuzana Caputova avait alors participé aux manifestations gigantesques qui ont déstabilisé le gouvernement du parti Smer-SD. Ces rassemblements ont poussé le Premier ministre du pays, Robert Fico, à démissionner.

 

A lire aussi: 8 mars : les 10 pays où être une femme est le plus dangereux

3/

Le parcours de Zuzana Caputova

Zuzana Caputova est née à Bratislava en 1973 et a entamé des études de droit à l’université Comenius. Après son cursus, elle a rejoint une organisation de défense des droits, Via Luris. Elle y a mené une campagne afin d’empêcher l’installation d’une énorme décharge publique à Pezinok. Suite à cela, la Cour suprême a annulé le permis de construire de la décharge. Grâce à son combat, la Cour de juste de l’Union européenne a instauré des règles de consultations lors de l’établissement de projets d’urbanisme. Elle reçoit alors en 2016, le prix Goldman pour l’environnement.

Si vous avez aimé cet article, lisez aussi: 8 mars : 15 citations féministes inspirantes pour chacune d’entre nous, Rima bint Bandar, première femme saoudienne à accéder au poste d’ambassadrice et L’origine du 8 mars, Journée Internationale pour les Droits des Femmes.

| | | |
Tags: Combats de femmes, Société.