Valentina Sampaio, première égérie transgenre pour Victoria’s Secret : coup de pub ou réel engagement ?

par Marine Lemaire
valentina_sampaio_victoriassecret
©Getty Images

On vous l’annonçait la semaine dernière, le célébrissime show Victoria’s Secret n’aura pas lieu cette année. La marque de lingerie – souvent controversée – connait une période compliquée. Sans cesse critiquée pour le manque de diversité parmi ses mannequins, Victoria’s Secret a réagi de manière inattendue, engageant pour la première fois une égérie transgenre. Valentina Sampaio rejoint l’équipe des Anges, mais sous quel prétexte ?

À seulement 22 ans, la top model brésilienne réalise l’un de ses plus grands rêves : devenir mannequin pour Victoria’s Secret. Resplendissante et heureuse, Valentina l’annonçait sur Instagram il y a quelques jours, véhiculant un message fort sur la persévérance et l’ambition. « Never stop dreaming », peut-on lire. Et si l’on admire son enthousiasme, on questionne cependant les intentions véritables de la marque par ce geste de tolérance et d’inclusion. Explications.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Valentina Sampaio (@valentts) le

1/

Valentina Sampaio, modèle transgenre engangée

Née à Fortaleza, petit village du Nordeste brésilien, Valentina Sampaio est la fille d’un pêcheur et d’une institutrice. Elle débute sa transition vers l’âge de 8 ans, suivie de près par une psychologue. Pendant longtemps, elle est victime de harcèlement dans les rues et à l’école. Ses parents, eux, l’ont toujours soutenue et aimée telle qu’elle était : leur enfant.

 

Lire aussi : Barbie lance une poupée astronaute pour encourager les petites filles à aller dans l’espace

 

Après un court détour par l’architecture, la belle intègre une école de mode réputée. Ni une, ni deux, ses grands yeux verts et son allure élancée font mouche : un makeup artist la repère et elle signe dans la foulée dans une agence de mannequin de São Paulo. C’est le début d’une carrière prometteuse. En couverture du Vogue français en 2017, l’étoile montante n’a pas dit son dernier mot ! Icône de la cause LGBTQ+, elle sert d’exemple dans une société encore trop violente vis-à-vis des travestis et transgenres.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Valentina Sampaio (@valentts) le

2/

Victoria’s Secret, entre profonde tolérance et coup de comm’ ?

Il y a un an à peine, Ed Razek, le plus puissant business man derrière la marque, clamait haut et fort qu’aucun « transsexuel » ne participerait jamais à un show Victoria’s Secret.

Shouldn’t you have transsexuals in the show? No. No, I don’t think we should. Well, why not? Because the show is a fantasy – Ed Razek

(« Ne devriez-vous pas inclure des transsexuels dans le show ? Non. Non, je ne pense pas que l’on devrait. Pourquoi pas ? Parce que le show doit rester un fantasme – Ed Razek »)

 

Lire aussi : James Bond : Le prochain 007 sera-t-il une femme?

 

Mais alors, comment expliquer ce revirement soudain ? La marque souhaite-t-elle véritablement revoir ses valeurs ou seulement redorer son image ? Le bilan économique est-il si mauvais que Victoria’s Secret n’a pas d’autre choix ? Face à ces questions, il est primordial que nous restions critiques. Une action louable n’efface pas des années de sexualisation des femmes, de grossophobie et de transophobie.

Au lendemain de l’annonce de Valentina Sampaio, Ed Razek démissionnait. Un timing parfait… des plus douteux.

Le sujet vous intéresse ? Jetez un oeil à : L’origine du 8 mars, Journée Internationale pour les Droits des FemmesVirago: la chaîne Youtube décalée sur les femmes inspirantes (et oubliées) de l’HistoireFemmes au cinéma: est-ce que le film que vous allez regarder ce soir réussit le test de Bechdel?

| | | |
Tags: Mannequin, Transgenre, Valentina sampaio, Victoria's Secret.