Lionel Jadot à ma table
©

Lionel Jadot à ma table

Temps de lecture: 3 min

L’ambiance de l’hôtel Jam et du nouveau glacier Gaston, c’est lui. Lionel Jadot, architecte d’intérieur, fourmille de projets et d’envies. Rencontre prolixe et passionnée chez Richard.

Avez-vous une astuce pour marier avec beauté les objets?

“Je ramasse des éléments, je photographie des matières, je fais des compositions décalées. Mon œil a été habitué à capter des mini-tableaux. Je travaille avec des moodboards d’inspiration… Et j’ai une mémoire photo d’éléphant! Je n’ai aucun problème pour les compulser mentalement. Quand je travaille sur un projet, souvent dans l’urgence – c’est mon côté mauvais élève -, j’écoute ce qui gravite, je compose un bouquet, et je commence à raconter une histoire. J’ajoute ensuite un fil rouge avec lequel je couds et relie chaque éléments. D’une petite pièce mécanique, je me demande ce que cela donnerait à l’échelle 1:1, et je n’hésite pas à utiliser la forme pour en faire un bar. Je m’inspire de l’histoire de l’art, de plusieurs styles, de l’architecture, de la mode, de l’art contemporain… J’aime casser les codes, créer des collisions, des crashs. Quand une idée coule de source… Je la casse! C’est un processus de travail qui m’excite. Je suis iconoclaste envers moi-même. J’aime la soudure et mélanger le bois, le métal, le marbre. La colle Fix all, j’adore! Je fais des mariages forcés entre les volumes, les époques. Il y a une part de moi qui veut du brut, du déconstruit et une autre qui veut du léché, du pensé, de la technique. C’est une nonchalance déglinguée assumée avec la maîtrise de tout grand ébéniste. Je suis toujours entre les deux. Ce que j’aime par dessus tout, c’est l’aspect atmosphère. Dans un endroit, je me demande toujours « Pourquoi je me sens bien ici?». Ce n’est jamais à cause de la mode, de la bonne couleur, de l’éclairage… C’est très subtil à capter, parfois impalpable. C’est souvent dû à un accident et à l’honnêteté du lieu. Une alchimie souvent difficile à écrire.”

Chez vous, les objets bougent: vous les donnez, les déplacez, les rangez pour les redécouvrir. C’est le truc pour éviter de surconsommer?

“J’aime tant le concept de l’accumulation que celui de l’espace vide. C’est très contradictoire. Ce sont des énergies qui se travaillent, des tableaux qui se superposent, se téléscopent. Chez moi, c’est un jeu de chaises musicales: il y a de nouvelles choses qui arrivent, qui sont plus fortes que les autres, je regarde, je déplace, quand il y a trop, je nettoie. Il y a presque un côté méditatif. J’ai même créé des techniques pour déplacer des choses lourdes tout seul. Car une fois que j’ai commencé, je vais jusqu’au bout, je ne peux plus m’arrêter: je veux aller dormir en regardant le tout avec satisfaction!”

Vous partagez votre vie avec votre épouse, vos 3 filles (12- 17 et 19 ans), mais également 3 chiens, 2 chats… C’est animé! Comment vous ressourcez-vous?

(Rires) “Franchement, je suis en vacances toute la journée. J’ai une nature assez optimiste, presque utopique. Qui pense que tout est possible avec une bonne énergie. Il est clair qu’il y a des éléments catastrophiques dans une vie qui mettent des bâtons dans les roues, mais la plupart des problèmes peuvent se résoudre rapidement. Je choisis extrêmement vite. Je sais si cela fonctionnera ou non. Je déteste les problèmes et j’aime trouver des solutions directement… Pour continuer à avancer. Il y a une part de risques. Mais j’ai 48 ans, 30 ans dans cette réflexion: j’ai appris à me faire confiance. J’ai une bonne intuition… Et une part d’inconscience totale (que j’aime bien). Comme les astrophysiciens, qui sont pour moi les poètes ultimes car ils réinventent le présent et le futur: plus leur hypothèse est délirante, plus ils y croient! Ils me fascinent. Je suis assez proche d’eux dans ma méthodologie. Arrêtons de nous faire peur avec rien et profitons de notre liberté artistique.”

Retrouvez d’autres questions plus ‘croustille-fondantes’ dans l’édition du mois d’août de Marie Claire en libraire dès ce jeudi 20 juillet!

Lionel Jadot à ma table - 1

Lionel Jadot et Valentine dans le photomaton chez Richard

L’Adresse

Chez Richard, 2 Rue des Minimes, 1000 Bruxelles. Tél. 0479 61 12 56. Ouvert tous les jours de 8h00 à 1h00

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à “Hotspot: Chez Richard, revu et corrigé“, « Nos bonnes adresses dans le quartier Châtelain-Brugmann” et “Verdict: le JAM hôtel à Bruxelles

Valentine Van Gestel Voir ses articles >

Amoureuse de la diversité, éternelle gourmande, tendre passionnée et maman curieuse et imparfaite, je partage avec enthousiasme mes découvertes.

Tags: Architecte d'intérieur, Chez richard, Lionel Jadot, Rencontre, Restaurant.