L’interview confinement #3 : Alice, médecin en première ligne à Liège
©

L’interview confinement #3 : Alice, médecin en première ligne à Liège

Temps de lecture: 4 min

Parce qu'on vit tous ce confinement de manière différente, la rédaction marieclaire.be a décidé de balader son micro virtuel et d'interroger des profils variés sur leur façon d'appréhender la situation.

Famille nombreuse, couple, en ville, à la campagne, confiné, en première ligne… Le but de cette série d’interviews est de vous donner un aperçu varié, personnalisé, et le plus représentatif possible de la population Belge en cette période compliquée.

La troisième à se prêter au jeu de l’interview confinement, c’est Alice, médecin généraliste à Liège !

 

Lire aussi : « L’interview confinement #2 : Olivier, Gabrielle… & Harry, né en plein confinement »

/

La video lifestyle du jour :
Neuf des plus beaux voyages en train à travers l’Europe

Est-ce que tu peux te présenter en quelques mots?

Je m’appelle Alice, j’ai 26 ans. Je suis liégeoise et vis avec mon fiancé en appartement. J’ai fini mes études de médecine il y a presque 2 ans et je suis actuellement assistante en médecine générale à Liège.

/

Avec qui es-tu confinée?

On est donc confinés à deux avec Thibault, en appartement. Je continue à travailler la semaine tandis que lui ne peut plus bosser. Ce n’est pas toujours facile, il nous a fallu un peu de temps pour trouver un nouvel équilibre face à cette situation si exceptionnelle.

/

Quel est ton métier/occupation et en quoi est-ce impacté par la situation actuelle ?

Je suis assistante en médecine générale en dernière année. Quand je dis assistante, ça signifie que je travaille comme un médecin généraliste mais j’ai un « maître de stage » vers qui je peux me tourner si j’ai la moindre question.

J’ai choisi ce métier car c’était un métier de contact, on passe notre temps avec les patients et on apprend à les connaître.

Depuis un mois, j’ai l’impression d’avoir complètement changé de boulot. On ne voit presque plus personne (par manque d’équipement de protection), on gère presque tout par téléphone. Nous essayons de répondre au mieux aux questions des patients et prenons des nouvelles régulièrement.

 

Lire aussi : « L’interview confinement #1 : Cristina et sa tribu »

 

Cette situation est difficile tant pour nous que pour les patients. J’aimerais reprendre des consultations comme avant, mais pour le bien de tous, on est obligés de se restreindre.

Heureusement, si on estime qu’un patient doit être vu par un médecin, il y a des centres de tri qui ont été mis en place à l’entrée de chaque hôpital. Ce sont des médecins généralistes équipés (masque, gants, tablier, lunettes) qui voient alors le patient, font un examen clinique si nécessaire et rassurent le patient ou le réfèrent à l’hôpital selon les cas. Je me permets de préciser que le patient doit toujours passer par son médecin traitant avant de se présenter au centre de tri.

L’interview confinement #3 : Alice, médecin en première ligne à Liège - 1

/

Comment occupes-tu tes journées?

Du coup, du lundi au vendredi je travaille au cabinet 3x/semaine et dans un des centres de tri 2x/semaine. Au cabinet, je passe l’essentiel de mon temps au téléphone tandis qu’au centre de tri je vois des patients envoyés par leur médecin traitant.

Le weekend, le matin j’adore prendre mon café au soleil avec Thibault. Ensuite, je fais souvent du rangement, du sport, mais surtout je bricole (des DIY) et je cuisine … Comme beaucoup de monde ces derniers temps, je crois… Jusqu’à présent j’ai fait des muffins, cookioches et banana bread plusieurs fois !

/

Quelle est la plus grosse difficulté selon toi dans ce confinement et comment est-ce que tu gères ça?

La plus grosse difficulté c’est certainement cette pression continue que je ressens. Je pense, je vis, je suis coronavirus et psychologiquement, c’est lourd.

 

Lire aussi : « Liège : 8 fleuristes qui livrent pour égayer un peu notre confinement ! »

 

Pour gérer ça au mieux, j’essaie de me couper complètement de tout ça le weekend (je ne regarde pas les news, je fais des choses agréables,..). Mais surtout, sur conseil d’une amie, je me suis mise à la méditation et je me suis inscrite sur l’appli « petit bambou » qui est super !

/

Qu’est-ce qui te manque

Le plus 

Ma famille et mes amis, sans aucune hésitation

Le moins

Les voitures. Je vais au travail à vélo, quel bonheur de pouvoir rouler tranquillement sans le trafic habituel !

/

Quelle est la découverte la plus cool que tu as faite pendant ton confinement (que ce soit niveau perso ou un compte Insta / une recette /…) ?

Je me suis découverte beaucoup plus bricoleuse que je ne pensais !

Sinon, j’ai découvert des comptes Insta good mood et j’aime particulièrement @elodielovetralala, qui arrive à me transmettre sa pêche d’enfer à travers ses stories.

 

Lire aussi : « Bruxelles : 7 fleuristes qui livrent, histoire de mettre de la couleur dans notre confinement »

/

Qu’est-ce que tu voudrais changer à la sortie de cette crise, personnellement et/ou dans le monde en général ?

Je trouve que tout le monde est plus calme, plus zen depuis le début du confinement. J’ai l’impression qu’on apprend à dédramatiser vu la crise actuelle. J’aimerais que cette « zen attitude » perdure après la fin du confinement. J’aimerais aussi que le climat de solidarité actuel persiste.

Personnellement, j’essaierai de faire plus attention à l’avenir et me tourner un maximum vers le commerce local.

/

C’est quoi ton plus gros craquage (food/pétage de plombs/fou rire/…) de confinement ?

Mmm. Je ne pense pas avoir eu de réel craquage. J’étais à deux doigts de craquer et adopter un chat, mais Thibault m’a raisonnée. On s’était dit qu’on attendait de déménager pour avoir plus d’espace…

/

En tant que médecin en première ligne, quel message/conseil voudrais-tu faire passer ?

Qu’on reste disponible en tant que médecin généraliste. On s’adapte et on arrive à faire beaucoup de choses par téléphone. Il ne faut pas hésiter à contacter son médecin traitant pour toute question liée ou non au COVID-19.

Malheureusement, la partie n’est pas encore gagnée. Il faut persévérer dans nos efforts, continuer à limiter ses déplacements et résister à l’envie de revoir des proches. Ce n’est facile pour personne. Même lors du déconfinement, il faudra continuer à respecter les nouvelles consignes qui seront données. Plus on sera respectueux de ces consignes, plus vite on pourra revoir nos proches.

Courage à tous et prenez soin de vous. 🙂

Si cet article vous a plu, vous devriez aimer : « Découvrez l’exposition « Christian Dior : couturier du rêve » depuis chez vous ! »« Confinement : 7 astuces pour un homeworking réussi » ou encore « Confinement : 12 des meilleurs documentaires de 2020 à binge-watcher d’urgence »

Charlotte Deprez Voir ses articles >

Foodie assumée, obsédée par les voyages, la photographie et la tech, toujours à l'affût de la dernière tendance Instagram qui va révolutionner le monde.

Tags: Confinement, Interview, Liège.