Coupe du Monde 2018: quand Kylian Mbappé checke une Pussy Riot
© Getty Images

Coupe du Monde 2018: quand Kylian Mbappé checke une Pussy Riot

Par Katia Fache-Cadoret
Temps de lecture: 1 min

C'est l'une des images fortes de cette finale de la Coupe du Monde 2018 : Kylian Mbappe faisant un check à une Pussy Riot qui s'est introduite sur le terrain...

La photo a fait le tour des réseaux sociaux. En deuxième mi-temps, le match de la finale de la Coupe du Monde a été interrompu par les Pussy Riot qui sont parvenues à envahir le terrain. Après qu’on se soit demandé comment cela est-ce possible dans un tel match, autre chose a attiré notre regard: Kylian Mbappe, le favori, tapant dans les mains d’une des Pussy Riot.

 

Lire aussi: « #faisparlerlenomdesjoueurs : quand Twitter s’amuse avec le nom des joueurs de football »

 

La video société du jour :
Carrière 6 mauvaises habitudes de travail à abandonner

Une photo et un symbole fort

La scène est devenue un symbole fort en cette Coupe du Monde 2018. Un groupe de quatre personnes a fait irruption sur le terrain, habillées d’un uniforme costume cravate rappelant celui des policiers. Rapidement arrêtées, ces femmes ont quand même eu le temps de faire passer leur message. En effet, ces « envahisseuses » se sont revendiquées comme appartenant aux Pussy Riot (« Émeute de chattes » en français), groupe russe de musique punk rock féministe, qui proteste régulièrement contre la politique de Vladimir Poutine.

Avant d’être évacuée, l’une d’entre elles s’est approchée de Kylian Mbappe, bras en l’air, pour lui taper dans les mains. Le joueur de 19 ans s’est alors approché pour répondre à son geste. Une photo improbable, devenue virale sur les réseaux sociaux.

 

Lire aussi: « Opinion: la Coupe du Monde du sexisme »

 

Les Pussy Riot contre l’oppression russe

Depuis 2011, le groupe russe organise des manifestations diverses pour témoigner de leur désaccord avec la politique russe menée par le président Poutine, cette oppression et cette censure permanente. Il y a six ans, plusieurs membres des Pussy Riot étaient condamnées à deux ans de prison en camp de travail pour vandalisme et incitation à la haine religieuse, après avoir réalisé une exhibition jugée profanatoire dans une église orthodoxe de Moscou au cours d’une « prière punk » qui critiquait ouvertement Vladimir Poutine.

Ces sanctions ne les arrêtent pas et chacune de leur intervention est remarquée par cette audace. Depuis hier soir, les Pussy Riot publient les articles de presse et les images mettant en avant leur « prestation ». Les internautes et les médias du monde entier ont perçu dans cette photo un cliché iconique…

Si ce sujet vous intéresse, en voici d’autres similaires : « Une première condamnation pour sexisme dans l’espace public en Belgique »,« BRIFF : « Elles font des films » dénonce la faible présence des films réalisés par les femmes » et «Tribune sur la « liberté d’importuner »: le sexisme expliqué à Catherine Deneuve »

Tags: Sport.