Rétrospective 2017: le point de vue de la rédac’

par Charlotte Deprez Anouk Van Gestel
marieclaire_retrospective2017
©Unsplash Brigitte Tohm

Chaque fin d’année est une belle occasion de se retourner sur les 365 jours écoulés depuis le dernier décompte. C’est le moment d’analyser un peu, de prendre le temps, et de respirer, beaucoup.

Nous avons baladé notre micro virtuel dans la rédaction pour demander aux membres de l’équipe Marie Claire ce qu’elles retenaient de 2017, et ça donne ça:

 

Anouk Van Gestel, rédactrice en chef

Quel événement vous a le plus marquée en 2017?

La crise des migrants. Chaque jour des milliers de personnes tentent de quitter une vie épouvantable pour atteindre l’Europe occidentale. Ils fuient, pour certains, la guerre dans leur pays, pour d’autres des milices islamistes ou une répression policière d’un pays dirigé par un dictateur, d’autres encore des conditions de travail infernales pour un salaire de misère. Ils prennent des risques inouïs, traversent des pays où on les kidnappe, les torture, les vend comme esclaves, ils montent sur des bateaux de fortune sans savoir nager et risquent leur vie à chaque instant.

D’après les chiffres de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, il y aurait quelque 3000 morts par noyade cette année rien qu’entre la Lybie et l’Italie. Ceux qui réussissent à entrer en Italie ou en Turquie sont ensuite mis entre les mains des passeurs qui exploitent honteusement cette misère humaine. Un business en or, souvent connu des policiers locaux qui ne réagissent plus. En Belgique, on estime à quelque 5000 réfugiés qui transitent chaque mois pour atteindre leur Eldorado anglais. Et notre politique d’accueil est déplorable. A l’heure actuelle, peu d’hommes et de femmes politiques osent proposer une solution à long terme et se rejettent la balle. Il est pourtant grand temps de s’y mettre parce que si rien ne change, cela va devenir un problème européen majeur.

Vous avez une baguette magique, que changez-vous en 2018?

Je sème de la bienveillance. Je rêverais que l’on puisse dissiper les préjugés, apprendre à vivre ensemble et comprendre que « l’autre » n’est pas un ennemi. Les migrants peuvent aussi participer activement à notre économie, il peuvent élargir nos perceptions et contribuer au bien-être commun.

En ayant discuté avec certains d’entre eux, j’ai pu voir le potentiel et les compétences de certains. Il y a parmi eux des ingénieurs, des médecins, des artistes,… J’ai de l’espoir et les chiffres sont là pour me conforter. Selon une étude de la K.U Leuven, les Belges en faveur d’une politique plus souple concernant les demandes d’asile est passé de 17,9 à 30,4% entre 2002 et 2016. Ils sont également plus nombreux, 43,3% au lieu de 28,2%, à affirmer que les réfugiés craignent des persécutions dans leur pays d’origine et que cela compromet leur retour. Un petit pas, mais un pas quand même.

 

Si ce sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à « Politique d’immigration: #notinmyname« 

 

Marie Geukens, rédactrice en chef adjointe

Quel événement vous a le plus marquée en 2017?

En 2017, le soulèvement des femmes aux États-Unis est ce qui m’a le plus frappée: il est impératif que plus de femmes prennent un mandat politique pour apporter des changements au profit des femmes dans notre société.

Vous avez une baguette magique, que changez-vous en 2018?

Avec ma baguette magique, en 2018, je mettrais plus de patience et de tolérance entre les gens, pour qu’ils soient plus calmes et heureux. La méfiance et la peur ont reçu suffisamment de terrain de jeu ces dernières années, il est temps que ça change.

 

Si ce sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à « #MeToo: les réseaux sociaux pour dénoncer les agressions sexuelles »

 

 

Valentine Van Gestel, journaliste

Quel événement vous a le plus marquée en 2017?

« Time qui désigne ‘The Silence Breakers’ comme personnalités de l’année. Une vraie reconnaissance pour la voix des femmes abusées qui se sont unies sous le mouvement #MeToo sur la toile. J’avais peur de l’effet de mode, d’une tendance qui risquait d’avoir un effet ‘soufflé’. Or ce mouvement dénonce une réalité trop longtemps étouffée. La Une du Time permet de marquer le coup. D’imprimer ce mouvement dans l’Histoire. J’espère qu’il permettra de faire évoluer notre société vers moins de discrimination et plus d’équité. »

Vous avez une baguette magique, que changez-vous pour 2018?

« J’ouvre le cœur des gens. À force d’attentats et de nouvelles anxiogènes, j’ai l’impression que nous nous fermons de plus en plus à l’Autre. Regardons comment notre gouvernement gère la crise des migrants… C’est une honte! Heureusement qu’un mouvement citoyen s’est mis en place pour faire preuve d’Humanité. J’ai la conviction que nous sommes identiques dans nos aspirations profondes. Plutôt que de voir ce qui nous diffère, voyons ce qui nous rassemble. Ouvrons-nos cœurs. Je vous l’accorde, cela sonne Bisounours sur papier. Mais quand on s’intéresse un peu à la neuropsychologie, on remarque qu’en étant ouvert, bienveillant, positif… Notre ‘réalité’ le devient également. »  

silence breakers metoo weinstein

Time

Si ce sujet vous intéresse, allez jeter un oeil à « #MeToo récompensé par le Time: les briseuses de silence élues Person of the Year« 

 

Charlotte Deprez, coordinatrice pour le digital FR et contributrice

Quel événement vous a le plus marquée en 2017?

