Crush of the day: K-Way ou après le soleil, le mauvais temps
© Presse

Crush of the day: K-Way ou après le soleil, le mauvais temps

Temps de lecture: 1 min

Rien de tel qu’un K-Way pour se protéger rapidement des trombes d’eau qui se déversent sur nos têtes depuis 3 jours. Pas question de se lamenter, mais de réagir pour éviter le look caniche mouillé. Ce modèle cape à imprimé japonisant nous parle : il s’enfile en 5 secondes et permet de passer entre les gouttes avec style.

k-way

 K-Way en 3 chiffres:

• 1965

Naissance de la banane. Attablé au Café de la paix à Paris, Léon-Claude Duhamel distingue, dans le flux des imper gris, une femme et ses enfants vêtus d’un blouson de nylon rouge. Il griffonne ce qui deviendra « l’en-cas de »… pluie. Son nom à consonance anglophone a souvent fait oublier ses origines ch’ti. La pochette-banane de nylon qui se transforme en coupe-vent aux couleurs vives a été imaginée par le fils d’un industriel du textile originaire du Nord-Pas-de-Calais. Les K-Ways bleu, rouge, vert participent à l’élan de liberté initié dans les sixties.

• 300 grammes

Record du poids plume pour un imperméable qui porte le joli nom de Claude 3.0. Il est indéchirable, 100% étanche, avec des coutures thermosoudées et bourrée de technique.

• 45 millions

C’est le nombre de K-Way vendus entre 1965 et 2015. Depis les années 2010, de grands noms de la mode (Philippe Starck, Marc Jacobs,…) ont collaboré avec la marque, des capsules sont réalisées avec d’autres marques (Maje, Petit Bateau,…)  pour lui donner un look résolument moderne et péreniser le mythe.

Plus d’infos sur Diane, la cape K-Way réversible, coupe vent et sa couleur « graphique » sur l’e-shop de la marque K-way.

 

Si vous avez aimé le sujet, allez lire notre article « Que porter aux festivals belges cet été?« 

Anouk Van Gestel Voir ses articles >

J'exerce un métier formidable : jamais une seconde d'ennui! J'apprends tous les jours et, ce que j'aime par dessus tout, c'est le plaisir de partager avec vous ce qui m'enthousiasme.