Santé : comment remédier aux sueurs nocturnes ?

par Manon Duran
marieclaire_sueurs_nocturnes
©Maddi Bazzocco

Les sueurs nocturnes désignent un trouble du sommeil caractérisé par une transpiration excessive. En plus d’être inconfortables, elles peuvent parfois être symptomatiques d’une pathologie plus grave. On fait le point.

Draps humides, vêtements mouillé, réveil brutal : les sueurs nocturnes – aussi connues sous le nom d’hyperhidrose du sommeil – impactent le quotidien de nombreux hommes et femmes. Ce trouble du sommeil peut apparaître de manière ponctuelle ou se répéter plusieurs nuits de suite. Elles ne représentent pas un danger en soi, mais il faut y être attentif car elles peuvent être les symptômes d’une pathologie plus ou moins grave. Alors comment les cerner et comment y remédier?

1/

En quoi consistent les sueurs nocturnes ?

“Ce trouble est complexe dans la mesure où il relève à la fois de la médecine générale, de la pharmacologie et de l’endocrinologie”, explique le Dr Pascale Ogrizek*, médecin spécialiste du sommeil. On parle de sueurs nocturnes en cas de transpiration soudaine et excessive durant la nuit. Habituellement, le mécanisme de transpiration permet de réguler notre température corporelle grâce aux glandes sudoripares directement reliées au cerveau. Mais dans le cas de sueurs nocturnes, ces glandes dysfonctionnent et sèment la pagaille dans notre organisme.

 

À lire aussi : “Qui m’a filé la Chlamydia” : le nouveau podcast qui parle des IST sans dramatiser

 

Avant toute chose, la spécialiste recommande de vérifier qu’il ne s’agit pas « de simples bouffées de chaleur liées à des causes environnementales”. En dépit du confort, une température trop élevée dans la pièce, une literie inappropriée ou le fait de dormir avec trois couches de vêtements, de couvertures et de plaids – pour les plus frileuses- peut être une source d’inconfort pendant notre sommeil.

2/

Quelles sont les causes ?

Les causes des sueurs nocturnes peuvent être très variées et sont parfois difficiles à identifier. Elles dépendent en partie de l’âge du sujet. Comme le détaille Pascale Ogrizek, elles peuvent être d’origine infectieuse, hormonale, endocrinologique, ou encore cancérologique dans certains cas rarissimes.

Si elles ne surviennent que de manière ponctuelle, elles peuvent être liées à une alimentation trop épicée, à un excès d’alcool, à la prise de certains médicaments ou de drogues. Le stress reste aussi l’un des principaux facteurs déclencheurs de ces crises : les cas de cauchemars, d’attaques de panique ou de stress post-traumatique peuvent se manifester par un réveil brutal accompagné d’une transpiration excessive.

 

Lire aussi: « Food: 10 aliments qui rendent heureux » 

 

Mais les sueurs nocturnes peuvent aussi être liées à certains troubles comme l’apnée du sommeil ou le syndrome des jambes sans repos – comprenez les personnes qui gigotent sans cesse dans leur sommeil. “Il ne faut pas négliger les troubles hormonaux liés à une grossesse, à l’arrivée de la ménopause ou encore à une hyperthyroïdie”, précise par ailleurs le médecin du sommeil.

“La plupart du temps, il n’est pas question de maladie pathologique et ce n’est pas la peine de s’inquiéter”, rassure-t-elle. Cependant dans certains cas bien plus rares, si les sueurs nocturnes deviennent trop répétitives, elles peuvent être symptomatiques de maladies infectieuses comme la tuberculose, mais aussi de certains cancers – notamment celui de la prostate -, de maladies neurologiques comme Parkinson, ou encore du lymphome.

3/

Quelles conséquences et comment y remédier ?

Pour le moins inconfortables, ces sueurs nocturnes ont tendance à altérer considérablement la qualité du sommeil. Elles plongent les personnes qui en souffrent dans un état de fatigue avancé avec tous les désagréments que cela engendre, à savoir troubles de la concentration, troubles de l’humeur, irritabilité, anxiété voire même dépression dans les cas les plus sévères, confirme Pascale Ogrizek. “Sans compter qu’elles peuvent être pesantes sur le plan psychologique si l’on dort avec quelqu’un”, souligne-t-elle.

 

Lire aussi: « 5 étapes pour obtenir un bronzage parfait »

 

Comme le répète l’experte, si ces excès de transpiration se produisent de manière ponctuelle, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. En revanche, si après avoir éliminé les causes de bon sens elles continuent de rythmer vos nuits, “mieux vaut consulter un médecin qui au terme d’un interrogatoire bien orienté tirera un bilan biologique”, conseille la spécialiste.

En fonction des diagnostics, il existe plusieurs solutions adaptées. “Mais s’il ne s’agit pas d’un problème physiologique, il peut s’agir d’un problème psychologique lié à un stress trop important”, détaille-t-elle. Il pourra alors être apprivoisé grâce à des exercices de relaxation, de méditation, ou encore des consultations avec un professionnel de la psychologie.

Plusieurs examens peuvent être nécessaires pour confirmer le diagnostic. Quoiqu’il en soit, avant d’envisager le pire, veillez à prendre soin de votre hygiène de vie pour réussir à dormir sur vos deux oreilles.

*médecin spécialiste du sommeil au Centre du sommeil et de la Vigilance de l’Hôpital de l’hôtel Dieu et au centre de santé Ella Santé

Source : marieclaire.fr

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un petit coup d’oeil à « Rendez-nous le soleil! Comment lutter contre la dépression saisonnière?« , « Le curcuma, épice aux multiples facettes » et aussi « Pourquoi l’épilation du pubis n’est pas sans danger« 

| | | |
Tags: Santé, Sommeil.