Ce n’est pas un événement en particulier, mais plutôt un enchaînement de faits divers qui m’ont, tour à tour, érodé et redonné foi en l’humanité. Quand j’entends toutes ces histoires de migrants qui fuient leur pays pour sauver leur peau, arrivent ici et sont déshumanisés comme c’est le cas pour la majorité, ça me brise le coeur chaque fois un peu plus. La façon dont le Gouvernement traite le problème me révolte. A côté de cela, je vois et j’entends des tas d’initiatives et de personnes qui essaient d’aider en donnant de leur temps ou de leur argent, pour pallier les manquements de nos politiques.

Vous avez une baguette magique, que changez-vous en 2018?

Je rajoute 6 heures dans les journées de tout le monde, destinées uniquement à faire le bien: à soi ou a autrui. Avec des journées de 30 heures, on peut dormir plus, profiter plus des gens qu’on aime, mais aussi découvrir et surtout aider plus. En 2017 — presque 2018 — j’ai l’impression que le temps est, plus que jamais, la monnaie qui a le plus de valeur…

 

Alexandra Goffart, contributrice

Quel événement vous a le plus marquée en 2017 (et pourquoi)?
Les dénonciations de harcèlement sexuel qui n’ont cessé d’être révélées cette année. Je trouve incroyable qu’encore aujourd’hui certains hommes se croient tout permis et abusent de leur pouvoir pour forcer les femmes. Harvey Weinstein, Kevin Spacey, sont les hommes célèbres qui sortent du lot, qui ont été exposés. Mais le problème est bien plus large et bien plus quotidien. Chaque fille a déjà vécu ces interpellations dans la rue, ces regards douteux quand elle porte une jupe, … Elles ne devraient plus avoir peur de marcher seule dans la rue le soir.

Vous avez une baguette magique, que changez-vous en 2018?

Les victimes de harcèlement sexuel n’auraient jamais du avoir peur ou honte de ce qui leur est arrivé. Elles devraient pouvoir dénoncer leurs agresseurs sans craindre de perdre leur travail, sans craindre que des menaces soient mises à exécution. Je pense que l’enseignement des principes de respect et d’égalité passe dès le plus jeune âge, et que ces principes doivent être appris à l’école. C’est seulement par l’éducation, la culture, le dialogue que les garçons cesseront de voir dans les filles cette « tentation » incessante; et que les filles n’auront plus peur de parler quand quelque chose leur arrive. C’est peut-être utopique, mais j’espère qu’un jour nous vivrons dans une société où les « #metoo » et « @dearcatcallers » ne seront plus nécessaires. Peut-être pour 2018?

Instagram @dearcatcallers

 

Laura De Coninck, journaliste beauté

Quel événement vous a le plus marquée en 2017?

Comment une personne comme Trump peut-elle rassembler autant de partisans et avoir remporté ces élections, je ne peux pas le concevoir. Totalement absurde. Le summum de la stupidité.

Vous avez une baguette magique, que changez-vous pour 2018?

Plus de vert! Des villes pleines d’arbres et de parcs, avec des rues entre le vert. Je ne comprends pas pourquoi les quelques arbres qui sont là doivent encore être coupés pour une raison quelconque. Et si les arbres sont malades, ils n’en mettent que quelques-uns à leur place pour compenser. Si vous faites attention au nombre d’arbres à Anvers, vous verrez qu’il y en a très peu, ça me rend vraiment triste.

 

Laurence Van Liedekerke, coordinatrice pour le digital NL et journaliste

Quel événement vous a le plus marquée en 2017?

La première chose qui me vient à l’esprit lorsque je repense aux événements en 2017 est l’incendie de Grenfell Tower, à Londres. L’horreur de cela ne peut tout simplement pas être comprise. les pompiers étaient en larmes. Les histoires anonymes sur des pièces pleines de corps carbonisés montrent clairement que beaucoup trop de gens vivaient dans la tour, non-officiellement. Des gens qui n’ont pas eu d’autre choix que de rester au sol, ensemble, et d’espérer que le service d’incendie contrôlerait le feu. Rêves brisés. Une horrible mort. Et les statistiques qui restent faussées à ce jour. Selon l’International Business Times, 101 familles vivent toujours dans des abris d’urgence temporaires et jusqu’à 24 personnes qui ont survécu à l’incendie ont tenté de se suicider. Et nous expliquons à nos enfants que ça ira toujours bien …

Vous avez une baguette magique, que changez-vous pour 2018?

J’utiliserais ma baguette magique pour plus de conscience. La solidarité commence et ne se termine pas avec De Warmste Week à Studio Brussel ou Viva For Life. Nous sommes tous prêts à montrer nos grands coeurs pendant la période de Noël, mais les gens ont aussi faim en janvier, février, mars… Les gens vivent dans la rue. Il y a des gens seuls. Les gens souffrent. Il y a des animaux qui souffrent. Levez les yeux, regardez autour de vous et aidez où vous le pouvez. Avec de l’argent, des choses dont vous ne vous servez plus, avec du temps, avec un peu d’attention. Parce que souvent ce sont les petites choses qui font la plus grande différence.

| | | |
Tags: 2017, Fêtes, Fêtes de fin d'année, Nouvel an.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures