Défilé Haute-Couture printemps-été 2021 : Schiaparelli dans l’oeil surréaliste de Daniel Roseberry
© Schiaparelli

Défilé Haute-Couture printemps-été 2021 : Schiaparelli dans l’oeil surréaliste de Daniel Roseberry

Par Océane Blin
Temps de lecture: 2 min

Le directeur artistique de la maison Schiaparelli n'a pas fini de nous faire vibrer par ses créations, preuve en est : sa collection Haute-Couture printemps/été 2021 est au centre de toutes les attentions.

De Kim Karadashian pour son look de Noël à Lady Gaga lors de l’investiture de Joe Biden, les stars ne jurent que par lui : Daniel Roseberry. Devenu directeur artistique de la maison en 2019, il relance la marque de la célèbre couturière italienne Elsa Schiaparelli, devenue une belle endormie pendant presque 85 ans. Ce qui a fait la spécificité de la marque c’est son anticonformisme et un attrait tout particulier pour l’art, deux éléments-clés que l’on retrouve à nouveau dans ses dernières créations.

 

Lire aussi : Défilé Haute-Couture printemps-été 2021 : la fête rêvée de Chanel

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Schiaparelli (@schiaparelli)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Schiaparelli (@schiaparelli)

“J’ai voulu interroger l’idée même de couture, ce qu’elle est et devrait être”

Une collection fantasque et curieuse

Le 25 janvier dernier, c’est en ligne, Covid-19 oblige, que les silhouettes plus extravagantes les unes que les autres ont été dévoilées. Au programme, des corps moulés, des carrures disproportionnées, des bijoux et accessoires exagérément immenses et du drapé, beaucoup de drapé. “Dans cette troisième collection pour Schiaparelli, j’ai voulu interroger l’idée même de couture, ce qu’elle est et devrait être. Je l’ai fait en imaginant des vêtements qui respectent la tradition de cette Maison, et l’art qui la sous-tend, tout en m’écartant des clichés associés au genre. Ce sont ces vêtements qui vous font prendre conscience de votre corps, et vous font réfléchir à la manière dont vous appréhendez le monde.”

 

Le souci du détail

Parmi les 25 silhouettes présentées, on retrouve une vierge à l’enfant allaitant avec un sein en laiton moulé, une robe du soir voluptueuse d’un rose vibrant accrochée aux oreilles du mannequin, une mariée comme étendue dans un nuage de froufrous, une robe rose vif à l’allure bodybuildée,  mais aussi des bustiers ultra-sculptés rigides qui composent parfaitement avec la douceur du satin.

 

Lire aussi : Défilé Haute-Couture printemps-été 2021 : la quête ésotérique de Dior

 

En somme une approche nouvelle de la mode où le corps est l’oeuvre d’art, se caractérisant par exemple avec des lunettes oeil ou encore des doigts en laiton à enfiler et des orteils métalliques apparents sur les chaussures. Les bijoux et accessoires disposent d’une place à part entière dans les looks, avec notamment des boucles d’oreilles XXL, des sacs torses ou cadenas mais aussi des ongles exagérément longs. L’atelier situé au 21 place Vendôme se transforme en véritable cabinet de curiosités.

La collection Haute-Couture printemps-été 2021 de Schiaparelli :

 

Avec cette collection, Daniel Roseberry renoue avec le passé artistique de la marque à l’aide de trompes l’oeil, d’exagérations et d’un questionnement constant du rapport au corps dans la mode. Pas étonnant que ce génie soit devenu la coqueluche des célébrités !

On lui souhaite de continuer à nous éblouir par ses collections mêlants absurde et virtuosité.

Si cet article vous a plu, vous aimerez aussi : Défilé Chanel : la Collection Métiers d’art 2020/2021 prend place dans « Le Château des Dames », Défilé printemps-été 2021 : la cérémonie mystique de Dior, Défilé Dior Croisière 2021 : retour en images sur l’hommage à la région des Pouilles.

Tags: Daniel Roseberry, Elsa Schiaparelli, Fashion week haute couture, Schiaparelli.