Chronique #06: Celui qui pense à l’instant d’après l’instant d’après
© Getty Images

Chronique #06: Celui qui pense à l’instant d’après l’instant d’après

Par Thomas D.
Temps de lecture: 3 min

Chez Marie Claire, nous avons décidé de partager avec nos lectrices le quotidien de Thomas, 39 ans, père célibataire de deux enfants et célibataire «par défaut » (c’est lui qui le dit!). Pas facile de trouver l’amour quand on a dû se séparer de la femme à qui un jour on a dit oui.

A travers ses chroniques, il nous emmène dans sa vie. On y découvre son quotidien. Ses fous-rires, ses angoisses, sa bonne humeur, ses rencontres, ses plans Q, ses galères, ses voyages et son univers professionnel. Thomas rêve d’une femme capable d’élever dans son cœur des chenilles pour en faire des papillons. Thomas rêve. Tout court.

 

Lire aussi: « Chronique #01: Celui pour qui tout a commencé… »

 

La video société du jour :
10 idées pour un premier rendez-vous insolite et réussi

Chronique #06: Celui qui pense à l’instant d’après l’instant d’après

Je me demande toujours à quoi pense ma partenaire quand elle ferme les yeux après avoir fait l’amour. A quoi pense-t-elle dans cet instant précieux ? Garde-t-elle les paupières fermées pour retenir en elle quelques secondes de plus les images de nos corps mélangés ? S’imagine-t-elle ailleurs, dans les bras d’un autre à qui elle a laissé un morceau de son cœur, me plaçant en bonne position dans la catégorie des sparadraps ? Fait-elle mentalement ses courses de chez Colruyt genre : « Il me faudra du Silan, des pommes de terre et des kiwis » ? Ou bien est-elle en train de réfléchir aux premiers mots qu’il faudra bien prononcer à un moment ou l’autre pour revenir à nous ?

Ce que je sais, c’est que moi, j’aime ce moment de « juste après ». J’aime ces quelques minutes où on ne parle pas. On a sombré, on a touché quelque chose de l’ordre de nos marées intérieures et puis, on retourne doucement sur le rivage de notre réel. Mais sans se presser. On se ré-accroche avec tendresse à la vie telle qu’elle s’offre. Nous sommes en route vers nous-mêmes sans sublimation. Humides et un peu essoufflés, embarqués dans une histoire dont on vient d’écrire les premières lignes. Y-aura-t-il des pages, des chapitres ? Sommes-nous à l’entame d’une succession de rendez-vous en plusieurs tomes ? Personne ne le sait. Ni elle, les yeux fermés. Ni moi, les yeux ouverts.

 

Lire aussi: « Chronique #05: Celui qui écrit une lettre à son ex-femme… »

 

Ce que je sais, c’est qu’en regardant son corps nu, allongé dans mes bras, je dessine sur ses courbes des tableaux de possible. Je pose mes yeux sur ses seins et j’espère les toucher encore. Y poser ma bouche, y déplacer ma langue. Les mordre peut-être. Un peu. Je regarde son visage et j’aime ses sourcils foncés, éventail de son âme. Et puis son ventre. Celui d’une femme qui a enfanté. Un peu marqué de rides et de vérgétures. Je les regarde et je pense. Je pense à cette société qui essaye de les gommer avec ses crèmes magiques à 50 euros le pot. Je pense à ces femmes qui les cachent sous des plaids ou des pulls trop amples. Les rides et les vergétures sont des coffre-fort qui renferment l’histoire d’une ou plusieurs pierres précieuses qu’elle retrouvera quand elle partira de chez moi. A la crèche, à l’école ou à la maison.

Elle commence à respirer plus fort. J’imagine qu’elle s’endort. Je sais que je ne veux pas qu’elle se réveille tout de suite. Je veux qu’elle garde ses yeux fermés car j’ai peur de « l’instant d’après l’instant d’après ». Il faudra se relever, échanger des mots. Se dire « à bientôt » en pensant peut-être « adieu ». C’est dans « l’instant d’après l’instant d’après » que tout se joue. Les drames, les déceptions, les espoirs, les ennuis, les promesses, les sentiments qui naissent. Cet instant qui change tout. Alors, un peu échaudé par la vie, je la regarde dormir. Et je me dis que quand je serai vraiment prêt, j’irai délicatement effleurer ses lèvres avec les miennes. Et puis, on verra si Cendrillon a besoin que je la dépose en carrosse quelque part, on verra si elle souhaite que je l’embraque un peu dans ma vie. L’instant d’après l’instant d’après. Je la regarde et me dis que je la laisserais bien dormir encore 100 ans.

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil sur « Verdict : la kinésiologie, pour dialoguer avec son corps« , « Enfin du temps pour… Moi » et « Chronique #03: Celui qui regarde des photos… »

Charlotte Deprez Voir ses articles >

Foodie assumée, obsédée par les voyages, la photographie et la tech, toujours à l'affût de la dernière tendance Instagram qui va révolutionner le monde.

Tags: Amitié, Amour, Celui qui, Couple, Divorce, Enfants, Parentalité, Rupture.