Expo Hergé : 5 choses à retenir !
©

Expo Hergé : 5 choses à retenir !

Temps de lecture: 2 min

L’exposition Hergé a ouvert ses portes il y a quelques jours à peine au prestigieux Grand Palais à Paris et nous avons été y pointer le bout de notre nez, qui a, après tout, pile entre 7 et 77 ans.

Quelle merveille ! Nous avons passé un moment hors du temps, jugez plutôt : entre Tintin, Quick, Flupke, Jo, Zette et Jocko, nous avons retrouvé les héros qui ont bercé notre enfance – et celle de nos parents… Quel bonheur de ressentir un peu de Belgique dans la capitale française, et de voir, pour une heure seulement, les parisiens devenir bruxellois de coeur !

Voici les 5 choses, parmi une multitude, que nous avons apprises au sujet de Hergé, artiste surdoué, lors de cette balade à travers le temps – que nous vous conseillons de faire, vivement !

  • Hergé et la peinture.

Hergé peignait, et peignait même très bien. Quelques unes de ses oeuvres sont exposées au Grand Palais et on se rend vite compte qu’il aurait pu trouver le bonheur dans cet art et y faire le nôtre. Il décidera toutefois de se consacrer pleinement à la bande dessinée, la peinture demandant que l’on y voue une vie entière et lui se rendant vite compte qu’il “n’en possède qu’une seule”. Certains n’hésitent pas à dire que son coup de crayon – visible sur les croquis présentés – n’avait rien à envier aux grands maîtres qu’il admirait comme Vinci, Ingres ou encore Dürer. Bluffant…

  • Hergé et le cinéma.

Nourri depuis sa plus tendre enfance de cinéma muet, de cinéma en noir et blanc et de l’expressionnisme allemand, Hergé développera très tôt un savoir-faire dans l’art du découpage, de la mise en scène et de la mise en place d’une intrigue. Il sera maître de l’image autant que des mots.

La video Marieclaire du jour :
Chute de cheveux quel traitement pour moi

Dans l’une de ses interviews, donnée en 1971, il déclarera : “Vous ne pouvez pas savoir à quel point c’est long et difficile : c’est un véritable travail manuel ! Du travail d’horloger, je vous assure. D’horloger ou de bénédictin. Ou d’horloger bénédictin”. Épatant…

  • Hergé et la publicité.

Les années 30 verront l’ouverture de l’Atelier Hergé Publicité. Plusieurs affiches sont ici dévoilées, créées par Hergé et son associé José De Launoit. Mention spéciale à celles de la Sabena, que nous avons regardées sous tous les angles avec un brin de nostalgie. Germaine Kieckens, la première épouse de Hergé, dira dans un témoignage qu’il “accordait plus d’importance à ses travaux d’illustration et à ses réalisations publicitaires qu’aux aventures de Tintin.” C’est le succès de la bande dessinée qui l’en détournera pour de bon quelques temps plus tard. Étonnant…

  • Hergé et le graphisme.

Soigneux et rigoureux, Hergé est de plus tellement précis qu’il est capable de réaliser parfaitement les textes d’une affiche. Simplicité du message, lettrage, gestion de l’espace et mise en couleur, Hergé excellera dans le graphisme dont il admire les grands représentants de l’époque comme Léo Marfurt. Impressionnant…

  • Hergé.

Deux citations, parmi celles écrites sur les murs de chaque salle, ont retenu notre attention. “À force de croire en ses rêves, l’homme en fait une réalité” et “Je crois avoir fait le mieux possible ce pourquoi j’étais réellement fait”. 

Il nous a semblé que la première était à s’approprier comme un guide tout au long du chemin et que la seconde était à espérer, une fois arrivé à destination. Inspirant…

Rachel Moreau

Rachel Moreau Voir ses articles >

Tags: Exposotion, Grand palais, Hergé, Paris, Tintin.