La phytothérapie en cinq questions essentielles

marieclaire_phytotherapie_moderne
©Shutterstock

La phytothérapie, une alternative à la médecine traditionnelle? La réponse avec Julien Masset, Scientist Liaison Officer des laboratoires Ortis. En bonus, il nous donne son top 5 des plantes pour péter la forme cet automne.

1/

A quand remonte la phytothérapie?

La phytothérapie existe depuis les origines de l’humanité. De tous temps, l’homme a cherché à se soigner, c’est une question de survie. Et la première chose qu’il ait faite, c’était de tester les éléments de son environnement. C’est donc naturellement qu’il s’est tourné vers les plantes pour trouver une solution à ses problèmes de santé.

2/

En quoi la phytothérapie d’aujourd’hui est-elle différente?

A l’origine, la maladie était associée aux démons, de même que les guérisseurs étaient considérés comme des êtres capables de communiquer avec le Divin. L’homme accordait  aux plantes des pouvoirs magiques autant que thérapeutiques. Diviniser la nature était sa manière d’expliquer tous ses mystères.

Ce n’est qu’à partir de 4500 ans avt JC, que  les thérapeutes chinois puis égyptiens (3000 ans avt JC), grecs, romains et arabes ont progressivement codifié l’utilisation des plantes à des fins médicinales.

Il faudra attendre le 19e siècle pour que les phytochimistes arrivent à isoler les principes actifs et comprennent la fonction des différentes composantes chimiques. La recherche scientifique s’est écartée progressivement des plantes pour y revenir dans les années 80.  Aujourd’hui l’information à propos des plantes est en augmentation exponentielle, mais reste récente (maximum 20 ans).

3/

Quand elle est bio, c’est mieux?

La croyance populaire veut qu’une plante bio soit plus efficace. En réalité, aujourd’hui il est compliqué de différencier une plante bio et l’autre non bio uniquement en se basant  sur ses principes actifs(qui reflète son efficacité). Dans les produits Ortis, nous utilisons des formes concentrées de plantes pour augmenter l’efficacité des plantes. Le marché bio étant plus petit, les formes concentrées de plantes bio sont moins fréquentes que celles des plantes non bio. Aujourd’hui nous avons investi dans une nouvelle unité de production bio pour pouvoir produire nos propres extraits. Il s’agit d’une innovation en bio.

4/

La phytothérapie peut-elle remplacer la médecine classique?

La médecine classique et la phytothérapie sont deux approches complémentaires. La première reste extraordinaire quand il s’agit d’agir avec urgence. Administrée à dose massive, la molécule active permet une action ciblée quasi immédiate sur l’organisme. Malheureusement, l’utilisation d’un grand nombre de médicaments conduit à l’apparition d’effets secondaires. Quand il s’agit de sauver une vie, ces effets secondaires ne rentrent pas en ligne de compte. Ils prennent par contre tout leur poids quand il s’agit d’envisager le traitement d’un confort chronique. L’avantage de la pharmacie par les plantes est de donner à l’organisme des molécules naturelles, c’est-à-dire, reconnues par celui-ci, et donc aux effets beaucoup plus doux.

Elle permet d’agir en traitement préventif et de prendre soin des inconforts chroniques sans gravité, en complément du traitement médical chimique si nécessaire et en collaboration avec le corps médical.

5/

Entre les ‘monoformules’ et les synergies de plantes, lesquelles choisir?

Les formules synergies seront plus intéressantes, car très souvent ces produits vont agir sur la problématique en utilisant plusieurs mécanismes d’action. L’efficacité et la chance de succès seront donc plus grandes. Les formules monoplantes sont plutôt réservées aux personnes averties qui veulent faire leur propre association synergique.

Le top 5 des plantes pour bien affronter l’automne, c’est en page 2!

6/

Le top 5 des plantes pour bien affronter l’automne

  1. Le Ginseng blanc. Cette plante adaptogène est formidable. Elle donne de l’énergie si on est fatiguée et apaise si on est stressée. Pour avoir avoir cet effet adaptogène, il faut privilégier le ginseng en poudre (racine + radicelle) et non l’extrait qui serait trop puissant.
  2. Le safran. Pour lutter contre le stress et en combinaison avec le ginseng, le safran est très intéressant. Il agit très rapidement sur la bonne humeur.
  3. La Propolis. Ce n’est pas une plante, mais une résine butinée par les abeilles pour assembler leur ruche. Elle augmente nos défenses immunitaires et lutte contre les refroidissements.
  4. L’Andrographis. Cette plante lutte également contre le refroidissement mais avec des mécanismes différents de la propolis. Il est donc très intéressant de les utiliser en synergie.
  5. Les plantes détox. Une cure détox est toujours recommandée en automne. Une seule plante ne sera jamais suffisante. Pour une meilleure efficacité on associe plusieurs plantes comme l’artichaut, le pissenlit, le thé vert, la bardane ou encore le fucus.
Phytothérapie

Presse

Propex Express, 9,40 € la boîte de 45 comprimés et Detoxine Vitalité, 19,99 € le flacon de 250 ml. En pharmacie et boutiques naturelles.

Et puisque la meilleure façon de rester en bonne santé, c’est manger bien, ne manquez pas nos articles  5 réflexes pour consommer ses 5 fruits et légumes par jour, La superfood s’invite dans nos assiettes et Food: 10 aliments qui rendent heureux!

| | | |
Tags: Automne, Médecine naturelle, Ortis, Phytothérapie, Plantes.