Vero, le réseau social dont tout le monde parle

marieclaire_vero_2
©vero.co

Depuis quelques jours, les artistes, influenceurs et utilisateurs de réseaux sociaux affluent vers un nouveau site et réseau social appelé Vero. Mais qu’est-ce qui se cache derrière? Et comment ça fonctionne? Découverte du nouvel Instagram.

Vero, le réseau social dont tout le monde parle - 1

vero.co

Tout d’abord, Vero ne date pas d’hier: le réseau social a été lancé il y a près d’un an, se mettant directement en concurrence avec les géants du secteur tels que Facebook ou Instagram. Mais ces derniers jours, grâce à une campagne marketing lancée avec des influenceurs, Vero a vu son nombre d’abonnés augmenter de manière exponentielle.

 

Lire aussi « Instagram victime d’un hack: comment protéger votre compte? »

 

Cette campagne fonctionne d’ailleurs tellement bien, que le pic de trafic fait crasher l’application, manifestement pas prête à voir autant de connections arriver en même temps. Beaucoup de gens n’arrivent pas à s’inscrire, ou à publier du contenu une fois qu’ils le sont.

Un réseau social payant, mais…

Si l’on passe les problèmes techniques, qu’est-ce qui rend Vero si intéressante et différente des apps qu’elle prétend concurrencer? Tout d’abord, elle est à la croisée des chemins entre Facebook, Twitter, Pinterest et Instagram. Le but de Vero, c’est de partager du contenu avec une communauté et de trouver du contenu intéressant, point.

Photos, vidéos, lieux mais aussi livres, films, séries et musique, on appréciera l’importance donnée par l’app au partage de contenu culturel. Petit bémol cependant: Vero intègre Foursquare (tiens, c’était pas mort ça?) et non Google Maps, ce qui peut être très frustrant au moment de géolocaliser un post, le nombre de lieux disponibles étant assez réduit. Vero intègre aussi un chat, bien évidemment.

 

Lire aussi: « Food for thought: les aliments les plus postés sur Instagram en Europe en 2017 »

 

Autre grande différence, le feed est chronologique et n’est donc pas soumis à un algorithme qui décide le contenu que vous voyez (coucou Facebook, Instagram, et toute la clique). Il ne comporte pas non plus de publicité (re-coucou!). Sur le site, on peut lire: « le feed est composé de vos messages et des posts des personnes avec lesquelles vous êtes connecté.e. ou des personnes que vous suivez. Nous ne l’organisons pas, ne la manipulons pas, n’insérons pas de publicité ou ne retenons pas les posts. Vous voyez ce qui a été partagé avec vous, quand il a été partagé avec vous. »

Le revers de la médaille, c’est que Vero deviendra bientôt payant pour ses utilisateurs. Mais la bonne nouvelle, c’est que le premier million d’inscrits aura accès à l’application gratuitement et à vie.

app vero

vero.co / à g. aperçu du chat & à d. aperçu du feed

 

Un contrôle sur qui voit quoi et sur qui est qui

Autre différence majeure, Vero permet différents degrés de proximité d’audience. Pour chaque post, vous pouvez donc décider jusque quel cercle de connaissances vous voulez le partager: vos amis proches, vos amis, vos connaissances et vos followers. Et comme vous n’avez pas toujours envie que votre mère ou vos collègues aient accès à toute votre vie, ça tombe bien.

Sur le site du réseau social, on peut d’ailleurs lire: « Vero est un réseau social pour tous ceux qui aiment quelque chose suffisamment que pour le partager – et veulent contrôler avec qui ils le partagent. Tout comme nous le faisons dans la vraie vie. »

Gros point positif au moment de s’inscrire: l’app nous demande notre numéro de téléphone. Pratique pour s’assurer de l’authenticité des profils, et retrouver les contacts de votre carnet d’adresses.

 

Lire aussi: « Top des recherches Google 2017 »

 

Le Manifesto et les conditions d’utilisation

Certains ont cependant attiré l’attention sur les conditions d’utilisation de Vero, qui peuvent être préoccupantes, notamment pour les artistes et autres créatifs qui l’utilisent. Ces conditions donnent à l’entreprise, entre autres, le droit d’utiliser le contenu posté sans payer de royalties, pour toujours et partout (point 3 de leurs conditions d’utilisation).

Quant à la collecte de données, on peut lire sur le site: « Vero ne collecte que les données que nous jugeons nécessaires pour offrir aux utilisateurs une expérience enrichissante et assurer la sécurité de leurs comptes. » Cette phrase un peu flippante est ensuite développée en long et en large et point par point. On vous laisse le soin d’aller les lire.

Pour ce qui est de booster des posts, ce sera impossible sur Vero. Cependant, les entreprises pourront avoir accès à une fonctionnalité «acheter maintenant», qui permettra aux créateurs et aux marques de vendre des produits directement à partir de leurs posts. Vero appliquera une taxe sur ces transactions.

Plus d’infos sur vero.co.

Vous avez aimé le sujet? Alors ces articles vous intéresseront aussi: « 5 conseils pour réussir vos photos comme une pro » ou « Les mamans les plus cool d’Instagram » ou encore « Kirakira+, l’app qui fait scintiller votre compte Instagram « 

| | | |
Tags: App, Réseaux sociaux, Vero, Web.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures