L’écart salarial entre femmes et hommes en Belgique, réduit mais toujours présent…

par Aline Dricot
marieclaire_ecart_salarial
©Christin Hume

Une femme gagne-t-elle réellement moins qu’un homme ? La réponse est oui. En Belgique, en 2019, il y a en moyenne 500€ d’écart entre le salaire d’un homme et celui d’une femme, pour le même poste dans la même entreprise. Le calcul de l’écart salarial est soumis à plusieurs critères, tels que les études réalisées, le temps passé dans une même entreprise ou l’âge.

Le combat pour une égalité salariale est mené par de nombreux acteurs, dont Marie Claire fait évidemment partie, ainsi que Partena Professionnal, qui donne aujourd’hui les chiffres de l’écart salarial en Belgique. Et il semblerait que cet écart se réduit, petit à petit.

1/

Un écart salarial diminué, mais qui se creuse…

En 2019, les employées belges gagnent encore 537€ bruts de moins que leurs collègues masculins. L’écart salarial brut a diminué en moyenne de 3€ par rapport à l’année dernière. C’est ce que démontre l’analyse de 105.000 fiches de paie réalisée par le secrétariat social Partena Professional. Cette diminution est certes encourageante, mais il faut pour cela que les critères salariaux changent également.

 

Lire aussi: Droits des femmes: vers une parité dans le monde du travail

 

L’écart salarial se creuse tout au long de la carrière : de 180€ à plus de 800€ par mois. Cet écart commence à être fortement visible après 30 ans. A partir de ce moment, les femmes paient un prix élevé pour une vie de famille. En fin de carrière (60+), les femmes gagnent en moyenne près de 20% de moins que leurs collègues masculins.

2/

Université ou Haute Ecole ?

Les femmes plus âgées, titulaires de titres universitaires et qui restent longtemps chez le même employeur sont les plus lésées – elles gagnent près de 1.500€ bruts de moins par mois.L’écart salarial dans ce segment continue d’augmenter par rapport à l’an dernier. Leur fidélité n’est donc pas récompensée. Pour les autres niveaux d’éducation, qui comprend les femmes titulaires d’un diplôme d’études secondaires ou de Haute Ecole, l’inégalité continue d’augmenter légèrement.

 

Lire aussi: La Reine des Neiges 2 : symbole de l’ouverture de Disney sur l’homosexualité ?

 

La grande différence avec les femmes ayant obtenu un diplôme de Haute Ecole est frappante. Il semble qu’elles rattrapent presque leurs collègues masculins au fil de leur carrière. Pourtant, les femmes titulaires d’un diplôme en Haute Ecole constatent par contre une augmentation de l’écart salarial par rapport à l’année dernière.

3/

La jeune génération avec un écart salarial moindre

Pour les femmes universitaires, des améliorations se profilent à l’horizon. La plus jeune génération de diplômées universitaires (22 – 29 ans) semble réduire l’écart avec leurs collègues masculins plus rapidement. La jeune génération prend des mesures pour réduire l’écart. Les employés et les employeurs sont plus conscients de cette inégalité.

 

Lire aussi: Sesame, une deuxième vie (design) pour les oblitérateurs de la STIB

 

En espérant que l’écart salarial diminuera bientôt -très bientôt-, retournons travailler toute la journée, et rentrons chez nous le soir. Rentrons et allons nous occuper de toute la maison et la famille, pour gagner, en moyenne, 500€ de moins par mois !

Si vous avez apprécié cet article, vous pourriez également lire : Unbelievable, la série qui brise le tabou de la double peine des victimes de violences sexuelles, Namur : 10 restaurants romantiques pour une soirée en amoureux ou encore Comment (re)donner au travail sa juste place dans votre vie?

| | | |
Tags: Travail.