Nos astuces pour les premiers jours avec bébé

marieclaire_1050x550-2 (7)

Si les appréhensions de la grossesse vous semblent déjà lointaines face aux nouvelles questions que soulève la présence de votre enfant à vos côtés, voici quelques astuces pour vous aider à (presque) tout gérer.

Que ce soit votre premier enfant ou non, vous posez peut-être une foule de questions telles que : vais-je y arriver, dois-je le laisser pleurer, comment savoir s’il est bien alimenté ; que faire avec les ainés, dois-je allaiter… ? Rassurez-vous, c’est normal. La chute hormonale et le bouleversement émotionnel que cette naissance provoque nous font parfois perdre notre aplomb et nos certitudes. Pour compenser tout cela, voici quelques astuces et conseils.

1/

1. Retour à la maison et suivi

À la maison, lâchez prise. Tout ne sera peut-être pas parfait (rangement, repos, humeurs de bébé, du reste de la famille…) et n’a pas besoin de l’être. Prenez le temps de trouver votre nouveau rythme en famille, en couple, ou avec bébé. Néanmoins, il sera essentiel de demander un suivi régulier de la santé de votre tout-petit, et ce, dès la première quinzaine suivant sa naissance. Sage-femme, infirmière ONE, pédiatre, médecin généraliste… tous pourront vous garantir de la bonne évolution de votre nouveau-né.

2/

2. Les ainés

L’attention des parents et des visiteurs étant totalement dévouée à la venue de bébé, les ainés peuvent parfois éprouver un sentiment de jalousie ou de mise à l’écart. Pour faire en sorte qu’il se sente également impliqué dans les soins de ce nouvel arrivé, n’hésitez pas à le prendre avec vous quand vous changez bébé et à lui décrire ce que vous lui apportez comme soins ! Vous lui donnerez de l’importance et il se sentira valorisé. Aussi, offrez-lui un beau livre que vous lirez ensemble ou encore un jeu de société auquel vous jouerez durant la sieste du nouveau-né. Essayez de conserver ses activités extérieures, ne les zappez pas par manque de temps ou d’énergie.

3/

3. Du baby blues à la dépression post-partum

Trouble du sommeil, anxiété, larmes de crocodile… Fréquent et naturel, le phénomène du baby blues survient souvent 3 à 5 jours après l’accouchement à cause de la chute brutale du taux d’hormones progestatives dans votre corps. Si celui-ci est passager et n’affecte pas la relation avec bébé, la dépression post-partum, elle, requiert une prise en charge plus sérieuse et l’intervention d’un professionnel (psychologue, psychiatre, médecin de famille…). Renseignez-vous aussi auprès de votre mutuelle, celle-ci intervient fréquemment dans les frais de consultation psychologique.

4/

4. Pensez à vous

Essayez au maximum de vous occuper un peu de vous. Inscrivez-vous à des cours d’aquagym, partagez vos ressentis avec d’autres mamans, baladez-vous avec bébé, prenez surtout soin de votre périnée et prenez rendez-vous chez un kiné pour le remuscler. Vous devez vous absenter ? Si vous allaitez, prévoyez de tirer votre lait et d’en conserver au frigo (24 à 48h max.) ou au congélateur. Aussi, il vous faudra peut-être reprendre un moyen de contraception. Renseignez-vous auprès de votre gynécologue ou médecin.

Des questions ? Inscrivez-vous au programme « Happy Birth » de la Mutualité chrétienne et vous trouverez une foule de renseignements ou d’infos utiles, via le site mc.be et sur l’app Bébé&Moi.

Cet article a été réalisé en étroite collaboration avec la Mutualité chrétienne.
www.MC.be

Vous avez aimé le sujet de cet article? Alors vous aimerez aussi: « 5 choses auxquelles penser avant d’accoucher », « 5 sports à pratiquer facilement avec votre bébé » et « Ecobabies : la plateforme de location en ligne pour tout ce dont bébé a besoin ».

| | | |