Bijoux: on a rencontré la précieuse Laurence, créatrice de The Gems Room

par Alexandra Goffart
marieclaire-the-gemsroom-bijoux-bagues-fiancailles-personnalises-laurence-cover
©Alexandra Goffart / The GemsRoom

« Diamonds are a girl’s best friend », c’est ce qui nous vient à l’esprit quand on parle de bijoux et de pierres précieuses. Mais, lorsque l’on a rencontré Laurence, créatrice de bijoux personnalisés, on s’est rendu compte que les pierres de couleurs avaient aussi leur mot à dire ! Au vu de ces créations uniques et élégantes, et avec la Saint-Valentin qui approche, attention aux tentations… On vous dévoile notre rencontre et le joli travail de cette liégeoise passionnée de gemmologie.

Peux-tu nous expliquer ton parcours? 

Je suis Laurence. Après avoir fait mes études à HEC Liège, je suis partie 8 mois à Londres pour faire une formation en gemmologie. Pour le moment, je travaille à temps plein chez HRD Antwerp à Anvers, un grand laboratoire d’expertise de diamants. Et depuis un peu plus d’un an, j’ai lancé The GemsRoom, où je propose des bijoux faits sur mesure, avec des pierres précieuses et semi-précieuses. Etant à Anvers tous les jours pour mon boulot chez HRD Antwerp, je suis sur place après journée pour rencontrer les personnes avec lesquelles je travaille! Anvers, c’est un peu le label qualitatif que je veux promouvoir : la qualité des diamants et des bijoux faits main.

the gemsroom

The GemsRoom

 

Lire aussi: « Big bijoux, les tendances qu’on aime! »

 

Comment travailles-tu pour créer une bague personnalisée?

C’est vraiment un processus. D’abord, je parle beaucoup avec le client, pour être sure d’avoir bien compris ce que la personne voulait. Ensuite, on cherche la pierre adéquate. Je travaille avec des personnes de confiance, qui font partie de sociétés familiales.  Si un client souhaite un diamant comme pierre principale et a bien sur un budget en tête, j’en sélectionne quelques-uns et les lui propose. C’est une façon de personnaliser les choses ! C’est comme ça que je travaille, par phases : je choisis la pierre, avec le client. Ensuite on décide du design, et puis mon orfèvre et sertisseur réalisent le bijou.

3 mots pour résumer le style de tes bijoux?

Je dirais: élégant, moderne et personnalisé.

Ça prend combien de temps pour une bague de fiançailles?

Je dirais 3 semaines. Dans le sens où je laisse le temps à la personne de réfléchir, je lui laisse de temps de revenir sur sa décision. Le client me donne son budget, et je vais essayer de trouver 3 types de diamants qui s’y adaptent. Je revois le client ensuite pour lui expliquer les spécificités de chaque pierre. C’est très important d’informer le client au mieux et de répondre à toutes ses questions. 3 semaines c’est ce qu’il faut je pense pour bien prendre le temps.

C’est ça que j’adore: ne jamais faire deux fois le même bijou.

 

Mais tu ne fais pas que des bagues de fiançailles!

Non, je fais des bijoux que les gens peuvent porter tous les jours ! Même si les bagues peuvent paraître sophistiquées, on peut les mettre avec toutes les tenues. Bijou personnalisé, c’est le premier fil conducteur, mais ce sont aussi des bijoux qui marquent des moments forts d’une vie. On me demande beaucoup des petits bracelets fins, pour des naissances. J’ai une cliente qui a accouché et qui s’est fait faire des petites boucles d’oreilles pour l’occasion. C’est un petit geste pour marquer le coup d’un moment important. Et j’ai des clientes qui veulent juste se faire plaisir aussi, pour célébrer quelque chose soi-même, comme un nouveau job. Pour marquer le coup.

