J’arrête de râler: 5 astuces concrètes pour y arriver

©Getty Images

Après 40 jours sans viande et 30 jours sans alcool, le « mois sans râler » est le nouveau défi qui agite la Belgique. Dès ce lundi 15 janvier, le fameux Blue Monday, et jusqu’au 14 février, on essaie de ne plus se plaindre! Mais comment y arriver concrètement? On vous livre quelques clés pour arrêter de vous pourrir la vie, et celle des autres.

Le métro en retard, le serveur qui se trompe dans la commande, la collègue qui nous fait une remarque désagréable, la file de 40 personnes à la Poste… Les occasions de râler sont nombreuses et la tentation de s’adonner à cette activité est souvent grande.

 

À lire: « J’écris donc je guéris »

 

Se plaindre passe souvent pour une forme d’exutoire, une façon d’extérioriser une frustration pour se sentir mieux. Or, à trop forte dose, cela peut avoir l’effet inverse. La recherche montre en effet que se plaindre régulièrement crée un renforcement négatif qui nous affecte mentalement, émotionnellement et physiquement. Ce comportement peut, à la longue, causer ou aggraver le stress — mauvais pour la santé, ce n’est plus à prouver — et littéralement nous pourrir la vie.

 

À lire: « 4 accords à passer avec soi-même pour une année plus bienveillante »

 

Mais comment arrêter une habitude, pire, une addiction pour certains, qui nous colle à la peau? Voici 5 astuces à mettre en place dès aujourd’hui:

5
1/5

1. Pavlov ou la technique de l’élastique

On connaît tous Pavlov et son expérience sur le pouvoir du conditionnement: toute activité ou tout objet associé à la nourriture déclenche la même réaction de salivation chez les chiens. Comment appliquer ce principe de conditionnement à vous-même? Mettez un élastique autour de votre poignet et, lorsque vous vous plaignez de quelque chose, tirez puis relâchez l’élastique pour qu’il pince légèrement votre poignet.

Ce système, un peu sado-maso on vous l’accorde, servira alors de rappel physique et mental lorsque vous râlerez. Cela renforcera la négativité autour du fait de râler.

2/5

2. Tenez des comptes

Dans un carnet, notez toutes les fois où vous vous plaignez. Cette façon de conscientiser la fréquence (souvent bien plus élevée que vous ne le pensez) de vos plaintes vous donnera une bien meilleure idée de l’étendue des dégâts… Et sera peut-être le coup de pouce qu’il vous manquait pour arrêter de râler!

A contrario, listez toutes les choses qui vous ont rendue heureuse au cours de la journée. Vous verrez qu’il y a beaucoup de choses dont vous pouvez vous réjouir, si vous prenez juste le temps de les apprécier.

3/5

3. Tournez votre langue 7 fois dans votre bouche

Avant de râler ou de vous plaindre, prenez l’habitude de respirer un grand coup pour bien réfléchir à ce qui sort de votre bouche. Pour cela, posez-vous les questions suivantes: est-ce nécessaire? Est-ce vrai? Est-ce que cela apporte quelque chose à la conversation? Est-ce négatif? Comment cela sera-t-il perçu par les personnes à qui je parle?

Cette forme d’autocensure vous permettra de conscientiser votre comportement et ainsi pouvoir l’améliorer. Et puis, ça vous fera des vacances!

4/5

4. Prenez le contre-pied

Si vous êtes du genre à vous plaindre souvent, il y a de fortes chances que votre pensée se dirige en pilote automatique vers le négatif. Pour tenter de résoudre ce problème, il peut être intéressant d’en prendre le contre-pied. Comment? Quand vous êtes en train de penser ou de dire quelque chose de négatif sur une personne ou une situation, arrêtez-vous et forcez-vous à dire quelque chose de positif à la place. Cette habitude entraînera petit à petit votre cerveau à être plus positif.

5/5

5. Evacuez de temps en temps

Ignorer constamment vos pensées négatives n’est pas la panacée universelle et il y a une différence entre se plaindre constamment et avoir besoin de s’exprimer lorsque l’ont traverse une période difficile. Dans le second cas, n’ayez pas peur de partager vos sentiments avec un ami proche ou un membre de votre famille ou, si cela devient trop pour vous et pour eux, de consulter un thérapeute. Les problèmes plus profondément ancrés ne se règlent pas d’un coup d’élastique!

Si vous voulez participer au challenge « Un mois sans râler », c’est du 15 janvier au 14 février! Infos (en néerlandais) ici. Et si vous avez envie d’aller plus loin, n’hésitez pas à lire « J’arrête de râler« de Christine Lewicki, ou à aller faire un tour sur son blog, entièrement dédié au sujet.

Si le sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à « 3 pistes pour alléger la charge mentale: les 10 mille choses qui pèsent sur vos épaules », « Réveillez vos 4 héros intérieurs: on vous livre la méthode ici! » et « 6 exercices pour muscler sa créativité« 

Tags: Bien-être, Bienveillance, Bonheur, Développement personnel, Psycho.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures