Rencontre avec Marion, pétillante créatrice de la marque bruxelloise Orta
© Charlotte Deprez

Rencontre avec Marion, pétillante créatrice de la marque bruxelloise Orta

Temps de lecture: 3 min

Orta, c'est une jolie histoire franco-belge. Lancée il y a deux ans et demi par Marion et son mari Gauthier, la petite entreprise a su séduire les modeuses de Belgique dès le début grâce à un goût prononcé pour les vêtements intemporels, jolis, mais aussi pratiques. Avec l'ouverture d'un showroom au Châtelain, Orta font peau neuve! A cette occasion, nous avons interviewé Marion. Découverte.

Parle-moi d’Orta! C’est quoi? C’est qui?

Je suis Marion, française d’origine et bruxelloise d’adoption. J’ai commencé Orta il y a près de deux ans et demi! Il s’agit d’un e-shop et pop up store proposant des collections pour femme tous les mois, à prix accessible et entièrement réalisées en Europe. L’équipe est composée de mon mari Gauthier et moi, on est associés, ensuite il y a Fiona qui s’occupe de la comm’ et Nuria du marketing. On bosse aussi avec plein de freelance pour notre site, nos traductions, notre modéliste IT…

Trois mots pour décrire Orta

Start-up, abordable et élégant.

A qui est-ce que ça s’adresse?

On veut faire des vêtements pour la vraie vie. Quand on dessine, qu’on essaie les prototypes, on pense à toutes les femmes et ce qu’elles font dans leur journée. On veut que nos vêtements puissent se porter de jour comme de nuit, mais toujours avec le petit détail qui fait mouche.

Quel est le feedback que vous avez le plus des clientes?

Le feedback qu’on a de plus en plus, c’est que ça tient dans le temps! Que les pièces sont indémodables et qu’elles sont contentes de la bonne qualité. Un autre feedback qu’on a souvent c’est qu’on ne trouve pas nos vêtements partout, donc ils sont originaux.

Vous êtes beaucoup sur Instagram et Facebook, comment vous bossez avec ces réseaux sociaux?

Je suis vraiment addict à Instagram! Je passe beaucoup de temps sur Instagram car c’est, à mes yeux, le plus beau réseau social pour faire des rencontres. A ce niveau-là c’est incroyable, j’ai des clients qui sont devenues des copines à force de discuter régulièrement! On met d’abord nos photos sur Instagram puis on relaie sur Facebook. J’adore aussi les stories Instagram, elles permettent de montrer les coulisses, l’envers du décor, de vraiment partager. Dimanche dernier j’ai passé ma journée à faire ma compta, j’ai voulu montrer ça aussi! Ca permet vraiment de montrer l’univers d’Orta et d’interagir beaucoup plus qu’avec Facebook.

Vous venez d’ouvrir le showroom, comment ça s’est passé? 

On a trouvé ce lieu qui était pas du tout dans cet état, tout était cloisonné, de toutes les couleurs… La première fois que j’ai vu le lieu je ne me suis pas projetée, pour être honnête! (rires). C’est mon associé et mari Gauthier, qui a vraiment l’oeil pour ça, qui m’a convaincue.

D’ailleurs c’est quoi la répartition des rôles entre vous deux? 

Lui gère tout ce qui est contrat, relations avec l’usine, administratif… Moi je suis bonne pour avoir des idées dans tous les sens! En plus de ça on est dans un monde de réseaux sociaux, et Gauthier n’est pas du tout là-dedans donc il a un regard extérieur. C’est la force tranquille de la boîte.

C’est comment de bosser en couple? 

C’est une force énorme! Déjà, par nature, on se fait confiance. Par contre je refuse d’en parler à la maison. On a des grosses journées, on ne coupe jamais vraiment les réseaux sociaux, si en plus on ne fait que parler de ça à la maison ça ne va pas. En plus, je trouve que le soir on a moins de patience, on n’a plus les idées fraîches! Ca m’arrive de lui répondre “envoie-moi un mail!” (rires). Et je pense qu’on a encore plus d’idées en faisant comme ça, car quand on est en boucle on a trop le nez dedans. A part ça, c’est vraiment grâce à lui que je me suis lancée, c’est lui qui m’a poussée, c’est top.

C’est quoi tes pièces intemporelles?

Notre pull Marcel, avec les boutons dorés! Sinon la marinière, le t-shirt blanc, la jupe en (simili) cuir et une robe pull.

Comment vois-tu l’avenir? 

Développer les collections! On aimerait proposer une dizaine de nouvelles pièces/déclinaisons de nouvelles pièces par mois. On veut vraiment faire découvrir notre univers.

Sinon… C’est pas un peu le rêve de créer tes vêtements et les porter?

Si, c’est génial. En plus, maintenant qu’on est créateurs, on peut imaginer plein de choses et ça, j’adore. Par exemple on va faire une box de Noël avec Tiroir de Lou! On est en train de travailler dessus, on aimerait la sortir courant novembre. Sinon, on a d’autres projets sur le feu dont on parlera bientôt. J’adore avoir de nouvelles idées, innover et pouvoir se dire “allez, on essaie!”.

Orta, 48 rue Washington, 1050 Bruxelles. Ouvert du Lundi au Vendredi de 10h à 13h et de 14h à 18h30. Infos sur orta-store.com.

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à  «On brunche toute la semaine à la Petite Production! », « Exclu: le restaurant éphémère Eatcolor revient à Bruxelles« et “Rencontre avec le duo derrière Le 203, notre nouveau restaurant préféré à Bruxelles”

Charlotte Deprez Voir ses articles >

Foodie assumée, obsédée par les voyages, la photographie et la tech, toujours à l'affût de la dernière tendance Instagram qui va révolutionner le monde.

Tags: Bruxelles, Entrepreneuriat, Entrepreneuse, Mode, Orta.