 

Lire aussi: « Reportage: deux Belges à la recherche des pierres précieuses« 

 

Ce qui est bien aussi c’est que je peux réactualiser les modèles. Il ne faut pas toujours acheter du neuf : si tu hérites d’une bague de ta grand-mère qui n’est pas à ton goût, c’est dommage de la garder comme ça. Je fais au cas par cas, ça dépend, mais je peux retravailler une bague déjà existante.

Quelle est ta pierre préférée?

J’aime beaucoup la tanzanite en précieux, une pierre d’un bleu très intense. Et l’opale en semi-précieux, pour ses jeux de couleurs. Les pierres de couleur ont de la valeur, mais les gens ne les connaissent pas. Et j’essaye justement de les faire découvrir.

 

J’essaye toujours de raconter un minimum l’histoire de la pierre, pour partager ma passion

 

C’est pas un peu un rêve de petite fille, de créer ses propres bijoux? 

Oui c’est sûr! Quand j’étais petite, j’ai toujours pensé que j’allais créer quelque chose. C’était la mode des perles Swarovski quand j’étais jeune, j’avais déjà mon petit commerce et ça marchait plutôt bien, haha! J’étais déjà grande passionnée, et j’avais dans l’idée de créer quelque chose à moi. Mais j’adore le fait de continuer à travailler pour le labo à Anvers, le marketing c’est vraiment mon truc, et puis je voyage pas mal et participe à des foires géniales de pierres et bijoux. C’est aussi grâce à ce job que j’ai pu rencontrer certaines personnes avec lesquelles je travaille à présent. Pour le moment, je suis vraiment bien comme ça, c’est intense, et j’adore ça !

Une anecdote à partager?

J’ai eu comme client un papa qui voulait offrir un pendentif à sa fille, adoptée et originaire du Vietnam. Il voulait lui offrir une émeraude, traduction française du prénom vietnamien de sa fille. Super histoire qui marque cette belle relation entre père et fille!

 

Lire aussi: « Crush: les One of a Kind Gemstones de Celine D’aoust »

 

Tu es active sur Instagram et Facebook. C’est important pour ta marque?

Oui, juste avec Instagram et Facebook, c’est incroyable comme ça peut faire parler de soi. Cela crée un vrai bouche-à-oreilles contemporain! Et pourtant je ne cherche même pas spécialement à sponsoriser mes annonces pour avoir des followers. Je me rends compte que les likes qualitatifs que j’ai sont beaucoup plus importants.

Quels sont tes objectifs pour 2018?

Les gens sont en demande de participer à la création du bijou, de plus en plus ils veulent être impliqués dans le procédé de fabrication. Du coup, j’ai pensé en 2018 à faire des vidéos de la réalisation du bijou de A à Z, que je mettrai sur mon site ou sur les réseaux sociaux. Je vais essayer d’inclure encore plus les clients dans le procédé de fabrication. Par exemple, si tu commandes une bague et qu’elle prendra 3 semaines à être créée, chaque semaine j’enverrai une petite vidéo pour montrer où en est ta bague. Pour renforcer ce côté personnalisé. J’ai aussi envie de retravailler mon packaging, de modifier mon site internet. Le site internet aura un panier d’achat pour des collections capsules spécifiques. Je continue aussi, bien sûr, avec les commandes personnalisées, qui ne sont pas disponibles pour le panier d’achat. Je ne souhaite pas reproduire un modèle qu’une personne m’a commandée spécifiquement pour elle, surtout s’il s’agit d’une bague de fiançailles!

Retrouvez toutes les créations The GemsRoom sur Instagram : @thegemsroom et sur le site internet : thegemsroom.com (nouveau site disponible très prochainement!)

Si vous avez aimé cet article, alors ceux-ci vous plairont aussi: « Reportage: deux Belges à la recherche des pierres précieuses », « Les marques belges à suivre de près… et leurs créatrices! », « Crush of the day: les bijoux Izia de Pascale Monvoisin »

| | | |
Tags: Anvers, Bijoux, Créateur belge, Créateur de bijoux, Diamants, Fiançailles, Handmade, The gemsroom.

Ailleurs sur le web

Sur les sites d'Edition Ventures