Les 5 profils Facebook qu’on ne peut s’empêcher de stalker
©

Les 5 profils Facebook qu’on ne peut s’empêcher de stalker

Temps de lecture: 3 min

Cet été, nous rencontrons à une fête une jeune fille de 17 ans avec qui nous échangeons quelques mots. Elle semble préoccupée et jette toutes les dix secondes des regards anxieux sur son téléphone, qu’elle tient à la main. En réponse à un regard interrogatif de notre part, elle avoue qu’elle attend un appel de “Jérémy”, son copain parisien qu’elle a laissé pour un mois en désertant la capitale pour suivre ses parents à Arcachon.

Cette histoire nous ramène quelques (bonnes) années en arrière et nous lui sourions avec tendresse. Jusqu’à ce qu’elle nous fasse tomber de notre petit nuage de nostalgie en nous lançant “Ah, mais je me demande comment on faisait de votre temps, sans portable, sans Facebook, sans twitter, sans snapchat…”. Nous sommes tentée de lui répondre vertement que nous nous en sortions très bien, puis nous nous souvenons de ces 15 jours passés à ululer à l’arrière de la voiture familiale, au mois de juillet 95 quand il avait fallu quitter “Olivier” pour partir en Bretagne.

Cette jeune fille a la même angoisse dans le regard que nous à l’époque (ce regard là n’est pas prêt de disparaître, hein : une fille, un garçon, chabadabada), mais au moins elle est joignable. Elle ne veut pas savoir ce qu’il fait ni où il est – si elle veut le savoir, elle n’a qu’à se connecter à ses différents comptes sur les réseaux sociaux, me rappelle-t-elle -, non,  elle veut juste qu’il l’appelle “parce que la voix, c’est pas pareil”. On est bien d’accord.

Sa remarque nous pousse à la réflexion : si les portables ont changé notre rapport aux gens, à l’espace et au temps, Facebook quant à lui a changé notre rapport à l’intime. En ayant accès à la vie de nos “amis”, sans nécessairement être en contact avec eux – et sans qu’ils sachent qu’on les observe -, nous sommes devenues des voyeuses.

Et pour preuve, voici la liste des 5 profils que personne ne peut s’empêcher de stalker sur Facebook :

La video lifestyle du jour :
Où partir en octobre
  • Notre premier amour

Le fameux “Olivier”. Nous avions 15 ans, nous étions folle de lui et quand il nous a quittée pour notre meilleure amie, nous avons pleuré pendant des mois en écoutant Aerosmith chanter “Crazy”. Nous l’avons retrouvé sur Facebook, nous avons croisé les doigts pour qu’il soit devenu tout moche et gras du bidon et, en découvrant sa photo de profil, nous avons lâché un juron : il est toujours aussi canon. On était prête à lui pardonner d’avoir été tellement nul s’il avait un tant soit peu morflé, mais là en fait, non.

  • La plus belle fille de l’école

Elle avait deux ans de plus que nous et ressemblait à Kelly de “Sauvés par le Gong”. Nous commentions tous ses faits et gestes avec nos copines de classe et enviions secrètement son impressionnant tableau de chasse. Aujourd’hui, nous avons deux ans de moins qu’elle (Justiiiiiiiice !) et elle ne ressemble plus à Tiffani-Amber Thiessen. Elle est trop maquillée, trop bronzée et fait preuve depuis quelques années d’une passion manifestement dévastatrice pour Enrique Iglesias. C’est pas beau de vieillir.

  • L’Ex

Le dernier homme de notre vie avant celui qui la partage aujourd’hui. Nous avons fait une croix, tourné la page, tiré un trait : en vrai, nous avons fait tout ce qu’il fallait. Nous avons tenu un an (UN AN !!!) sans aller voir son profil. Puis nous avons craqué et un soir de désoeuvrement nous avons tapé son nom dans la barre de recherche. Il n’a pas changé. Il n’est pas marié. Il habite à une heure de Paris. Il… Non, mais c’est pas bientôt fini, oui ???

Allez, ouste, ce n’est pas pour rien qu’il est sorti de notre vie !

  • La nouvelle collaboratrice de notre amoureux

Qui est cette FILLE dont parle notre chéri depuis quelques jours et qui vient d’intégrer son équipe marketing ? Comment ça “elle est drôle” ? Comment ça “elle lui a conseillé d’aller voir “Ghostbusters” ? Il est temps pour nous de se transformer en Sherlock Holmes (ou en Inspecteur Gadget, on fait c’qu’on peut avec c’qu’on a).

Munie d’un seul prénom “Cécile”, nous allons mettre 25 minutes à tomber sur SA photo de profil. En cliquant pour l’agrandir, nous avons fermé les yeux et adressé une prière au Très-Haut pour qu’elle ne ressemble pas à Natalie Portman. Elle ne lui ressemble pas. Mais sa femme est à peu près son clône dans “V pour Vendetta”.

“Cécile” c’est vraiment un prénom sympa.

  • Les potes du primaire

Ceux à qui nous n’osons pas parler de peur qu’ils ne se souviennent pas de nous, mais dont nous nous rappelons très bien. Nous nous souvenons du cancre (qui possède aujourd’hui l’une des plus belles bijouterie de Liège), de l’hyper-actif (qui est coureur de rallye), du vrai gentil (qui est papa de 4 enfants), de la sportive (qui est institutrice), de l’amoureuse des chevaux (qui est vétérinaire), du grand rêveur (qui est garde forestier), de la pipelette (qui est professeure de français), du petit comique (qui est assistant social), … Nous nous souvenons de beaucoup d’entre eux et nous sommes heureuse d’avoir de leurs nouvelles. Facebook, parfois, c’est comme si on s’était donné rendez-vous dans 30 ans, comme dans la chanson de Bruel.

 

Rachel Moreau

 

Rachel Moreau Voir ses articles >

Tags: Facebook, Profils, Stalker.