Vous les avez ratées? Les séries télé préférées de la rédaction

marieclaire_series
©Manuel Fernandez Valdes Netflix // HBO // AMC // Robert Viglask Caryn Andaba

La passion des séries télé ne faiblit pas. Le créneau est en plein boom et le lundi à la machine à café, ça « spoile » gaiement, chacun y va de son personnage préféré ou de sa perception du déroulé de l’intrigue. Chouchoutes de l’Audimat, les séries se réinventent en permanence.  Petite séance de rattrapage avec le choix de la rédaction.

Charlotte Deprez, journaliste lifestyle: Big Little Lies

« Dans cette série, un climat pesant s’installe petit à petit, sans que l’on s’en rende compte. Evidemment, les acteurs — Reese Witherspoon en soccer mom névrosée, Nicole Kidman en femme abusée, Shailene Woodley en mère célibataire très intense ou encore Alexander Skarsgård en père et mari borderline — y sont pour beaucoup, mais la réalisation minutieuse est aussi à souligner ici, car elle donne de la profondeur à l’histoire, faite de non-dits et d’intuitions. Le choix des musiques, des plans, du rythme dans les scènes… Rien n’est laissé au hasard, c’est vraiment un chef d’œuvre. »

 

Lire aussi: « Pourquoi il faut regarder  » The End of the F***ing World »

 

1/

Mariel Paquay, directrice artistique: Peaky Blinders

« La Rolls des séries britanniques avec une bande son mortelle signée Nick Cave and the Bad Seeds. Le casting est d’enfer :  Adrian Brody, Cillian Murphy, Paul Anderson et l’ambiance très pointue avec des décors intérieurs très sombres, des paysages industriels, de la fumée, … Quant au scénario, il raconte l’histoire du gang Shelby dans l’Angleterre d’après-guerre, ses rackets, paris, la contrebande. Aucun temps mort, un rythme parfait et un mélange génial entre réalités brutales et pouvoirs mystiques de ce gang de gitans. »

 

Lire aussi: « Ne manquez pas Casa de Papel, la dernière pépite Netflix »

 

 

2/

Emma Verbeke, journaliste: Casa de Papel

« Cette série espagnole raconte l’histoire d’un mystérieux personnage (surnommé Le Professeur) qui planifie le vol parfait avec un groupe des malfaiteurs. Leur but? Infiltrer la Fabrique nationale de la monnaie afin d’imprimer 2,4 milliards d’euros, en dix jours et sans verser une goutte de sang. Le groupe doit gérer 67 otages, une tâche difficile. Au début, tout semble parfaitement planifié, mais au fur et à mesure des épisodes, les problèmes surgissent. C’est une série terriblement addictivre et vu son succès, une troisième saison est prévue alors que normalement elle devait s’arrêter après la deuxième saison. »

 

Lire aussi: « The Looming Tower, nouvelle série prometteuse avec un gros ‘mais’ « 

 

3/

Linda Heynderickx, rédactrice culture: Mad Men

« Je suis fan. Pour 5 raisons :  le sexy bad boy Don draper, of course. Parce que l’intrigue se déroule dans le monde de la publicité et des médias qui me sont proches et, même si cela se passe dans les années 60, c’est intéressant. Parce que cela raconte l’évolution de la société et de l’état d’esprit d’une décennie à l’autre. Parce qu’on se reconnaît dans les différentes situations et enfin parce que les punchlines sont exceptionnelles. »

 

Lire aussi: « 3 raisons d’aller voir « La fête est finie » au cinéma »

 

| | | |
Tags: Big little lies, Casa de papel, Culture, Elisabeth Moss, Nicole Kidman, Séries, Télé.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures