La Wallonie, région la plus respectueuse du bien-être animal au monde

marieclaire_bien_etre_animal
©Unsplash - Berkay Gumustekin

La semaine dernière, le gouvernement wallon a définitivement adopté le Code du bien-être animal, qui a pour but d’assurer la protection et le bien-être des animaux.

Ce Code place la Wallonie en pôle position des endroits les plus respectueux de la vie animale au monde, et il y a de quoi être fiers. Surtout en ce mois de juillet où les abandons volontaires d’animaux sont malheureusement encore en hausse, comme chaque année.

 

Lire aussi: « 7 marques de maquillage cruelty free » 

 

Mais concrètement, quelles sont les mesures phares de ce Code du bien-être animal, composé de 109 articles?

  • Il faudra posséder un permis pour détenir un animal. Ce permis sera octroyé par défaut, mais pourra être retiré aux personnes coupables de maltraitance animale.
  • Les mauvais maîtres seront blacklistés dans une base de données, de manière à éviter les récidives.
  • La négligence, l’abandon, la maltraitance ou encore le fait d’attacher un animal en permanence seront interdits et sévèrement réprimés (10 à 15 ans de prison et des millions d’Euros d’amende).
  • Les chats et les chiens adoptés devront être enregistrés. Cette mesure est particulièrement importante, car la contribution demandée au propriétaire lors de cet enregistrement sera destinée à alimenter un Fonds de protection contre les abandons et la maltraitance animale, dont le bénéficiaires seront les refuges.

 

Lire aussi: « Le Merlix Cats Café, premier bar à chats de Liège »

 

  • Il sera désormais interdit d’élever des volatiles en batterie.
  • Des caméras de surveillance devront obligatoirement être installées dans les abattoirs.
  • On ne pourra plus posséder de cétacés, ce qui implique la fermeture des spectacles de dauphins.
  • Ce Code marque aussi la fin des essais cosmétiques ou tests sur les effets du tabac sur des animaux.

Bref, autant de mesures qui ne peuvent que réjouir les amoureux de nos amis à poils, plumes, écailles, peu importe, dont les droits sont enfin reconnus et défendus.

Seul point noir à l’horizon: le gavage des oies et des canards, destiné à faire du foie gras, n’est, lui, pas encore interdit. Comme l’explique Carlo Di Antonio dans une interview au Parisien, selon la nomenclature européenne, un « foie gras » doit faire au moins 300g. Ce poids n’est possible à atteindre que par le gavage forcé.

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez lire « Waf: du café et des chiens pour la bonne cause« , « Zoom sur LURVIG, la collection chiens et chats d’Ikea » et « Des glaces pour chiens chez Marieke à Anvers »

| | | |
Tags: Animaux, Wallonie.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures