Les questions à se poser pour économiser et investir un peu d’argent
©

Les questions à se poser pour économiser et investir un peu d’argent

Temps de lecture: 3 min

Pour économiser et se lancer dans des investissements intelligents, il suffit parfois d’oser...

Est-ce qu’on peut vraiment réduire ses dépenses ? Oui, et souvent sans modifier radicalement ses habitudes. Cette légère baisse de moral qui nous conduit, presque malgré nous, à dévaliser le rayon «plaids et coussins» de notre magasin de déco préféré, on la fait taire. Dès que l’on s’apprête à régler une addition, on ose enfin souffler aux convives qu’à dater de ce jour, on aimerait diviser le montant du ticket. Et de lunchs épargnés en séances de shopping réfrénées, on parvient, l’air de rien, à mettre de côté plusieurs dizaines d’euros sans réellement se priver.

Faut-il faire appel au bon sens ?

Certainement ! On adore les grandes héroïnes totalement incapables de résister à l’appel de leurs passions les plus folles. Sur grand écran, la démesure peut rendre sublime. Dans la vie réelle, c’est sans doute la sagesse et l’intelligence qui prévalent, particulièrement lorsqu’il est question d’argent. «Gérer son budget, mettre et se mettre des limites, ça ne veut pas dire devenir pingre ou renoncer à tous les plaisirs», précise Jirka Biebuyck, Personal Advisor chez Deutsche Bank. Une professionnelle de la finance qui vit avec son temps, tout en conservant un œil attentif sur son budget et ses priorités. «Quand j’ai très envie d’une paire de chaussures dont je n’ai pas besoin, je me pose une seule question : est-ce qu’elles conserveront leur valeur ? La réponse est non, évidemment. Du coup, je préfère investir le prix qu’elles m’auraient coûté dans un placement qui rapporte vraiment et qui pourra m’être utile au cas où…»

/

Les questions à se poser pour économiser et investir un peu d'argent - 1

Peut-on investir de petites sommes ?

Oui et particulièrement sur le long terme. Chez Deutsche Bank, par exemple, on conseille d’investir à partir de 100 € par mois durant 20 ans plutôt que d’attendre et ensuite investir 200 € pendant 10 ans. À investissement total identique (24.000 € pour cet exemple), le rendement sera vraiment différent.
Dans le premier cas, on se serre moins la ceinture au quotidien et on peut obtenir jusqu’à 40.745,78 €* de rendement sur 20 ans.
Dans le second, on dégage plus de budget d’investissement sur une période plus courte alors qu’on n’obtient « que » 30.998,41 €* de rendement sur 10 ans.
Commencer plus tôt semble donc être – simulation à l’appui – la meilleure solution.
«Tout le monde peut investir», indique Jirka. Il ne faut pas être fortunée pour penser à faire fructifier son patrimoine. 100 € par mois suffisent pour bénéficier de conseils éclairés et de solutions d’investissement adaptées.
Imaginer qu’on va assurer son avenir et développer son patrimoine en laissant dormir ses économies sur un compte d’épargne classique, voilà l’erreur, car il ne rapporte presque rien. Au contraire, les maigres rendements sont rongés par les frais bancaires et l’inflation. « Il y a des alternatives, comme investir régulièrement – dans des fonds d’investissement – les sommes dont on n’a pas vraiment besoin pour assurer le quotidien. On veut être indépendantes, gérer notre patrimoine et c’est une très bonne manière de le faire », ponctue Jirka.

 

A qui s’adresser pour être bien conseillée ?

Aux spécialistes qui sauront nous guider et nous accompagner. On les reconnaît à leur capacité à identifier nos besoins, à préciser notre vision financière de l’avenir, à évaluer le niveau de risque que l’on est disposée à prendre.
Eviter les frais inutiles, se sentir suffisamment en confiance pour oser poser toutes les questions qui nous viennent à l’esprit, savoir que tout est mis en place pour notre intérêt, c’est essentiel. C’est là qu’il peut être intéressant de s’adresser à une banque qui – comme Deutsche Bank – repère et sélectionne les meilleurs produits financiers du marché. Quand on sait que les banques traditionnelles ne proposent à leurs clients que des produits «maison», sans tenir compte de ce qui est disponible en dehors de leurs enseignes, on comprend vite l’intérêt de dépasser ses habitudes et d’avancer…

 

(*) Ces exemples sont basés sur le rendement passé simulé de deux fonds mixtes disponibles sous la forme d’investissements périodiques. Le rendement brut moyen de ces fonds sur une période de 10 ans était de 5 %. Si l’on prend en compte les commissions, honoraires et autres frais ou taxes, cela aurait un impact négatif sur le rendement. L’exemple est libellé en euros. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des résultats futurs. Les investissements sont sujets à risques. Leur valeur peut évoluer à la hausse comme à la baisse et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant de leur investissement.

deutschebank.be/contact

Cette rubrique a été réalisée en étroite collaboration avec Deutsche Bank.
www.deutschebank.be

Tags: Deutschebank.