Verdict: J’ai testé une semaine sans soutien-gorge

par Alice Barbieux
marieclaire-soutien-gorge
©Unsplash - Pablo Heimplatz

Cette sensation de soulagement le soir lorsqu’on enlève notre soutien-gorge après une longue journée, on la connaît toutes. Mais au fond est-ce que porter un soutien-gorge est vraiment primordial ?

Le concept

Depuis plusieurs années, un engouement pour le mouvement no-bra (comprenez « ne plus porter de soutien-gorge ») prend de l’ampleur. Jugé de plus en plus souvent inutile et limitant, le soutien-gorge est de moins en moins présent dans les garderobes féminines. J’ai donc décidé de ne plus porter de soutien-gorge pendant une semaine afin de me faire ma propre opinion.

 

lire aussi: « Verdict: la semaine végétarienne d’une carnivore endurcie »

 

À l’essai

Pourquoi portons-nous un soutien-gorge ? Le soutien-gorge a été créé pour les poitrines assez lourdes et qui font généralement mal au dos, afin de les maintenir au mieux.

Le premier jour sans soutien-gorge, je me force à le laisser dans mon tiroir. J’enfile un top et un pull bien épais qui ne laisse rien paraître. Au final ça ne change pas grand chose, et c’est comme si j’étais à la maison. Je me sens plus libre et plus confortable.

Le soir, je vais manger avec une amie, et ça ne loupe pas! Première remarque : « Dis, je pense que tu as oublié ton soutien-gorge ». Je lui explique donc que non, que j’ai juste décidé de ne pas en porter. J’ai droit à ce genre de réflexions quelques fois sur la semaine, mais j’assume.

 

Lire aussi: « Droit à l’avortement en Irlande: le référendum d’une génération »

 

L’atout

Des recherches ont été faites et il vrai que si initialement on porte un soutien-gorge afin d’éviter que nos seins ne tombent, il se pourrait que cela fasse l’effet inverse. En effet, quand on porte un soutien-gorge, les ligaments de soutien ne vont plus faire leur travail et donc ne plus soutenir la poitrine. Au contraire, quand on ne porte pas de soutien-gorge, ces ligaments seront constamment stimulés et donc soutiendront votre poitrine naturellement. C’est vrai qu’il n’est pas facile de sauter le pas mais c’est tellement plus confortable de ne pas en porter.

La faille

Moi qui adore porter des blouses un peu transparentes, ce n’est pas possible sans soutien-gorge. Le matin, je dois bien réfléchir aux vêtements que je veux porter. Qu’on aperçoive un bout de mon soutien-gorge ça ne me dérange pas mais hors de question de laisser un téton apparaître. J’ai aussi voulu tester l’expérience jusqu’au bout et ne rien porter lors de ma séance de sport quotidienne. Erreur! Sur le tapis de course, ma poitrine non soutenue m’a fait mal. Il est donc quand même préférable de mettre une brassière de sport pour les activités sportives.

 

Lire aussi: « 3 marques de sous-vêtements qui changent la donne »

 

Le verdict

C’est un réflexe de mettre un soutien-gorge, même lorsque l’on n’en a pas besoin car on a pris cette habitude dès qu’un début de poitrine a fait son apparition à l’adolescence.

Si je dois résumer cette expérience en un mot, je dirais « Liberté ». Je ne ressens plus aucune sensation d’étouffement. Je pense donc pouvoir me passer de soutien-gorge à l’avenir. Tout dépend aussi de votre tour de poitrine, mais personnellement, faisant un petit 85B, je pense vraiment pouvoir me permettre de ne plus en porter, ou alors des brassières lorsque je porte des vêtements plus transparents.

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un œil à « Lingerie: 10 ensembles lingerie pour l’été! », « Mattel crée une nouvelle collection de Barbie à l’effigie de femmes inspirantes » et aussi « Padman Challenge: quand Instagram dit stop au tabou des règles ».

| | | |
Tags: Lingerie, Soutien-gorge, Test, Verdict.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures