Femmes au cinéma: est-ce que le film que vous allez regarder ce soir réussit le test de Bechdel?

par Camille Vernin
Femme cinéma
©Photo by Jakob Owens on Unsplash

Ah quel bon film! Pourtant, impossible de vous rappeler du prénom du personnage féminin qui accompagnait le héros? Normal, elle n’avait qu’un rôle périphérique. Et si, la prochaine fois de choisir notre film, on s’intéressait à la présence des femmes? Le test de Bechdel permet justement de s’en faire une idée!

Le test a été inventé en 1985 par Allison Bechdel dans sa BD « Lesbiennes à suivre » où l’auteur se met en scène avec son amie Liz Wallace lors d’une discussion pour aller au cinéma. Liz lui explique qu’elle ne va voir que les films remplissant 3 critères précis. Ces critères, qui se résument à trois questions simples, mettent en évidence le manque de personnages féminins dans les oeuvres de fiction.

 

Lire aussi: Golden Globes 2017: le discours de Meryl Streep et les grands gagnants

 

Les 3 critères du test de Bechdel

  1. Est-ce que le film comporte deux femmes identifiables par un nom?
  2. Se parlent-elles?
  3. D’autre chose que d’un personnage masculin?

Le test possède cependant quelques lacunes puisqu’il ne permet pas de déterminer la qualité du film ni son caractère sexiste. Il constitue cependant un point de départ intéressant sur le rôle des personnages féminins, souvent relégués à des rôles peu déterminants dans l’intrigue, et sur les stéréotypes que véhiculent encore une majorité de film.

La plupart des blockbusters hollywoodiens échouent d’ailleurs au test de Bechdel. Le site Internet bechdeltest.com répertorie actuellement 7760 films en indiquant pour chacun s’ils ont ou non réussit le test.

Le site s’est notamment penché sur la liste des 250 meilleurs films de l’histoire selon le site IMDb (Internet Movie Database). Parmi les films qui ont réussi le test, on retrouve Inception, Inglorious Basterds, Little Miss Sunshine et bien sûr Mulholland Drive. Parmi les grands perdants de la liste, on dit bonjour à Avatar, Slumdog Millionaire, Le Monde de Nemo ou le Seigneur des Anneaux. Nul besoin de préciser que la majorité des films de la liste ne remplissent pas les 3 critères.

Un autre paramètre important que le test de Bechdel ne prend pas en compte la proportion de femmes réalisatrices dans le monde d’Hollywood. Selon un étude de l’université d’Annenberg, en 2017, seulement 7% des films américains ont été réalisés par des femmes. Impossible d’ignorer l’impact de cette donnée sur la reproduction des stéréotypes de genre au cinéma.

 

Lire aussi: BRIFF: ‘Elles font des films’ dénonce la faible présence des films réalisés par les femmes

 

Les hommes préfèrent souvent voir des hommes à l’écran


Même quand le réalisateur est une réalisatrice, les standards hollywoodiens pèsent un poids tel qu’elles ne sont jamais tout à fait libres de leurs mouvements. Sur le site TheHathorLegacy, une jeune-femme raconte comment son professeur de cinéma lui a conseillé d’échouer au test de Bechdel. L’explication? Le public veut voir des hommes blancs hétérosexuels. C’est la seule façon de réaliser un film qui marche. Les femmes, les homosexuels ou les hommes de couleur sont quant à eux relégués aux seconds rôles. Un professionnel de l’industrie lui confiera même: « le public n’a aucune envie d’entendre un groupe de femmes parler de ce dont les femmes aiment parler. »

 

Lire aussi:Qui est Faith Herbert, première super-héroïne « grande taille » de l’univers cinématographique?

 

Etonnamment, ce n’est pas l’industrie cinématographique que la jeune-femme finit par accabler mais son public. Selon elle, les chiffres en témoignent; l’homme devant l’écran préfèrera voir Arnold Schwarzenegger dans un second rôle que Sarah Connor en tête d’affiche. Le but ici n’est pas d’être caricatural, beaucoup d’hommes ont adoré Kill Bill et Million Dollars Baby ou même Le Diable s’habille en Prada.  Seulement les chiffres sont là: 70% des personnages sont interprétés par des hommes blancs selon une étude qui s’est penchée sur plus de 1.000 films sortis entre 2007 et 2017.

Même si le test de Bechdel manque de nuances, il permet de nous démontrer par l’absurde que la lutte pour une juste représentation des femmes au cinéma (mais aussi ailleurs) continue et qu’elle n’est pas à sous-estimer.

Si vous avez aimé cet article, jetez un œil à ‘Les films à mourir de rire‘, ‘Pourquoi il faut regarder ‘The End of The F**cking World’ et ‘Ne manquez pas Casa de Papel, la dernière pépite Netflix

| | | |
Tags: Cinéma, Culture, Féminisme, Sexisme.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures